AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le deal à ne pas rater :
Les Loups-Garous de Thiercelieux (Edition 2021) – Jeu de société
7.75 €
Voir le deal

Partagez
 

 ✈ the ones left behind : soirée de lancement.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage


BULLETPROOF
Bulletproof
Bulletproof
the king
messages : 3955
avatar : army.
quartier de résidence : everywhere.
métier/études : maître de cérémonie.
Tirelire : 17

✈ the ones left behind : soirée de lancement. Empty
MessageSujet: ✈ the ones left behind : soirée de lancement.   ✈ the ones left behind : soirée de lancement. EmptyLun 8 Juil - 10:06


the ones left behind.




Lorsqu'il passe le pas de la porte, c'est une part d'elle qui s'en va avec lui. Ce départ, obligatoire mais déchirant, elle le vit depuis toujours, elle le vivra jusqu'à la fin. Jusqu'à ce qu'il ne revienne plus.
Avez vous déjà eu la sensation d'être abandonné ? Laissé en arrière ?
Elle avait la sensation qu'elle était destinée à être mise de côté toute sa vie.


Après plus de deux ans d'écriture, de ratures et de corrections, le second roman de l'auteur irlandaise Jamie-Rose Gallagher, "The ones left behind", sortira dans les librairies américaines au mois de juillet. Pour fêter ça, une soirée de lancement a lieu en exclusivité dans un restaurant branché d'Huntsville, la ville qui a accueilli l'irlandaise pendant la rédaction de son roman.

Si vous êtes ici, c'est que vous avez été invités par l'auteur elle-même. Pour des raisons parfois claires -monsieur et madame Gallagher sont ici, exceptionnellement-, parfois plus sombres -que fait le médecin de la base à cette soirée ?-. Mais une chose est sûre; cette soirée n'est pas encore une autre soirée de lancement comme les autres.

Amusez vous, bonne soirée !


HS : Ce sujet est initialement destiné aux personnes ayant reçu mon mp. Cependant, si vous désirez participer pour une raison ou une autre, n'hésitez pas à poster, au contraire ! Plus on est de fous, plus on rit ✈ the ones left behind : soirée de lancement. 2145037518
Revenir en haut Aller en bas
https://bulletproof.forumactif.org


BULLETPROOF
Invité
Invité

✈ the ones left behind : soirée de lancement. Empty
MessageSujet: Re: ✈ the ones left behind : soirée de lancement.   ✈ the ones left behind : soirée de lancement. EmptyLun 8 Juil - 12:11


Falling out of love is hard
Falling for betrayal is worst
Broken trust and broken hearts
I know, I know...

Ce n'est pas une soirée comme les autres. Un éditeur n'est pas présent à toutes les soirées, et il n'y a pas toujours des soirées de lancement pour les œuvres littéraires, seules les plus attendues ont cette chance. Est-ce réellement une double chance que d'avoir sa soirée et son éditeur présent ? C'est à Jamie qu'il faut demander.

Elias, de son côté ne sait pas réellement comment se comporter, même si avant, les choses ont été mises au point, ils savent quoi faire, tous les deux, il s'aiment, il veut que ça se sache, mais il ne sait pas ce qu'il se passe de son côté à elle. Toutes ses interrogations qui ont été présentes le jour de leurs retrouvailles ont disparu pendant un temps, mais là, le pied sur les escaliers, devant l'entrée, la main sur sa cravate, Elias a peur. Une boule au ventre, elle se serre et est difficile à supporter. Monsieur est en avance, il a quelques papiers à signer, quelques personnes à voir avant l'arrivée de la belle, la plus belle de ce soir, celle à qui cette soirée est dédiée, la même personne a qui il a ouvertement donné son cœur. C'est tout organisée pour elle, pas trop de monde non plus, ne pas qu'elle se sente mal à l'aise, des personnes qu'elle connaît seront présentes, bien entendu d'autre, qu'elle ne connaît pas seront là aussi, ce n'est pas qu'il faut combler la salle, mais la lancée de ce livre à certainement du attirer bon nombre de curieux. L'éditeur a eu le plaisir de lire l’œuvre avant qu'elle n'apparaisse, avant que d'autres mettent le nez dessus, certes, c'est toujours aux éditeurs de la lire avant, mais lui, il est bien plus que ça pour elle, il l'espère du plus profond de son cœur. Elias espère, au delà de ses imperfections qu'elle va réellement l'aimer comme il est, parce qu'il est sincère, certes, Elias n'a pas toujours fait ce qu'il fallait, mais... Elias aime Jamie et ça, personne ne peut le retirer, malheureusement.

Oui, malheureusement, c'est pour son fils qu'il dit ça, pour tout ce qu'il a fait contre son fils, essayant de nourrir vainement un amour qu'il ne savait pas encore partagé, détruisant alors toutes les chances de Maxence de pouvoir rester en contact avec la jeune femme et ainsi peut-être reconquérir son cœur. Égoïste, voilà ce qu'il était à son égard, mais, contre l'amour, on ne peut pas lutter. Il n'y a rien de plus horrible que l'amour. On lui a toujours fait comprendre de ne pas cracher dessus quand on pensait avoir trouvé la bonne personne. Jamie est la bonne personne alors, oui, il n'a pas été fair-play, il a certainement été le pire des pères durant ses quelques instants ou il gardait précieusement ses lettres, il finissait même par les cacher. Non, pas les brûler, ce n'est pas un monstre à ce point. Il s'en veut d'avoir agit de la sorte, mais comprenez-le. Lorsqu'il est arrivé devant Jamie, qu'ils se sont parlés, qu'il lui a avoué ses sentiments en lui ouvrant son cœur comme jamais il ne l'avait fait jusqu'à présent, il s'est dit que c'était la meilleure chose à faire, qu'il ne pouvait pas cracher sur cette amour, que son fils est encore jeune, qu'il trouvera quelqu'un d'autre qui pourra l'aider à continuer sa vie.

Par  cet égoïsme là, Elias s'en veut terriblement et a peur de cette confrontation, il a peur qu'elle sache, il a peur que son fils le renie, il a peur de tout perdre, parce que c'est ce qui lui pend au nez, alors oui, cette boule qu'il a ce soir au ventre et qu'il traîne depuis quelques temps déjà n'est pas prête de le quitter, malheureusement pour lui.

Cependant, il est évident qu'il doit faire bonne figure, que son sourire ne doit pas le quitter, malgré les circonstances, qu'il ne doit pas laisser ses sentiments faire surface, qu'il doit se contrôler. Trop difficile ? Certainement, mais pour le moment, il n'y a guère personne qu'il ne connaît, il jette un coup d’œil sur son téléphone, dérouillent celui-ci, dévoilant alors une photo de sa belle qu'il a lui-même prit. Le fait de la voir, de sourire tendrement en la regardant l'apaise, le calme, peut-être est-ce le calme avant la tempête ? Très certainement. Cette fois, il monte les dernière marches pour entrer dans la salle, illuminée à l'occasion, magnifique même. Elias s'aventure dans les couloirs à la recherche d'une salle ou déposer ses affaires, c'est à dire son ordinateur et quelques cartes, sait-on jamais. Rapidement, il envoie un message à son bras droit, resté au pays pour s'occuper de la boit, lui annonçant que la soirée ne va pas tarder à commencer. Jetant des coups d’œil rapide autour de lui, il finit par poser son dos contre le mur, gardant son téléphone dans sa main, attendant que le temps passe, vainement, en attente de quelque chose qui pour une fois s'annonce bien, sans fausses notes. Son appréhension ne peut que se faire remarquer, il n'est absolument pas serein pour ce soir et prépare les grands moyens pour s'en sortir, comme toujours il a su le faire. Espérons qu'il ne perde pas ses mots et quand bien même, il lui restera la fuite.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Bulletproof
Bulletproof
the king
messages : 3955
avatar : army.
quartier de résidence : everywhere.
métier/études : maître de cérémonie.
Tirelire : 17

✈ the ones left behind : soirée de lancement. Empty
MessageSujet: Re: ✈ the ones left behind : soirée de lancement.   ✈ the ones left behind : soirée de lancement. EmptyLun 8 Juil - 21:48

i've searched the world and i know now.

La salle des fêtes d'Huntsville était silencieuse, uniquement troublée par des murmures quasiment imperceptibles pour les oreilles de Jamie-Rose. Elle observait la scène qui se déroulait sous ses yeux sans vraiment y prêter attention; elle avait tant de choses à faire, ce soir. Tant de choses à dire.

Il y a seulement trois ans qu'elle vivait ici. Trois années, qui étaient passées à une telle vitesse, une telle intensité, qu'elle avait la sensation d'avoir vécu une vie entière dans cette ville, dans ce pays. Son accent irlandais s'était estompé alors que ses souvenirs des vertes prairies de Crosshaven avaient disparu de sa mémoire; sa longue chevelure rousse avait rapidement été domptée, lissée, pour passer inaperçue dans les foules américaines. Elle avait tout fait pour s'intégrer, pour être comme les autres. Mais la sortie de son second roman lui laissait penser qu'elle ne pourrait jamais l'être. Pas vraiment.

Elias était là, en avance -comme toujours. Il regardait dans le vague, sûrement à sa recherche, sa rousse, son âme soeur, sa moitié. C'était ce qu'il n'avait cessé de lui répéter depuis cette fameuse soirée où elle lui avait révélé le nom de son second roman - et, accessoirement, ses sentiments à son égard. Jamie-Rose commença à marcher vers lui, et chaque pas en avant semblait être celui qui allait la mener à la potence.

Car si Elias l'aimait comme un fou, comme un soldat, il y en avait un autre qui l'aimait tout autant. Ou plutôt, non; il ne l'avait pas dit, il ne lui avait pas dit qu'il l'aimait. Mais Jamie-Rose voulait y croire, comme elle avait pu croire que Maxence ne l'avait jamais vraiment oubliée. Et si elle avait eu raison de croire en cette dernière affirmation, pourquoi ne pouvait-elle pas espérer encore un peu ?

Mais la voici déjà devant Elias, ses boucles brunes légèrement chahutées par la douce brise venant de l'extérieur de la salle. Jamie-Rose s'approche de lui, se montre à lui, et c'est son regard qui lui révèle toute la complexité de la situation.

Coucou, toi.

Elle l'aime. C'est fou, c'est fort, c'est fabuleux, c'est mal foutu; mais elle l'aime, cet éditeur qui a tout misé sur elle dès son plus jeune âge. Les yeux d'Elias s'illuminent comme mille guirlandes lorsqu'il la voit, et elle dépose un rapide baiser sur ses lèvres. Rapide, léger, comme pour éviter de récolter trop de souvenirs de cette bouche qu'elle avait tant embrassée, avant de retrouver Maxence. De retrouver la vérité, aussi. La vérité sur les mesures qu'Elias avait pris pour garder Jamie-Rose pour lui tout seul, même lorsqu'ils étaient encore à Dublin, là bas en Irlande.

Jamie-Rose regarde Elias, et réalise dans quel pétrin elle est. Parce que même si elle le voulait, elle ne pourrait pas arrêter d'aimer cet homme si parfait dans ses imperfections.

Entre deux hommes son coeur balance. Mais si l'un l'a toujours aimée, l'autre n'a même pas manifesté de sentiments réels envers elle. Jamais.

Et pourtant, alors qu'Elias l'étreint tendrement, tout ce qu'elle cherche au milieu de la foule grandissante est le soldat de son coeur.

Maxence.

c'est horrible, mais je voulais vraiment répondre ce soir rhaaaa omfg
et ya pas de problèmes, tu as très bien fait de répondre en premier Wink
Revenir en haut Aller en bas
https://bulletproof.forumactif.org


BULLETPROOF
Amelia-R. Westerfield
Amelia-R. Westerfield
messages : 4343
avatar : jenna-louise coleman.
âge : 23 yo.
côté coeur : l'autre enfoiré d'ethan dans la tête, tout récemment maman.
quartier de résidence : actuellement, l'hôpital civile de huntsville ; officiellement, quartier madison.
métier/études : attachée de presse à la mairie.
✈ the ones left behind : soirée de lancement. Tumblr_neftcss90n1r9k8cuo1_1280

    and how odd it is, to be haunted by someone that is still alive. ❞


pseudo : sil.
dc : lua stern.
Tirelire : -193

✈ the ones left behind : soirée de lancement. Empty
MessageSujet: Re: ✈ the ones left behind : soirée de lancement.   ✈ the ones left behind : soirée de lancement. EmptyMer 10 Juil - 0:02




the ones left behind.


Amelia entra dans la salle, marchant d'un pas peu confiant et vêtue d'une simple robe rouge, cherchant un visage familier a travers la foule. Elle avait fait de son mieux pour arriver à l'heure, au moins pour Jamie; elle était arrivée exactement à l'heure désignée, perchée sur ses petits talons et l'estomac serré comme jamais. Elle savait qui était quelques uns des invités, et elle redoutait de les voir. Ethan. Reed. Les deux noms s'entrechoquaient dans son esprit confus, mélodie macabre suivant la cadence de ses pas. Ne faisant qu'amplifier son instinct de s'enfuir en courant.

Mais il n'était pas l'heure de tourner le dos à ce qui lui faisait peur. Elle devait être là, aux côtés de sa meilleure amie. Cherchant la chevelure rousse du regard, deux autres attirèrent l'attention d'Amelia : Mr et Mrs Gallagher, ici présents pour cette soirée spéciale. Elle les connaissait assez bien, les ayant vus plus d'une fois lors de leurs visites à leur fille. Un sourire aux lèvres elle s'approcha d'eux. « Amelia! Quel plaisir de te voir ma jolie! » La mère de Jamie la serra chaleureusement, son extrême accent irlandais ressortant dans ces mots qui lui firent chaud au cœur. « C'est un plaisir de vous voir vous aussi, Mrs Gallagher. Vous avez vu Jamie-Rose? » Elle haussa les épaules, signe qu'elle n'avait pas la moindre idée d'où était Jamie.

Après d'autres accolades et gestes d'affection, Amy s'éloigna, et s'approcha lentement du buffet installé pour les invités. Piquant quelques petits fours, affamée, elle observa distraitement les assez nombreuses personnes déjà présentes. Elle se sentait quelque peu exclue, malgré les quelques visages qu'elle reconnaissait et qu'elle saluait d'un sourire; elle s'y sentait exclue car, malgré toute la fierté qu'elle ressentait pour son amie, elle n'arrivait pas à partager toute cette humeur quelque peu festive, même en se forçant. Tout cela lui semblait superflu désormais. Sans goût. Amy se sentait stagner dans cette situation compliquée, sans issue, das ce futur qu'elle n'arrivait pas à rendre net. Alors, elle se laissait entraîner, maussade. En mangeant ses petits fours.

Enfin, des pas à son dos la firent sursauter. Ethan? Reed? Jamie? Quelqu'un d'autre? Bref instant de flottement. Qu'Amelia savoura. Sachant pertinemment que ceci était son dernier instant de répit; le dernier, avant que tout ne change.


soyez indulgents, rp sur un iphone c'est pas facile ✈ the ones left behind : soirée de lancement. 1826528627 mais je voulais vraiment répondre, voilà. j'ai hâte de lire vos réponses ✈ the ones left behind : soirée de lancement. 2145037518  

_________________
don't call it a fight when you know it's a war
we'll run for our lives ✻  i'll sing it one last time for you then we really have to go, you've been the only thing that's right in all i've done. and i can barely look at you, but every single time i do, i know we'll make it anywhere away from here.
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Invité
Invité

✈ the ones left behind : soirée de lancement. Empty
MessageSujet: Re: ✈ the ones left behind : soirée de lancement.   ✈ the ones left behind : soirée de lancement. EmptyMer 10 Juil - 14:45


Today you were far away and I didn't ask you why
What could I say,I was far away. You just walked away and I just watched you. What could I say.
How close am I to losing you

Il tient entre ses doigts la carte d’invitation à son nom. Une dernière fois il l’a relis, il réfléchit, pense à ce qu’il doit faire. Il est…perdu, incapable de prendre une décision. Depuis qu’il la revue cette nuit-là, il n’a… pas pu oublier ces paroles échangées, cette révélation qui l’éloigne un peu plus d’elle, d’eux. Il craint de ce qu’il peut voir, entendre en se rendant à cette soirée. Il ne lui a jamais prouvé son amour comme son père l’a fait, choisira t’elle l’homme qui lui prouve plus son amour par un acte égoïste ou celui qui reste dans son mutisme et au cœur éteint ? Elle lui a avoué son amour, il l'a simplement regardé, à peine touché, avec cet infime sensation qu’il la perd, qu’elle s’éloigne à en devenir une inconnue. Tout est si compliqué, il aurait pu tout simplement lui dire deux mots pour qu'elle reste à ses côtés. Mais il est partie, encore une fois.

Que choisira-t-il ? y aller ou rester cloitré chez lui ? Acte de lâcheté ou de bravoure ? Le seul front où il doit faire acte de courage, il est incapable de se mouvoir et de rentrer dans ce combat. Pauvre fou, incapable d’attraper la femme qu’il l’aime, il la pousse simplement un peu plus loin à chaque fois, elle part dans les bras d’un autre.  Soupire d’accablement, il pose l’enveloppe sur la table se sentant trop lâche, frustré pour s’y rendre.

Il boutonne sa chemise, noue sa cravate. Il lève les yeux face au miroir, des cernes sont parfaitement dessinés sous ses jolis yeux et dans un silence il fixe son propre reflet. Depuis quand est-il devenu aussi faible ? Lâche ? Il ne se reconnait même plus, toutes ses années l’ont détruit, ont causé la mort de sa passion, de son coeur . Il a choisi la situation la plus compliqué, s’y rendre. Finira-t-il par fuir ? S’en aller ? Tout dépend de ce que ses yeux voient, ses oreilles entendent.  
Il s’engouffre dans la salle, se mêlant aux personnes présentent.  Ses prunelles l’a cherche comme si sa vie en dépendait, mais aux précipices de la mort, il les baisse. Il se cache, ne se manifeste pas, guettant la sortie près à s’en fuir. Ses doigts attrapent une coupe de champagne, comme tous les hommes faibles : il boit.
Sa chevelure flamboyante apparaît au loin, il l’a trouvé son amour, il s’est stoppé par ce que ses yeux voient, simple accolade ? Pour lui cela la signifie tellement plus dû aux bras qui la soutiennent, qui la tiennent. Sa crainte se réalise durement, il baisse son regard. Il ne peut y faire face et lui tourne le dos. Lui qui pensait que son cœur ne pourrait encore subir une quelconque douleur, le voilà qu’il bat au rythme de la souffrance. Il s’éloigne, pars à la recherche d’un nouveau verre, d’un nouveau souffle. Il s’appuie sur le buffet, ses prunelles croisent celle d’Amelia qui semble être tout aussi perdu que lui.  Il  a du mal à retrouver dans ses prunelles la lueur qui les animaient à leurs premières rencontres. A-t-elle aussi le besoin d’être sauvé ? il lui sourit légèrement et puis une personne  s’est approchée d’elle pour la ramener à la réalité, lui faire quitter son silence.

Lui , se retrouve seul à regarder le désastre qu’il a commis en partant, en la laissant derrière lui.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Invité
Invité

✈ the ones left behind : soirée de lancement. Empty
MessageSujet: Re: ✈ the ones left behind : soirée de lancement.   ✈ the ones left behind : soirée de lancement. EmptyJeu 18 Juil - 16:35

THE ONES LEFT BEHIND



Que faisait-il là ?
Reedan Bennett se tenait, pantois, devant la porte de la librairie, éclairant les lieux qui étaient loin d’être bondé. Au contraire. Cette soirée de lancement semblait être un évènement convivial en petit comité. Mais de cette Jamie-Rose Gallagher, lui ne connaissait rien. Oh bien sûr, il avait déjà vu son nom sur les étales des libraires, comme bien d’autres sans doute. Ca ne justifiait pourtant en rien sa présence étrange en ces lieux, le carton d’invitation lui-même semblait lui rire au nez. Que faisais son nom, orthographié sans erreur, comme preuve de sa légitimité, sur ce bout de carton le conviant à cette soirée ? Plus idiot encore, pourquoi avait-il décidé de s’y rendre alors que rien ne l’empêchait de rester chez lui ?
Que faisait-il là ?

La réponse était finalement évidente. Il fuyait. Comme un gamin qui a peur des ombres, il fuit le passé, les derniers évènements pesant lourd sur ses épaules, des poids morts qu’il traîne difficilement. Les nuits devenues plus rudes encore qu’autrefois, du travail à s’en damner et une force physique et psychologique qui atteint son plus bas niveau. Se ressourcer, voilà tout ce qu’il voulait. Quitter un instant, quelques heures, l’appartement exiguë qui gardait une Elle-May omniprésente et pourtant, si proche mais toujours absente. Pour oublier quelques instants le souvenir douloureux d’Amelia dont il ne parvient pas à effacer le visage de sa mémoire, ni de son cœur. Oublier. Tout n’est qu’une question d’oublie.

La porte se pousse d’elle-même mais rien ne change. Il sait qu’il n’a pas sa place ici, que ça n’a pas de sens, pas de réelle raison d’être. Le manque de logique trouble Reed. Il jauge vaguement, à l’autre bout de la librairie la rouquine lui apparaissant comme Jamie-Rose Gallagher dans une étreinte qui ne semble pas si amicale avec un homme. Sur le côté, un homme semble jauger lui aussi la scène, contrairement à lui, il semble pourtant ne pas la voir d’un œil objectif, bien loin d’être souriant. Les histoires de cœurs. Les histoires de sentiments. Ca blesse, ça vous crève. Alors, comme un coup ironique du destin, sur ses pensées pessimistes, il entrevoit le visage d’Amelia, là-bas, seule.

Il croit désormais discerner les raisons de sa présence, sans trop savoir si c’est une bonne chose ou non. Après il vague hésitation, représentation inerte du combat qui se fait dans son cœur et sa tête depuis quelques temps déjà, Reedan prend le décision d’aller la voir. Encore une fois, de manière aveugle, loin d’être sur que ce soit bien pour lui. Et surtout pour Amy. Il aurait aimé que Reagan soit là, comme autrefois. A prendre les rennes et à lui souffler à l’oreille le meilleur comportement à avoir. Jouer les Jiminy Criquet de l’amour et éviter à celui qui fut son meilleur ami d’entrer en collision avec la douleur sentimental qui le guettait. Une douleur bien qu’il savait devenir plus vive dès lors qu’il s’éloignerait de l’une pour demeurer aux côtés de l’autre, obligé de vivre avec le poids d’un souvenir qu’il éloignera, d’un avenir qu’il oubliera.

« Bonsoir Amy. »
Il voudrait la prendre dans ses bras, trouver autre chose à dire, une idiotie, ou n’importe quoi. Pourtant, il ne bouge pas. Il a trop peur.
Peur de l’aimer un peu plus.
Un peu trop.


Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Invité
Invité

✈ the ones left behind : soirée de lancement. Empty
MessageSujet: Re: ✈ the ones left behind : soirée de lancement.   ✈ the ones left behind : soirée de lancement. EmptyDim 21 Juil - 19:43


the ones left behind


C'était sur Internet que Woody-Elios avait appris que son ancienne patiente avait désormais terminé son livre. Celui pour lequel elle avait consulté le gallois. Jamie-Rose était la seule civile qui avait pu être consultée par Woody-Elios et ce dernier regrettait d'avoir fait cette exception. Même s'il ne ressentait plus de colère à l'égard de la rousse, il ne pouvait pas chasser les regrets de s'être fait avoir de cette manière. C'était en partie de sa faute après tout, il n'avait pas fait attention et avait révélé des informations sur sa vie privée sans se rendre compte de sa terrible erreur.

Woody-Elios, assis devant son ordinateur dans son appartement, se demandait s'il devait aller faire un tour à cette soirée de lancement ou non. Il n'avait pas reçu d'invitation de la part de Jamie-Rose, mais après ce qu'il s'était passé, il se sentait comme obligé d'aller y jeter un coup d'oeil. D'un coup, il referma son ordinateur puis se leva pour aller chercher ses clefs. Il ne prit pas la peine d'emmener une veste et sortit de chez lui avant de changer d'avis. En arrivant devant le bâtiment, le gallois scruta l'intérieur pour remarquer une petite foule à l'intérieur. Il n'y avait visiblement personne de sa connaissance. Il prit une grande inspiration et poussa la porte. Encore heureux, il n'avait pas fait une entrée remarquée, du style se prendre les pieds dans un câble ou une autre connerie de ce genre le représentant parfaitement. Il s'avança timidement dans la foule, s'excusant pour éviter de bousculer des gens. Il avait décidé de ne pas partir à la recherche de Jamie-Rose, elle devait être occupée ailleurs, alors autant ne pas se retrouver dans ses pattes. Les gens étaient sur leur trente-et-un et lui, il portait un jean usé et un t-shirt de Pink Floyd. Certaines personnes le regardaient même d'une façon étrange, comme s'ils tentaient de lui faire comprendre que sa tenue n'était pas adaptée. Qu'est-ce qu'il en savait, de la façon de s'habiller pour des soirées de ce genre ? Il n'avait même pas été invité, alors il ne fallait pas trop lui en demander pour sa tenue. La dernière fois qu'il avait porté un costard, il s'était pris une balle. Alors désormais, le trente-et-un pouvait aller se faire mettre.

Gêné, Woody-Elios partit se caser dans un coin de la salle à l'écart et sortit son téléphone. Non, il n'allait pas appeler Robin pour lui dire de venir. Il n'allait pas la déranger juste parce qu'il était seul et se sentait mal à l'aise. Le gallois aperçu alors Jamie-Rose, dans les bras d'un homme. Woody-Elios se demandait si c'était lui, le fameux militaire dont la jeune femme lui avait parlé. Après avoir regardé la scène avec plus d'attention, il conclu que l'homme était trop âgé pour être cette personne. C'est là qu'il le remarqua, dans son coin. Sans savoir vraiment pourquoi, il l'avait reconnu, le soldat de Jamie-Rose. Le gallois se dirigea alors vers le jeune homme, appuyé contre le buffet.

« Vous devez être Maxence, non ? Mademoiselle Gallagher m'a parlé de vous. »

Les mains dans les poches et l'air gêné, le gallois regardait le jeune homme, espérant qu'il ne se soit pas trompé. Déjà que les autres personnes le regardaient bizarrement, il ne voulait pas se faire remarquer encore plus. Se rendant compte de son impolitesse, il se racla la gorge et tendit sa main à son interlocuteur.

« Woody-Elios Baxter, enchanté ! »

Il sourit timidement à l'homme qui semblait découragé, pour ne pas dire triste ou encore déçu.

Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Bulletproof
Bulletproof
the king
messages : 3955
avatar : army.
quartier de résidence : everywhere.
métier/études : maître de cérémonie.
Tirelire : 17

✈ the ones left behind : soirée de lancement. Empty
MessageSujet: Re: ✈ the ones left behind : soirée de lancement.   ✈ the ones left behind : soirée de lancement. EmptyDim 21 Juil - 21:13

i've searched the world and i know now.

Elle joue une scène, mascarade des sentiments pour faire bonne figure devant ses parents. Monsieur et Madame Gallagher, étincelles de joie et d'espoir dans une salle à l'ambiance étrangement pesante, discutent allègrement avec Amelia. Jamie-Rose ne peut retenir un sourire de s'étaler sur son visage, le temps d'un regard partagé avec sa meilleure amie, sa soeur de coeur; ses parents ont adopté cette petite brune aussi rapidement que celle ci était entrée dans la vie de leur fille.
Sans elle, Jamie savait qu'elle ne serait jamais arrivée aujourd'hui. Et après cette soirée, elle aurait aussi besoin de sa meilleure amie, elle le savait.

Elias enlaçait Jamie, sa main posée nonchalamment sur la hanche de la jolie rousse. Ils formaient le couple idéal, un véritable conte de fées pour les littéraires du monde entier; l'éditeur et son écrivain prodige, amoureux comme jamais et étalant leur amour à la face du monde.
Mais cette face implique Maxence, et ça, Jamie ne peut pas le supporter. Alors lorsqu'elle trouve les yeux de son meilleur ami d'enfance dans la foule grandissante de la librairie, elle se détache discrètement de l'emprise d'Elias. Ce n'est pas de la honte qui l'envahit; la honte aurait été bien plus douce que ce sentiment qui l'étreint.

Non, c'est une sorte de mélange amer, entre tristesse et regrets décuplés par la vue de Maxence, ce soir, à sa soirée. Il aurait pu ne pas venir, mais il l'a fait. Il a dépassé sa colère, sa rage envers son père, envers elle, pour venir la soutenir. Enfin, elle supposait que c'était la raison de sa venue.

Et ils étaient dans la même pièce, à présent. Pour la première fois depuis plus de cinq ans, le fils et le père étaient réunis, mais un fossé les séparait encore. Et ce fossé avait une chevelure flamboyante et de grands yeux verts.

C'était elle. Elle était l'obstacle, la cause de leur différend. Jamie-Rose aurait presque envie de se retirer du jeu; de cesser de les aimer tous les deux, autant. De partir, de les laisser tous les deux, entre père et fils. Parce que la famille est ce qu'il y a de plus important, Jamie-Rose le sait; l'amour est passager, là où le sang ne s'efface pas avec le temps.

Mais voilà, cet amour là, qu'elle ressent pour Maxence et Elias Barnes, est un amour cruel car égoïste. Elle sait que ni l'un ni l'autre ne pourra la rendre heureuse, car être avec l'un signifierait ne pas être avec l'autre; mais elle les aime, différemment mais de la même intensité, alors elle reste. Elle reste pour observer les dégâts que son joli minois provoque dans la famille Barnes.

Bon, Elias.

Il faut qu'elle le dise, il faut que ça sorte. Les mots vont finir par être prononcés, et elle sait qu'il faut que quelqu'un lance les dés sur la table pour que le jeu commence. Le cruel jeu des chaises vides, que Maxence et Elias se sont échangés au cours de la vie de Jamie-Rose pour la remplir, pour l'aimer. Et elle sait aussi que les Barnes sont bien trop têtus et adeptes du silence pour commencer.

Alors elle inspire, elle expire, et elle commence.

...Il faut qu'on parle de ces lettres de Maxence que tu ne m'as jamais données.

Revenir en haut Aller en bas
https://bulletproof.forumactif.org


BULLETPROOF
Invité
Invité

✈ the ones left behind : soirée de lancement. Empty
MessageSujet: Re: ✈ the ones left behind : soirée de lancement.   ✈ the ones left behind : soirée de lancement. EmptyDim 21 Juil - 21:53


Falling out of love is hard
Falling for betrayal is worst
Broken trust and broken hearts
I know, I know...

Sa voix, si particulière le sort de sa torpeur, un sourire, façade apparaît soudainement sur son visage, cachant se mal être que cependant ses yeux sont le reflet. Bien évidemment qu'il ne pouvait pas la louper, c'est sa soirée, c'est pour elle qu'il est là. Cependant, ce soir, tout semble si différent qu'il y a quelques temps, lorsqu'ils étaient tous les deux, dans ce café, qu'ils s'embrassaient, qu'ils vivaient bien, qu'ils s'aimaient, sans se cacher, sans le regretter, sans avoir peur de la suite. Mais il savait bien qu'un jour, tout cela, ça allait tomber, se briser, se détruire. La fragilité de leur relation. C'est ce qui en fait sa spécialité, sa force peut-être même.

Doucement, il glisse ses lèvres sur les siennes, répondant à son baiser, goûtant une nouvelle fois à ses lèvres sucrées qu'il aime tant avoir contre les siennes. Même si cela ne dure que quelques secondes, un rien dans une vie, ça reste un moment figé qu'on ne peut pas oublier comme ça. Elias pourrait s'en toucher le bout des lèvres, se remémorer. Un amour comme ça, ça ne s'oublie pas. Est-ce qu'elle peut le comprendre ? Elias n'en sait rien, mais tout ce qu'il a fait, c'est pour cet amour, celui qu'on ne peut pas et qu'on ne laisse pas passer. Il l'aime comme il n'a jamais aimé quelqu'un, malgré lui, il ne contrôle pas. Rien que de fermer les yeux quelques secondes, de s'imaginer la jeune femme, son cœur bat la chamade. C'est un amour qui ne peut pas disparaître, qu'il le veuille ou non, toute sa vie, son cœur aura une partie liée à Jamie-Rose, à tout jamais. « Hey. » Souffle-t-il, doucement, comme à son habitude, posant son regard dans le sien, lui offrant en même temps un sourire, moins figé et plus chaleureux que les précédents, il ne doit pas lui communiquer son mal-être, sa peur d'une certaine conversation, sa peur de croiser son fils, sa peur de parler à ses parents, sa peur de rencontrer ses amis.

Lentement, il glisse ses mains sur ses hanches, l'attirant dans une légère étreinte, et dans celle-ci, il y cherche du courage, mêlé à de l'amour, manifestement c'est ça dont il a clairement besoin ce soir, est-ce qu'elle va le lui fournir en quantité suffisante pour affronter tout cela, il n'en sait rien, cependant Elias ne va pas s'en priver.

Les yeux mi-clos, il reste comme ça un moment, n'osant pas regarder autour d'eux, croiser le regard de quelqu'un qu'il ne désire pas voir. Certes, il ne peut pas se permettre de dire ça de son fils, qu'il a lui-même trahit, cependant, il serait incapable de le voir, il s'en irait, laissant sa place, lâchement, sans se battre. Il ne voit rien de ce qu'il se passe, mais il le sent, c'est tout ce qu'il peut faire pour le moment et ce qu'il sent sous ses doigts l'inquiète, elle se tend, se crispe, elle va parler et elle ne tarde pas à le faire. Il garde la tête basse, son ton est sans appel, elle désire savoir, elle veut comprendre et elle en a le droit. Mais est-ce qu'il est apte à lui, se faire comprendre, dans toute l'atrocité de son geste. « Je... » Une nouvelle fois, sa voix, reste basse, presque brisée, mais il n’est pas là pour se la jouer mélodramatique, il ne doit pas profiter d'elle, faire croire que, Elias est peut-être un salopard, mais ce n'est pas un menteur. C'est juste que lorsqu'on ne demande pas, il ne dit rien, et ça, ce n'est pas un mensonge. « D'accord. » Voilà, c'est dit, c'est un début, un bon début ? Pour commencer oui, mais pas pour elle. Doucement, il se racle la gorge, s'éloignant, se décalant sur le côté, glissant sa main gauche dans ses cheveux, pas derrière, soupirant, s'apprêtant à dire des choses qui ne sont pas belles. « Je t'aimais. Avec ma femme, ça n'allait pas, nous ne parlions plus, nous n'avions plus de nouvelles de Maxence et les lettres ont arrivées, elles étaient pour toi, presque toutes, je les collectionnais, une à une, il y en avait toujours plus, jamais, jamais une seule de ses lettres n'a été ouverte. J'avais aussi besoin de toi, je ne pouvais pas, j'ai pris une décision, j'ai été égoïste. » Il termine son monologue, fixant la jeune femme, lui, debout, sa main droite sous son menton, un sourire désolé sur le visage, un air perdu, triste. « Je ne contrôle pas mon amour Jamie, tu imagines... » Elle, au dessus de son fils, c'est terriblement douloureux, plus qu'une blessure physique, certainement. « Tu peux me détester si tu en as envie. » Ajoute-t-il avant de se reculer, passant cette fois ses deux mains sur son visage, avant de voir que beaucoup d'invités commencent à entrer.
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Amelia-R. Westerfield
Amelia-R. Westerfield
messages : 4343
avatar : jenna-louise coleman.
âge : 23 yo.
côté coeur : l'autre enfoiré d'ethan dans la tête, tout récemment maman.
quartier de résidence : actuellement, l'hôpital civile de huntsville ; officiellement, quartier madison.
métier/études : attachée de presse à la mairie.
✈ the ones left behind : soirée de lancement. Tumblr_neftcss90n1r9k8cuo1_1280

    and how odd it is, to be haunted by someone that is still alive. ❞


pseudo : sil.
dc : lua stern.
Tirelire : -193

✈ the ones left behind : soirée de lancement. Empty
MessageSujet: Re: ✈ the ones left behind : soirée de lancement.   ✈ the ones left behind : soirée de lancement. EmptyMer 24 Juil - 6:59




the ones left behind.


« Bonsoir Amy. »

Frisson.

Ils avaient été beaucoup, ces frissons, dernièrement. Irritants, plaisants. Déclenchés principalement par la présence de Reed. Amelia lui fit face d'un geste brusque, son cœur ratant un battement. Elle détestait ce sentiment, cette faiblesse qui la faisait revenir à une adolescente face à son premier amour; et, surtout, elle méprisait le fait d'être en train d'aimer à chaque instant un peu plus l'homme d'une autre. Mais elle était incapable de reculer, comme attirée par l'interdit que représentait Reed.

Alors, elle lui sourit. Malgré le cœur serré et les souvenirs encore vifs de leur dernière entrevue. Elle lui sourit, simplement, d'un sourire triste mais de celle qui n'a finalement pas abandonné. « Bonsoir, Reed. » Elle aurait aimé pouvoir briser leur gêne évidente d'une quelconque banalité réservée à ces situations; mais elle savait depuis longtemps que les banalités n'avaient pas leur place dans leur étrange relation. Elle se contenta donc de le fixer dans les yeux le temps une brève seconde, incertaine sur quoi faire, tiraillée entre l'envie de s'enfuir en courant et celle de goûter à nouveau à ses lèvres. Et puis, elle décida de se laisser aller, se rendant simplement compte qu'elle a déjà dépassé la limite, de toute façon, et ce depuis trop longtemps; d'un geste doux, elle se leva d'un poil sur la pointe des pieds, et se contenta de poser doucement ses lèvres sur la joue de Reed. Tendrement, timidement.

Ce contact était différent : plus mature, moins hâtif. Meilleur. Mais bref. Se détachant de lui, les yeux semi-clos, elle déglutit péniblement, consciente d'avoir outrepassé cette limite d'un bon kilomètre à présent. Faible. Regardant rapidement autour d'elle, Amy ne put s'empecher de noter les fragments des vies des personnes présentes : Jamie et son air sérieux face à Elias, les parents Gallagher et leurs sourires constants, l'air triste de Maxence et celui perdu d'un homme qui venait d'arriver... Et eux deux. Reed et Amy; les deux éternels optimistes aux espoirs fanés et aux futurs incertains, jouant la mascarade des inconnus pour éviter ce sujet presque tabou qu'ils redoutaient tous deux. Relevant les yeux sur lui, elle soupira une énième fois, sentant cet étrange embarras revenir au galop chaque seconde, rendant l'atmosphère quelque peu pesante. Elle tenta de la chasser par un petit commentaire, première banalité lui venant à l'esprit. « Je suis contente que tu sois venu. J'imagine que tu as du croire en une erreur... Désolée. » Elle rit légèrement, se passant une main dans les cheveux. Trop de questions fusaient dans sa tete : où en étaient-ils, à présent? était-ils sensés agir comme un couple, ou prétendre n'etre qu'amis? ... et Faith? Faith. L'ombre du tableau, présente dans un coin de leurs âmes comme le fantôme qu'elle a été durant toutes ces années. Étaient-ils à nouveau ensemble? Toutes ces questions qu'elle était incapable de formuler; toutes ces questions qu'elle s'efforça de repousser dans un coin de son esprit. Et, pour les faire taire, Amy suivit son impulsion, dans le geste qui semblait caractériser leur relation : elle lui prit la main. Comme une invitation à oublier les questions entre eux; une invitation à repartir de zéro. Au moins pour ce soir-là.


j'ai senti que c'était mon tour green face je me suis un peu emportée dans les détails sans vraiment d'action, je m'excuse. j'espère que ça va quand même Arrow

_________________
don't call it a fight when you know it's a war
we'll run for our lives ✻  i'll sing it one last time for you then we really have to go, you've been the only thing that's right in all i've done. and i can barely look at you, but every single time i do, i know we'll make it anywhere away from here.
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Invité
Invité

✈ the ones left behind : soirée de lancement. Empty
MessageSujet: Re: ✈ the ones left behind : soirée de lancement.   ✈ the ones left behind : soirée de lancement. EmptyMer 24 Juil - 21:32

.

Sentiments d’amertumes, ses yeux se posent sur la personne qu’il a aimée, qu’il aime et aimera, jusqu’à ce que la souffrance brise son cœur et le détruise dans une noirceur où plus aucune lumière n’est détectable. Triste défaite de voir son amour se serrer dans les bras d’un autre, si ce n’était qu’un inconnu il ne ressentirait pas cette peine qui l'accable, l’anéantie et le pousse à se cacher dans l'ombre. Il préfère fuir cette étreinte dévastatrice, s’enfuir face aux sentiments, à la difficulté d’affronté ce combats entre lui et son père. Maxence, lui, n’a jamais prouvé ses sentiments, il n’a pu que les formuler sur des lettres qui se sont perdus dans les mains d’une personne auquel Maxence avait la plus grand confiance, et il l’a trahi pour pouvoir vivre son propre idylle, sa propre histoire d’amour. Détruire son fils pour une femme, quel désastreux choix, la famille n’est-elle pas censé être le plus important ?

Si seulement Maxence était resté pour écouter sa réponse mais il craignait qu’elle ne puisse le fournir aucune réponse, qu’il lit dans ses yeux qu’elle aime Elias, qu’elle est incapable de choisir. Elias a fait son choix, Maxence l’a fait dans un silence mortel mais il attend simplement le choix de Jamie, le lus important.  Et si… « Vous devez être Maxence, non ? Mademoiselle Gallagher m'a parlé de vous. » il est mieux ainsi qu’il cesse de penser, qu’il ne réfléchit plus et qu’il soit spectateur de sa propre destruction. Ses prunelles se sont levées vers cet homme qui l’a fait sortie de sa torpeur, il sourit par réflexe à cet inconnu. Elle a donc ébruté son nom à d’autres, qu’a-t-elle dit ? Jamie.  Rien qu’à l’énonciation de son nom son regard se pose de nouveau sur elle, incapable de pouvoir détacher ses prunelles de l’écrivain, il n’est toujours pas allé à sa rencontre la féliciter, la voir, entendre sa voix. Il en est incapable, il ne peut faire face aux deux personnes qui l’ont trahie de manière si futiles et blessante, des amants, elle et lui n'ont jamais été tant, ils ont été des amis. Le sont ils encore ? A trop s’aimer différemment ils finiront bien un jour par se perdre et simplement regarder le désastre qu’ils ont commis. « En bien j’espère. » dit-il simplement en attrapant la main qu’il lui est tendu. Il ne doit plus penser à elle, détacher ses yeux d’elle. « Enchanté. » il sourit, enterrer ses sentiments, faire semblant. Il n’allait pas se lamenter au près d’un inconnu, jamais il ne le fera, même auprès de ses proches. Son silence lui est souvent reproché, c’est lui qui a affaiblit la chance qu’il y avait entre elle et lui. Pourquoi sont-ils des étrangers alors qu’ils semblent s’aimer. Il est seul avec lui-même. Maintenant il doit juste la quitter du regard. Pour essayer d’accepter le fait qu’il n’est pas le seul qu’elle aime. Pourtant elle est la seule qui hante son cœur. Il l’aime à en mourir « Vous êtes un ami ? » ses prunelles se sont enfin posées sur son interlocuteur.  Généreusement il tend une coupe de champagne à Woody, et trempe ses lèvres dans la sienne. Il doit retrouver sa sympathie d’entant, discuter avec les autres en oubliant qu’elle est là, juste un instant, peut-être trouvera-t-il une certaine sérénité dans toute cette douleur. Pourtant il a toujours cru qu’elle serait celle qui allait apaiser toute cette douleur.

Cesse de croire que tout est perdu, que tu es celui qui es laissé en arrière-plan.

Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Bulletproof
Bulletproof
the king
messages : 3955
avatar : army.
quartier de résidence : everywhere.
métier/études : maître de cérémonie.
Tirelire : 17

✈ the ones left behind : soirée de lancement. Empty
MessageSujet: Re: ✈ the ones left behind : soirée de lancement.   ✈ the ones left behind : soirée de lancement. EmptySam 27 Juil - 14:15

on another love, all my tears have been used up.

Les explications d'Elias glissent sur Jamie-Rose comme si elle n'était qu'une surface plane, lisse et indifférente. Ou, tout du moins, c'est l'apparence qu'elle souhaite se donner. La grande rousse reste plantée là, des dizaines d'invités affluant de tous les côtés, la poussant parfois, la bousculant souvent sans la reconnaître, elle, le clou du spectacle. Elle a la sensation de ne pas être importante, de n'être qu'un prix que les deux Barnes convoitent comme ils pourraient désirer une nouvelle voiture, un nouveau chapeau. Un accessoire, aussi inutile dans l'usage que le grand lampadaire planté à quelques pas, là bas.

Le visage d'Elias est dissimulé dans ses grandes mains, ces mêmes mains qui ont su la couvrir de caresses et d'amour quelques nuits plus tôt. Et malgré toute la rage qui fait bouillonner le sang de Jamie-Rose, elle ne peut s'empêcher de désirer ces mains sur son corps. Parce que l'amour est parfois trop fort pour être dépassé par la haine. Si c'était le cas, si la haine avait dépassé l'amour dans le coeur de la jolie rousse, Elias serait probablement mort à l'heure qu'il est.

Jamie-Rose regarde au loin, impassible. Elle ne veut pas être touchée, elle ne veut pas être blessée par l'égoïsme dont a fait preuve Elias. Et pourtant, c'est le cas; elle est triste, tellement triste. Déçue que l'homme qu'elle a appris à aimer, ait pu douter d'elle au point de l'empêcher d'avoir des nouvelles de l'homme qu'elle avait toujours aimé, sans retour, hélas.

J'ai envie de te détester, Elias. Si tu savais à quel point j'aimerais te haïr. Mais là, la seule chose qui occupe mes pensées, c'est ton fils. Ton fils, Elias. Il est là ce soir, pour moi. Pour toi, pour nous, pour lui, je n'en sais rien. Mais il est là. Et, Elias ?

Jamie-Rose se retourna vers Elias, et une vague d'amour pour cet homme l'envahit. Elle posa sa main sur son visage, rougi par la honte et, peut-être, par les larmes qui avaient coulé. Elle caressa ses joues qu'elle aimait tant, et elle murmura à l'homme qu'elle aimait.

Je veux que tu ailles t'excuser, Elias. Ne le fais pas pour moi. Fais le pour toi. Pour lui. Pour nous.

Jamie-Rose n'avait aucune idée de ce qui allait arriver, à présent. Elle ne savait pas si elle allait changer d'avis, après ces excuses. Elle ne savait pas vers qui son coeur allait la diriger. Tout ce qu'elle savait, c'était qu'Elias lui avait caché des lettres parce qu'il l'aimait plus que tout, plus que son propre enfant. Tout ce qu'elle savait, c'était que Maxence avait tenté de rester en contact avec elle, mais n'avait jamais déclaré clairement un quelconque amour pour elle.

Elle ne savait pas grand chose, mais elle savait que son coeur irait là où il était le bienvenu. Parce qu'il avait trop longtemps été malmené dans des endroits où il ne l'était pas.
Revenir en haut Aller en bas
https://bulletproof.forumactif.org


BULLETPROOF
Invité
Invité

✈ the ones left behind : soirée de lancement. Empty
MessageSujet: Re: ✈ the ones left behind : soirée de lancement.   ✈ the ones left behind : soirée de lancement. EmptyMar 6 Aoû - 16:56

THE ONES LEFT BEHIND



« Bonsoir Reed. »
Il comprend. C'est alors évident. Dans le son de sa voix, si la gêne se sent, l'étonnement est absent. Une esquisse de sourire se dessine sur ses lèvres, ravis de constater que son invitation, de prime abord venu droit de nul part avait finalement un sens. Reedan avait toutes les peines du monde à se persuader qu'il pouvait supporter les journées sans Amelia, l'euphorie stupide dont il était la victime à cet instant, en comprenant qu'il avait été invité par elle, implicitement, témoignait du contraire. C'était une totale dépendance à sa manière d'être. Sa manière de l'apprécier, lui. Le médecin souriant pourtant si solitaire. Le contact de ses lèvres sur sa joue l'électrise, une douloureuse piqûre de rappel qui ne fait que confirmer l'enfer sentimental dans lequel il est confiné depuis quelques jours.

« Je suis contente que tu sois venu. J'imagine que tu as du croire en une erreur... Désolée. »
Reedan lance malgré lui un regard attendrie devant ce bout de femme au rire nerveux qui passe négligemment dans ses cheveux. Amelia est belle. Et c'est affreux. Pas pour elle. Pour lui. Chaque seconde qu'il passe avec elle, il les savoure avec une délectation qui le dégoûte dès qu'elle s'en va. Tout est tellement certain à ses yeux : son amour pour Faith, son passé, son présent, son futur avec elle. Mais dès qu'Amy est là, tout devient atrocement flou. C'est chercher le bon reflet de son âme dans une salle faites de miroir. Il sent la main d'Amy se glisser dans la sienne avec douceur et sur l'instant, il se sent bien. Comme si sa vie pouvait être comme ça : avec elle. Simple, belle, douce.

Heureuse.

« J'ai cru à une erreur, oui. Mais j'ai bien fais de venir. » Son regard se perd dans celui d'Amy. « Je suis heureux de te voir. »
Comme toujours. Sa présence avait cette manière étrange de le rassurer, parce qu'elle avait toujours été tangible. Au contraire de celle de Faith, si longtemps absente et ou sa présence n'était qu'une ombre des années durant, celle d'Amy était consistante. Il pouvait la voir, la toucher, la sentir. La ressentir. Reedan ne connaissait personne dans cette salle, il en avait entrevu certains mais leurs noms comme ceux qu'ils pouvaient être lui était inconnus. Pourtant, avec la main d'Amelia dans la sienne, il avait l'impression de faire partie intégrante de ce comité restreint. Comme si elle avait le don de rendre meilleures toutes les situations.

« Écoute Amy ... »
Il voulait s'excuser. S'excuser de l'avoir déçue, de l'avoir blessée, d'avoir été la cause de sa rage par instant, de ses pleures par d'autre. S'excuser d'avoir faire apparaître autre chose qu'un sourire sur son visage. Mais dans les yeux d'Amelia, il eut l'impression de voir un instant l'infime chance de ne pas tout gâcher, l'intime persuasion que peut-être, ils pouvaient s'offrir ce soir au moins l'illusion d'un bonheur à deux. Ensemble.
« Je vais aller nous chercher à boire. » Reedan esquisse un sourire. Oublier les soucis, le temps d'une soirée, voilà sans doute la chose dont ils avaient le plus besoin, tout les deux. Lentement, sa main se détache de celle d'Amy, presque à contrecœur et ses lèvres viennent se poser à la commissure de ses lèvres, pas assez pour être un vrai baiser, trop pour n'être qu'amical et finalement s'éloigner chercher les fameuses boissons.

Il veut simplement profiter des quelques heures de joie éphémères qu'ils détiennent.
Bonheur à expiration.




Voilà, j'ai pas fais dans l'original pour trouver une brèche mais avec ça, Ethan peut enfin intervenir. ✈ the ones left behind : soirée de lancement. 2145037518
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Invité
Invité

✈ the ones left behind : soirée de lancement. Empty
MessageSujet: Re: ✈ the ones left behind : soirée de lancement.   ✈ the ones left behind : soirée de lancement. EmptyMer 7 Aoû - 18:03



THE ONES LEFT BEHIND.
is it over, or has it begun,
do you wonder, what will we become.

✤✤✤

Mais qu'est-ce que tu fous là Ethan ? Sourire forcé, gorge nouée. Ce n'était pas son univers, non. Ce qu'il faisait là ? Il n'en avait lui-même aucune idée. Il essayait de se convaincre qu'il était venu pour elle, l'inconnue. Celle que tout le monde appelait Jamie-Rose, mais qu'il connaissait comme l'irlandaise, vague pseudonyme pour une relation floue et peu définie. Des balades, sous la pluie. C'était peut-être pour cela, qu'il s'était déplacé aujourd'hui. Pour chercher un peu plus loin, pour trouver un prénom, un nom. Autre chose qu'une image.

Stop. Non, c'était bidon. Il n'était pas là pour ça, même lui n'était pas assez stupide pour avaler ses propres mensonges. Il n'était pas là pour acheter le dernier bouquin de l'écrivain. Il était là, car il espérait secrètement que elle, elle y serait. Elle, la petite brune. Cette même jeune femme qui lui avait brûlé les lèvres, quelques jours plus tôt, d'un bref baiser. C'était peut-être égoïste de sa part, mais pourquoi se le cacher ? Il n'avait pas eu le courage de l'appeler, et aujourd'hui, même si c'était presque à reculons qu'il s'était rendu à la librairie, il l'avait fait pour la revoir, elle. Parce qu'il avait besoin de lui dire à quel point il était désolé, une fois de plus. Besoin de la voir, de savoir qu'elle allait bien. C'était tout ce qui importait réellement, en fait. Elle.

Presque trop discret, il entra alors dans la pièce, inspirant profondément. Peut-être qu'elle n'y serait pas. Et il s'autorisait à penser que, ce ne serait pas plus mal. Ouais, lui qui prônait mille valeurs, il était bien trop lâche, quand il fallait l'affronter, elle. C'en devenait risible. Regardant brièvement autour de lui, s'attardant sur deux ou trois visages qui lui étaient un tant soit peu familiers, il se figea presque instantanément lorsqu'il la vit. Rectification ; lors qu'il les vit. Amelia, accompagnée de Reedan Bennett, médecin en chef de la base de Redstone. Et si son coeur loupa un bond, il en serra les mâchoires. Un geste anodin, et qui pourtant prenait un tout autre sens ; deux mains qui se cherchent, qui se trouvent. Le lieutenant eut un bref soupir. Il n'était pas jaloux, rien. En fait, il s'en foutait. Cela n'avait pas la moindre espèce d'importance, se rassurait-il. Il se disait que oui, tout allait bien se passer, même si sa conscience, enfouie et bâillonnée au fond d'un corps trop vide, lui hurlait de s'enfuir. Un pas en arrière, deux pas en avant. Il dansait d'un pied sur l'autre, alors que la porte de sortie l'invitait chaleureusement. Un long moment, il resta là, à les regarder tous les deux. Ils étaient si parfaits. Et plus Dillinger s'enfonçait dans ses pensées, plus il se disait que ce type était mille fois meilleur que lui. Il n'y avait pas de doute là-dessus. Inspire, expire. Il n'avait jamais autant douté de sa vie. Soupir.

Un demi-baiser, presque rien, déjà beaucoup. Il hésitait à faire demi-tour, mais en voyant l'homme s'échapper un instant, il se rappela à l'ordre comme un grand. Un sourire factice pendu aux lèvres, il se décida enfin à franchir les quelques mètres qui la séparaient de lui. Et tant pis pour les conséquences. Tant pis s'il foutait tout en l'air, de toute façon, il était expert en la matière, il n'avait pas grand-chose à craindre. Ou presque. « Salut, Amelia. » Souffla-t-il presque maladroitement. Le temps qu'elle le remarque, qu'il capte son regard, rien qu'un peu. Quelques fractions de seconde passées en sa compagnie, et il sentait déjà qu'il était temps pour lui de partir. « Comment tu vas ? » Quelle entrée en matière, remarquable. D'avantage pitoyable. Il gardait son petit sourire innocent, presque sincère. Qu'est-ce que tu fais là Ethan, qu'est-ce que tu fais là.

hj + c'était parfait reed, encore merci. zieux qui brillent 
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Invité
Invité

✈ the ones left behind : soirée de lancement. Empty
MessageSujet: Re: ✈ the ones left behind : soirée de lancement.   ✈ the ones left behind : soirée de lancement. EmptySam 10 Aoû - 10:18


Falling out of love is hard
Falling for betrayal is worst
Broken trust and broken hearts
I know, I know...

Celui qui reste toujours derrière. Lorsqu'on est trois, c'est juste pas possible, il y en aurait toujours un qui sera derrière, qui attendre que son tour arrive et qui sera seul, lorsque les autres seront à deux. C'est difficile, une situation que tout le monde ne peut pas gérer correctement. Elias ne sait pas gérer ça. Il a été égoïste, il a fait son choix. Le mauvais. C'est évident, demandez aux gens, demandez leur si ils préfèrent leur famille à l'amour, avant que l'amour ne devienne famille. Les gens saints d'esprit choisiront la famille. C'est évident. On a qu'une famille. Rares sont les personnes qui croient encore au grand amour. C'est le cas d'Elias. Mais, peut-être qu'il n'est pas destiné à vivre avec. Dans une autre vie les résultats seraient sans doute différents. Elias aimera toujours Jamie, quoi qu'il advienne, elle est l'unique. La lune ne serait qu'une étape pour lui montrer son amour. La lune n'est pas assez, bien qu'unique pour qu'il se fasse comprendre. Les mots sont insuffisants. Autant pour son amour que pour son égoïsme. Ça n'a jamais été facile de vivre avec ça sur la conscience. Même en le mettant de côté, en essayant de ne pas y penser, en le cachant, ça revient toujours et ça, douloureusement. Elias vient de se confier à elle, sans tourner autour du pot, à quoi bon, il lui dit tout, il l'aime. Le mensonge n'est plus désormais. Lorsqu'elle veut savoir, s'il a la réponse, il la lui donnera. Ça fait mal. Elias se sent ridiculement honteux. Son fils. Pour un amour, il l'a donné. Faut croire qu'il donnerai son âme au diable pour l'avoir, elle, son unique. Peut-être qu'il lui ferait peur si elle savait ça. Oui, certainement. Cet amour le dévore, tellement. Si elle lui demandait de s'en aller, au nom de l'amour, il le ferait et ira se consumer, plus loin, seul. Il n'y a pas/plus de limites. L'éditeur avale péniblement sa salive, hochant la tête, reconnaissant la justesse des mots de sa belle. Jamie devrait le haïr. Elle est bien trop bonne pour ne pas le faire. Est-ce qu'elle l'aime autant que lui ? Prête à effacer cette ardoise si remplie ? Il n'est malheureusement pas dans sa tête et ne peut guère le savoir.

Cette foule le rend autant mal à l'aise que ses mots. Comme s'il savait que ce soir, un choix va être prit. Faut dire qu'il n'est plus capable d'attendre. « Je sais. » Souffle-t-il doucement, glissant sa main droite sur son visage avant de ressentir l'envie d'avaler quelque chose de très fort, peut-être ainsi se donner un peu de courage pour affronter tout cela. Jusqu'à présent, il faut avouer qu'il n'a pas été le plus courageux. Elias aurait été un très mauvais soldat. Il n'est décidément pas comme son fils. Ils ne se ressemblent pas autant qu'il peut le croire, heureusement pour Maxence d'ailleurs. Être Elias Barnes, manifestement, ce n'est pas de tout repos. Intrigué par l'intonation de sa dernière phrase, il daigne enfin poser son regard sur elle. Jusqu'à présent, lui cachant ses yeux brillants. Il n'a pas le droit de s’apitoyer sur son sort, pas devant elle.

Jamie veut qu'il aille voir son fils et qu'il s'excuse. C'est magnifique ce qu'elle demande. On ne peut rien rêver de mieux que de voir une réconciliation entre les deux hommes. Mais, elle choisit définitivement le mauvais soir. On ne prévoit pas quelque chose comme ça, d'un seul coup. On ne décide pas de faire la paix sur un coup de tête, les grands conflits historiques le prouve. Son idylle est bien elle. Elias grimace et pince les lèvres. « Jamie. » Soupire-t-il. « Je comprends. Je sais ce que tu veux. Mais est-ce que tu penses que c'est le bon moment ? Tu veux prendre le risque de gâcher toute ta soirée ? Maxence et moi-même pouvons nous comporter en personnes censées. Tu veux que j'aille lui gâcher sa soirée, celle qu'il désire partager avec toi, parce qu'il n'est certainement pas venu pour moi. Tu le sais. Je vais m'excuser, je dois le faire. Je ne peux pas l'oublier, mais ce soir. Je ne sais pas si c'est une idée judicieuse. Veux-tu te rappeler de la soirée de ton triomphe comme un moment que tu vas constamment vouloir oublier, qu'importe soit l'issue, l'un de nous va en souffrir. On sera certainement trois à en pâtir. » Il la regarde, le plus sérieusement du monde, malgré tout, il garde les pieds sur terre. Il imagine un instant son fils, il sait déjà ce qu'il va lui dire, ce qu'il va faire, mais ce soir, même si elle pense que c'est le meilleur choix pour elle. Pour tous, c'est à éviter, cependant... « Mais, si c'est ce que tu désires réellement, je le ferais. » Il reste toujours aux ordres de sa belle, si c'est ce qu'elle désire, alors, ainsi soit-il. Signons la fin d'une histoire, détruisons le cœur de quelqu'un, ou même de plusieurs personnes.

« Si tu veux que j'aille m'excuser. Je suis ton homme, cependant, les conséquences de mes actes seront irrévocables. Un choix devra être prit ce soir, si tu te sens capable de le faire. Alors allons-y. » Elias se permet d'ajouter ça, parce qu'il le sent parfois, que le cœur de la jeune femme ne lui appartient pas complètement, malheureusement. Si lui s'excuse, elle doit choisir. Elle ne peut pas en aimer deux et n'en garder qu'un. Toutes les cartes du jeu sont entre ses doigts.
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Amelia-R. Westerfield
Amelia-R. Westerfield
messages : 4343
avatar : jenna-louise coleman.
âge : 23 yo.
côté coeur : l'autre enfoiré d'ethan dans la tête, tout récemment maman.
quartier de résidence : actuellement, l'hôpital civile de huntsville ; officiellement, quartier madison.
métier/études : attachée de presse à la mairie.
✈ the ones left behind : soirée de lancement. Tumblr_neftcss90n1r9k8cuo1_1280

    and how odd it is, to be haunted by someone that is still alive. ❞


pseudo : sil.
dc : lua stern.
Tirelire : -193

✈ the ones left behind : soirée de lancement. Empty
MessageSujet: Re: ✈ the ones left behind : soirée de lancement.   ✈ the ones left behind : soirée de lancement. EmptyDim 11 Aoû - 17:47

the ones left behind.

« Je suis heureux de te voir. »

Il retourne ses gestes, son regard. Sous les yeux de Reed, sa main dans la sienne, elle se sentait nouvelle. Aimée. Toutes les peines, toutes les difficultés et les obstacles qui avaient semblé infranchissables durant ces dernières semaines... Balayés. Remplacés par cette petite bulle de bonheur, si fragile mais, oh, tellement délicieuse. Il réussissait, étrangement, à annihiler tout le reste; à éclipser tout le monde, et tous les soucis de la jeune Westerfield. Elle lui sourit, presque sans s'en rendre compte. Je suis heureuse de te voir, moi aussi. Même pas besoin de le dire. C'était affiché sur son visage, illuminé par ce sourire qui rarement avait été si sincère, dernièrement. « Je vais aller nous chercher à boire. » Elle hocha la tête, lui souriant de nouveau. Il détacha doucement ses doigts entrelacés dans ceux d'Amy, contact qui lui manqua immédiatement. Et puis, il se rapprocha d'elle, posant ses lèvres en un demi-baiser. Électrisant. Doux. Surprenant. Elle ferma les yeux à ce contact, appréciant se bref instant comme s'il n'y en aurait plus d'autre. Et, lorsqu'elle les rouvrit, il s'était déjà éloigné. Elle resta un instant à observer son dos, plongée dans ses pensées confuses et ce bonheur flou, une de ses mains touchant sans même s'en rendre compte d'endroit où les lèvres de Reed avaient été, quelques secondes plus tôt.

Un léger sourire affiché sur son visage, elle inspira profondément et détourna le regard, regardant à nouveau distraitement le petit monde présent dans la salle. Et son regard se posa sur quelqu'un. Ethan. Amelia aurait dû s'y attendre à le voir, vu qu'elle l'avait invité elle-même, mais cette vue la prit par surprise. Son coeur se serra, une vague de culpabilité l'assaillant, éclatant sa petite bulle de bonheur éphémère au même instant; et ses insécurités, ses doutes, ses mauvaises pensées, ils revenaient au galop. Une petite voix la narguait, dans un coin de sa tête, alors qu'il s'approchait et que son coeur recommençait à battre à un rythme irrégulier : il n'est toujours pas au courant. il ne sait toujours pas qu'il est le père. Elle se força à lui sourire, espérant qu'il n'avait pas été témoin de la scène précédente. Car elle avait beau ne pas le connaître depuis autant de temps que Reed, elle tenait à lui, aussi malsaine et étrange soit la situation. « Salut, Amelia. » Léger frisson. Coeur perdu. Elle déglutit, se détendant légèrement. Tout irait bien. « Bonsoir, Ethan. » Incapable de trouver quoi faire de ses mains, elle croisa ses bras sur sa poitrine, geste peu conscient de tenter de protéger ce qu'elle pensait encore secret quelques instants de plus. « Comment tu vas ? » Mal. Je sais pas comment je tiens encore debout. « Hm, je vais bien, merci. ... Désolée de ne pas t'avoir rappelée, crois-moi, c'était pas voulu. Il y a juste eu... tout un tas de choses, entre temps, et je... Désolée. » Elle leva son regard vers lui, ; leurs yeux se croisèrent, cette fois. Et elle le vit dans ses yeux, qu'il les avait observés ensemble, elle et Reed. S'en rendre compte fut comme une décharge électrique. Car elle avait blessé encore une autre personne à qui elle tenait; après Faith, après Seeley, Ethan était le suivant. Et ça faisait mal, ça oui. Une boule à la gorge, elle regarda autour d'elle, à la recherche de Reed, qu'elle ne trouva pas. Momentanément rassurée, elle reposa les yeux sur l'homme qui lui faisait face -vision presque douloureuse, et inspira un bon coup, secouant la tête. « Ce que tu as pu voir... C'est pas ce que tu crois. C'est vraiment trop... compliqué, même pour moi. » Elle laissa échapper un rire quelque peu amer, en baissant les yeux. Elle n'aurait jamais voulu que ça se passe comme ça. Inspirant à nouveau, elle s'éclaircit la gorge. « ll faut que je te dise quelque chose d'important, Ethan... C'est un peu pour ça que je t'ai invité, à vrai dire. J'ai pas eu le courage de te le dire la dernière fois, mais je... » Se mordant la lèvre inférieure, fermant les yeux, plissant le front, elle se força de faire sortir ces mots qui lui étaient restés dans la gorge depuis qu'elle l'avait revu. « Je suis enceinte. De... toi. » Et, en rouvrant les yeux, elle espérait, réellement, qu'il ne réagirait pas trop mal. Car elle ne supporterait pas une autre scène comme celle avec Seeley. Pas encore.

_________________
don't call it a fight when you know it's a war
we'll run for our lives ✻  i'll sing it one last time for you then we really have to go, you've been the only thing that's right in all i've done. and i can barely look at you, but every single time i do, i know we'll make it anywhere away from here.


Dernière édition par Amelia-R. Westerfield le Mer 4 Sep - 9:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Bulletproof
Bulletproof
the king
messages : 3955
avatar : army.
quartier de résidence : everywhere.
métier/études : maître de cérémonie.
Tirelire : 17

✈ the ones left behind : soirée de lancement. Empty
MessageSujet: Re: ✈ the ones left behind : soirée de lancement.   ✈ the ones left behind : soirée de lancement. EmptyLun 19 Aoû - 12:11



    almost is never enough.




Si tu veux que j'aille m'excuser, je suis ton homme. Cependant, les conséquences de mes actes seront irrévocables. Un choix devra être pris ce soir, si tu te sens capable de le faire. Alors allons-y.

Elle ne voulait pas se tromper. Elle voulait faire le bon choix. Mais malheureusement, il semblait qu'elle soit perdue au plus profond d'elle-même, dans une de ces errances dont il est si difficile de revenir.

Le mouvement autour d'elle lui donnait l'impression d'être une statue de marbre dans un musée, à l'heure d'affluence. La vie continuait, le monde tournait toujours. Et elle était là, enveloppée du regard angoissé d'Elias, écrasée par son amour sans limites. Elle peinait à respirer, sa poitrine se soulevait avec difficulté alors qu'elle pouvait voir les gens vivre sans se soucier d'elle, la pièce maîtresse de cette soirée.
Mais après tout, une statue n'est pas censée bouger, n'est ce pas ? C'était ce qu'elle était, une jolie poupée aux boucles rousses que l'on présentait comme un trophée, un corps sans âme, une enveloppe dont le contenu importait peu, au fond. Ses parents étaient là, ils étaient fiers, oh oui ils étaient fiers. Son éditeur l'accompagnait, il l'aimait et il aimait encore plus l'argent qu'elle allait lui rapporter.

Non. Bien sûr que non. Elle savait qu'Elias n'était pas comme ça. Elle savait que si elle choisissait Elias, elle n'aurait jamais à se soucier de l'argent, parce qu'il ne vivait pas pour ça. Il était tellement au dessus de ces problèmes matériels. Il avait l'avantage de l'expérience de la vie, une vie bien remplie, remplie d'une famille qu'il avait bâti, et qu'il était pourtant prêt à abandonner pour elle. Sans un battement de cil.

C'était peut-être ça, qui la dérangeait tant. Parce que s'il pouvait tout laisser tomber pour elle, qu'est ce qui lui disait qu'il ne l'abandonnerait pas, elle ?

Il est maintenant temps de commencer cette soirée, vous ne croyez pas ? Et quoi de mieux qu'un petit mot de notre éditeur préféré, Elias Barnes ? Mesdames et messieurs, Elias Barnes de chez Barnes Editions !

Retour à la réalité. Elle était toujours perdue. Elle donna un petit coup de coude à Elias, et, plantant son regard dans le sien, elle murmura :

Pas un mot sur Maxence, Elias. Ça ne concerne que nous.

Elle avait été plus abrupte qu'elle ne le voulait, ses mots avaient été plus froids que la chaleur qu'elle désirait lui transmettre. Elle l'aimait, bien sûr qu'elle l'aimait. Mais le doute, le vicieux doute de celle qui en aime deux, s'était immiscé dans leur relation. Et, tel un poison, il s'insinuait dans tous ses mots, dans tous leurs regards. Malgré tout, elle tenta de sourire et elle déposa un léger baiser sur sa joue avant qu'il ne se dirige vers l'estrade où une adorable petite blonde se débattait pour avoir l'attention de la salle.

Alors qu'Elias avançait vers l'estrade, majestueux et imposant de par son charisme naturel, Jamie-Rose ne put s'empêcher de sourire. Elle était fière de lui, d'elle, d'eux. Ils avaient fait tant de choses ensemble, ils avaient avancé malgré bien des obstacles. Elias avait été là pour elle, là où Maxence ne l'avait pas été.

Alors, oui. Peut-être qu'elle était perdue.  Peut-être qu'elle mettrait du temps à se retrouver. Mais tant qu'elle serait à ses côtés, il serait toujours là pour l'accompagner dans sa quête, dans ses doutes, dans ses peurs, dans ses joies.

... Je t'aime, Elias.
murmura t'elle, la fierté et le doute gonflant son coeur jusqu'à satiété.


Maxence, si tu veux, là tu peux venir vers Jamie-Rose pendant qu'Elias parle. Je pars en vacances pendant une semaine, ça te donne du temps pour répondre niark niark niark
Revenir en haut Aller en bas
https://bulletproof.forumactif.org


BULLETPROOF
Invité
Invité

✈ the ones left behind : soirée de lancement. Empty
MessageSujet: Re: ✈ the ones left behind : soirée de lancement.   ✈ the ones left behind : soirée de lancement. EmptyMar 3 Sep - 12:43



THE ONES LEFT BEHIND.
is it over, or has it begun,
do you wonder, what will we become.

✤✤✤
« Bonsoir, Ethan. » Il la sentait nerveuse, mais de toute façon, il l'était tout autant. Ils savaient l'un comme l'autre que ce soir, des vérités seraient soufflées entre deux coupes de champagne, et qu'ils en souffriraient plutôt qu'autre chose. Tant pis. C'était ainsi, qu'y pouvaient-ils ? Rien. Et c'était bien là le problème ; depuis qu'ils se connaissaient, ils ne maîtrisaient plus rien autour d'eux. La preuve, il avait fallu d'une rencontre pour qu'il fasse prendre à la vie de la jeune femme, un tout autre tournant. Comment tu vas. Elle était bien là, la vraie question. Car oui, il était au courant, même si elle ne le savait pas. Il savait très bien qu'elle n'était plus seule, dans ce corps un peu frêle, il savait qu'au creux de son ventre, il y avait une moitié d'eux qui grandissait au fil des semaines. Mais comment aborder le sujet ? Il ne pouvait pas. Il ne savait pas ce qu'il devait en dire, ou encore en penser. « Hm, je vais bien, merci. ... Désolée de ne pas t'avoir rappelée, crois-moi, c'était pas voulu. Il y a juste eu... tout un tas de choses, entre temps, et je... Désolée. » Il secoua brièvement la tête, ses lèvres s'étirant dans ce petit sourire paisible qui ne le quittait jamais vraiment. Lui non plus ne l'avait pas rappelée, de toute façon. Il ne pouvait pas la blâmer pour cela. Sauf que, à la différence d'Amelia, il n'avait aucune excuse. Il ne s'était rien passé d'extraordinaire, ou quoique ce soit qui l'aurait empêché de passer un simple coup de fil. Non, juste lui et sa lâcheté, lui et sa crainte de faire un faux pas de plus avec la brune. Lui, plus paumé que jamais.

Le silence. Il s'installait entre les deux, à nouveau. Il était presque trop lourd à supporter, et pourtant. Une question était toujours présente dans l'esprit du militaire ; pourquoi ne lui avait-elle rien dit ? Est-ce qu'elle comptait lui avouer ce soir ? Il voulait juste voir si elle comptait encore garder le secret longtemps. « Ce que tu as pu voir... C'est pas ce que tu crois. C'est vraiment trop... compliqué, même pour moi. » Encore une fois, il secouait la tête. Non. Non, elle n'avait pas besoin de lui dire ça. Il n'était pas stupide, il savait bien que la scène qui s'était jouée sous ses yeux quelques minutes plutôt n'était pas anodine. Elle n'avait pas besoin de chercher à le rassurer, à lui broder des explications, il avait déjà compris. Peut-être se trompait-il, et au fond, il l'espérait, juste un peu. Mais il avait beau réfléchir, il en revenait toujours au même point ; c'était le médecin, pas lui. Il n'y avait qu'à voir la manière dont elle pouvait regarder leur aîné, pour comprendre que c'était lui, et personne d'autre. Et ni Ethan, ni personne au monde ne pourrait y changer quelque chose. Elle baissait les yeux, mais lui la regardait toujours. Elle pouvait bafouiller toutes les excuses du monde, elle n'en était pas plus crédible aux yeux du lieutenant. « Si, je crois que justement, j'ai compris. » Son sourire avait peu à peu fané sur ses lèvres, alors que ses mots teintés d'amertume s'étaient échappés sans qu'il ne puisse les retenir. Bien sûr qu'il avait compris. Peut-être se trompait-il, mais les chances étaient si infimes que ce soit le cas. « ll faut que je te dise quelque chose d'important, Ethan... C'est un peu pour ça que je t'ai invité, à vrai dire. J'ai pas eu le courage de te le dire la dernière fois, mais je... » Donc, ils y venaient. Elle s'était enfin décidée à lui dire la vérité, ou plutôt, à lui annoncer cette information capitale qu'il avait apprise de manière détournée. « Je suis enceinte. De... toi. » Il souriait, à nouveau. Mais pour le coup, cela avait quelque chose de presque désespéré, de plus douloureux. Hochant un peu la tête sans rien dire au début, il se décida enfin à lui répondre. « Je suis au courant. » Comment, pourquoi, ah, les questions devaient être nombreuses pour la brune. « J'ai vu ta soeur, peu de temps après t'avoir vue à la base. C'est elle qui m'a dit que tu étais enceinte. Et qui m'a presque cassé le nez au passage. » Il eut un rire un peu nerveux, comme une vaine tentative de détendre les choses. Oh oui, il ne voulait pas le cacher ; il aurait préféré l'apprendre par la future mère elle-même, mais soit, il avait fini par l'apprendre et au final, il ne pouvait pas se plaindre. Soupirant, il baissa les yeux un instant. Il doutait, ou plutôt, il craignait de devoir lui poser cette question qu'elle même avait du se poser bien avant. Relevant le regard vers elle, il reprit d'un ton plutôt posé. « Et qu'est-ce que tu comptes faire ? » Il se trouvait maladroit, même ridicule de lui poser une telle question. « Enfin, tu fais ce que tu veux, c'est juste que... Quelle que soit ta décision, je veux juste que les choses se passent bien, pour toi. » Je veux juste que tu sois heureuse Amy. Je veux juste qu'il te donne la seule chose que moi, je suis même pas foutu de conserver ; ton bonheur.
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Amelia-R. Westerfield
Amelia-R. Westerfield
messages : 4343
avatar : jenna-louise coleman.
âge : 23 yo.
côté coeur : l'autre enfoiré d'ethan dans la tête, tout récemment maman.
quartier de résidence : actuellement, l'hôpital civile de huntsville ; officiellement, quartier madison.
métier/études : attachée de presse à la mairie.
✈ the ones left behind : soirée de lancement. Tumblr_neftcss90n1r9k8cuo1_1280

    and how odd it is, to be haunted by someone that is still alive. ❞


pseudo : sil.
dc : lua stern.
Tirelire : -193

✈ the ones left behind : soirée de lancement. Empty
MessageSujet: Re: ✈ the ones left behind : soirée de lancement.   ✈ the ones left behind : soirée de lancement. EmptyDim 15 Sep - 17:53

the ones left behind.

Un regard triste, un demi-sourire, et Amy comprit immédiatement que la réaction d'Ethan serait différente de toutes celles qu'elle avait observé chez chacun de ses proches. Pas de fausse joie, comme celle de Seeley; pas de réaction froide mais douce, comme celle de Charlie; et encore moins un réel bonheur teinté de préoccupation, comme Reed ou Jamie. Non. Loin de là. « Je suis au courant. » Elle faillit s'étouffer avec sa propre respiration. Comment, pourquoi...? « J'ai vu ta soeur, peu de temps après t'avoir vue à la base. C'est elle qui m'a dit que tu étais enceinte. Et qui m'a presque cassé le nez au passage. » Sous le choc, elle le fixa, les yeux légèrement brillants, navrée. Et puis, elle rit doucement, alors qu'il baissait les yeux. « C'est tout Charlie, en effet. »

Amy était incapable de le quitter des yeux; peut-être que, au fond d'elle, restait cette peur sourde de le voir s'en aller à nouveau. Mais c'était différent que les dernières fois qu'ils s'étaient vus. Car, désormais, restait ce goût sur leurs lèvres, fantôme du baiser furtif de leur dernière rencontre. Synonyme de cet étrange lien qui les liait. Ni amour, ni amitié. Il releva les yeux vers elle, croisant son regard attentif. « Et qu'est-ce que tu comptes faire? Enfin, tu fais ce que tu veux, c'est juste que... Quelle que soit ta décision, je veux juste que les choses se passent bien, pour toi. » Elle sentit les larmes monter, comme un souffle de... joie? tristesse? ou, les deux, assurément. Amy était loin d'être naïve ou rendue idiote par les histoires d'amour à l'eau de rose. Sachant pertinemment qu'il ne lui dirait pas qu'il serait toujours là pour elle, qu'il aimerait cet enfant autant qu'il aimait celle qui le portait; ils n'étaient que de demis inconnus, après tout. Mais il venait de lui dire la seule chose qu'elle voulait entendre, la seule chose qu'elle espérait qu'il lui dise. Qu'il aimerait simplement que cet enfant lui donne le bonheur qu'il ne pourrait jamais lui donner. Et c'était largement assez. Merci.

Détachant le regard, baissant les yeux sur ses mains qui trituraient malgré elle sa jolie robe rouge, elle souffla une réponse de ses lèvres tremblantes. « Je vais le garder. J'ai mis du temps à me décider mais je... C'est une partie de moi, maintenant. Et ce gosse, j'ai beau ne pas l'avoir choisi... C'est la seule chose à laquelle je peux m'accrocher, maintenant. » Elle sourit légèrement, convaincue de ses paroles. Car, cette pensée avait beau être totalement égoïste, elle savait qu'au moins, cet enfant, elle n'aura pas la peur au ventre de le voir l'abandonner à l'instar de tous ceux qu'elle aimait. Car tout le monde semblait s'en aller, dans sa vie. Sans exception. Relevant la tête, elle lui sourit, doucement, gentiment, un air triste mais déterminé brillant dans ses yeux. « J'aimerais que tu fasse partie de sa vie, Ethan. Si tu le veux bien. » Car elle avait l'étrange impression qu'il ne partirait plus, lui. Qu'il n'avait rien à quoi s'attacher, personne pour le sortir de cette solitude dont elle le savait accablé. Et que, peut-être, elle pourrait l'aider. Cette erreur, cet enfant... Peut-être que cela n'était pas arrivé en vain, finalement.


hj : c'est un peu caca et en plus je suis super en retard, la honte ✈ the ones left behind : soirée de lancement. 2931657991 par contre je sais pas comment faire revenir reed, je suis un vrai boulet. si tu sais pas comment avancer mon p'tit Ethan, dis-moi Arrow

_________________
don't call it a fight when you know it's a war
we'll run for our lives ✻  i'll sing it one last time for you then we really have to go, you've been the only thing that's right in all i've done. and i can barely look at you, but every single time i do, i know we'll make it anywhere away from here.
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Invité
Invité

✈ the ones left behind : soirée de lancement. Empty
MessageSujet: Re: ✈ the ones left behind : soirée de lancement.   ✈ the ones left behind : soirée de lancement. EmptyVen 27 Sep - 21:59


Falling out of love is hard
Falling for betrayal is worst
Broken trust and broken hearts
I know, I know...

Est-ce qu'elle oublie ou bien feint-elle le problème de leur relation ? Il vient de s'exprimer clairement à ce sujet, il veut faire avancer les choses, mais ils ne sont pas, plus sur le même longueur d'ondes. Elias hausse un sourcil définitivement surprit de son manque de réaction face à tout ce qu'il vient de lui dire, cependant, il n'en démord pas et reste sur ses gardes, il attend, il se prépare à plus, se renfrogne encore un peu, certes, mais il reste là, devant la femme qu'il aime, La femme pour qui il a tout quitté. Ce qui inquiète encore plus l'éditeur c'est qu'elle ne songe qu'à Maxence, qu'à son fils, même si elle lui montre des marques d'affection, elle reste du côté de Maxence, elle veut lui éviter des problèmes, elle veut le protéger. L'éditeur pince ses lèvres et ferme les yeux durant quelques longues secondes avant de hocher simplement la tête de haut en bas. Bien évidemment qu'il ne va rien dire, rien faire, un scandale est certainement tout ce dont il n'a absolument pas besoin maintenant. Il n'est pas idiot, loin de là, il est juste amoureux. Derrière tout cela, toutes ses pensées et les quelques paroles échangées par sa compagne, il en oublie l’événement, ce pourquoi il est réellement ici, parce que ce n'est pas pour parler des problèmes qu'ils ont, non, mais pour faire la promotion d'une œuvre littéraire qui risque de fonctionner aussi bien que la précédente, si ce n'est encore mieux.

C'est soirée à elle, il serait le pire des connards s'il venait à lui gâcher son moment, sa gloire. Elias sourit en coin, la tête penchée en l'imaginant avec ce même sourire qu'elle a eu la première fois lorsque son œuvre qu'il a publié a eu un franc succès. Il sait qu'elle a du talent, du potentiel et beaucoup de choses à revendre, il va la pousser et l'aider avec tout ce qu'il a en lui, même si ce n'est que de l'amour pour qu'elle aille de l'avant, qu'elle réussisse et qu'elle puisse avoir la meilleure des vies.

L'éditeur est on ne peut plus altruiste envers sa bien-aimée. La question est, qu'est-ce qu'il ne ferait pas pour elle, son bonheur, son amour et le reste. Elias se mord l'intérieur de la bouche avant de répondre, en chuchotant, la foule est en train de se mettre en place, devant les gradins, l'attendant lui pour faire sa présentation, malgré sa boule au ventre, il va s'y rendre, mais ça, juste pour elle. « Tu peux me faire confiance, je ne suis pas là pour m'attirer les foudres des invités de ta soirée Jamie, tu le sais, tu me connais, tu sais pourquoi je suis ici. » Son sourire est tendre, il glisse sa main gauche sur la joue de la jeune femme et répète doucement. « Tu le sais... » le regard brillant, après un léger baiser il ajoute, lui aussi. « Je t'aime... Tellement. » Une seconde plus tard, le voilà qui disparaît dans le couloir, remontant le col de sa chemise afin de faire son apparition publique, se montrer, sourire faussement, juste pour elle, faire bonne prestance, juste pour elle, tout ça pour elle. Grimpant les quelques marches devant lui, il s'empare par la suite du micro pour commencer sa présentation, toujours avec humour, il est assez talentueux pour ce genre de choses, même si ce n'est pas le meilleur, il s'en sort toujours bien. Elias capte le regard de sa bien-aimée, celle a qui tout est dédié ici, il la dévore du regard et ça, sans le savoir, incontrôlable, mais surtout amoureux.

Quelques minutes plus tard, sous les applaudissements plus ou moins chaleureux, le voilà qui quitte la scène, par derrière cette fois, défaisant un bouton de sa chemise, quittant cette chaleur presque oppressante, il a noté certains regards posés sur lui, certains qui n'étaient pas si chaleureux que les autres. Tant pis, on ne peut pas plaire à tout le monde.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Bulletproof
Bulletproof
the king
messages : 3955
avatar : army.
quartier de résidence : everywhere.
métier/études : maître de cérémonie.
Tirelire : 17

✈ the ones left behind : soirée de lancement. Empty
MessageSujet: Re: ✈ the ones left behind : soirée de lancement.   ✈ the ones left behind : soirée de lancement. EmptyDim 29 Sep - 15:33



    you got all my love.






Elias se dirige vers l'estrade, et c'est tout son amour qui envahit le coeur de Jamie-Rose. Elle aimerait croire que tout ça est simple, que c'est ça, la ligne d'arrivée; mais, alors qu'elle jette un coup d'oeil vers Maxence, elle sait que la course n'est pas encore finie.

Le discours d'Elias est comme lui; net, précis et terriblement efficace. Jamie-Rose ne peut s'empêcher d'applaudir avec enthousiasme alors qu'il descend de la scène pour revenir à ses côtés. A ce moment précis, elle est tellement fière d'être la femme à ses côtés. Pas d'Abigail, pas de Maxence, juste elle, l'auteur prodige, aux côtés de l'éditeur de renom. Si c'était un roman à l'eau de rose, il se terminerait sûrement là, entre son succès et leur histoire d'amour naissante.

Mais il s'agissait plus d'un roman fleuve, et Jamie-Rose avait la sensation que l'histoire ne s'arrêterait jamais.
Alors qu'Elias se dirigeait vers elle, Jamie-Rose se demanda si elle serait jamais satisfaite et sûre de son choix. Et si cette éternelle indécision ne finirait pas par briser le coeur d'Elias. Un coeur si brave, si bon. Elle ne pouvait pas se permettre de détruire l'homme qui l'avait construite, elle. Non, le seul qui l'avait détruite, elle, et qui méritait de rester dans son coin, était justement placé à côté de la porte de sortie.

Maxence.

Elle avait toujours cru que Maxence serait sa fin heureuse. Que, peu importe comment, ils finiraient ensemble. A vrai dire, tout le monde pensait que ça serait le cas. Mais alors qu'elle regardait Maxence et ses grands yeux bleus, Jamie-Rose n'arrivait plus à vouloir de cette fin là. Parce que s'il n'en avait jamais voulu, pourquoi en voudrait-il maintenant ? A présent qu'elle arrivait à avancer, qu'elle pouvait voir la fin de cette histoire, pourquoi était-il revenu ?

La main d'Elias sur sa hanche effaça la question de l'esprit de Jamie-Rose. Elle posa ses lèvres sur la bouche de celui qu'elle avait décidé, envers et contre tout, d'appeler son compagnon. Et ce baiser là, ferme et décisif, sonna comme une promesse.

Je suis là.

Elias, écoute... Je suis désolée. Je ne suis qu'une gamine indécise qui ne mérite pas tant d'amour. Je ne te mérite pas, Elias. Et pourtant, je...

Leurs visages étaient proches, tellement proches qu'elle pouvait voir dans le moindre détail la couleur qui innondait le regard d'Elias. Ce bleu si spécial, unique, un univers à lui tout seul, une galaxie lointaine et pourtant si accueillante. Elle aurait pu écrire un roman entier dédié à ces yeux. Elle aurait pu rester dans l'étreinte chaleureuse de ce bleu venu d'ailleurs pendant des milliers d'années, si seulement la vie n'avait pas été si courte.

... Je te veux.

Le souffle court, les yeux brillants, Jamie-Rose avait soufflé ces derniers mots dans l'espace intime qui séparait Elias d'elle. C'était un aveu de faiblesse pour elle, une vérité dérangeante sur le besoin presque physique qu'elle avait d'être à ses côtés. Elle baissa le regard, légèrement gênée de s'être ouverte à Elias devant tant de monde.

Mais Jamie en avait assez. Assez d'attendre pour un homme qui ne lui avait jamais fait savoir qu'elle devait attendre. Elias était là, et il ne partirait pas ce soir là en lui disant qu'il allait s'engager dans l'armée pour "changer d'air". Ça, elle en était sûre.
Revenir en haut Aller en bas
https://bulletproof.forumactif.org


BULLETPROOF
Invité
Invité

✈ the ones left behind : soirée de lancement. Empty
MessageSujet: Re: ✈ the ones left behind : soirée de lancement.   ✈ the ones left behind : soirée de lancement. EmptyDim 13 Oct - 20:08

THE ONES LEFT BEHIND



Reedan tenait les deux verres en main. Pour Amy. Pour lui. Fixant du regard le duo venant de se former sous ses yeux, sans trop savoir ce qu'il ressentait face à eux. Étais-ce une pointe de jalousie qui venait rongé l'infime instant de bien-être qui s'était étendu dans son corps quelques secondes plus tôt ? Il a l'impression de ne plus savoir ou il va, comme plongé dans la noirceur de ses indécisions, déambulant à l'aveugle, trouvant tour à tour la main d'Amy puis celle de Faith sans jamais savoir laquelle choisir. Laquelle le réconfortera le plus. Laquelle il saura aimer le mieux. Tout ça, ce n'est qu'une effroyable toile que son égoïsme à tissé, emprisonnant dans une cocon douloureux les deux personnes qu'il aimait sans doute le plus. Et Amy, là, chétive et si belle, discutant avec un garçon qu'il ne connaît pas, l'idée tordait les tripes de Reedan d'une manière tout à fait pathétique.

L'indécis égoïste.

Cherchant à retrouver une vaine contenance, il écoula dans sa gorge le contenu de son verre et en prit un nouveau avant de rejoindre les deux amis, amants, cousins, qu'en savait-il ? Se parant d'un sourire, il tendit révérencieusement le verre à Amelia, sans alcool, évidemment avant de se tourner prestement vers le jeune homme, tendant une main qui se prétendait amical et sincère. Il l'avait déjà vu, il en était certain. Sa mémoire photographique lui rappelait les dossiers médicaux de Redstone. Ce visage était dans l'un d'eux.

« Reedan Bennett. »
Sa main empoigne celle d'Ethan avec une solennité presque pathétique. Une mascarade désolante à laquelle Reed tente de coller des allures de sympathie. L'hypocrisie a toujours été un don chez lui, une manière inné de berner son monde, cachant un égoïsme profond que son amour du métier avait su dissimuler. Mais dans de tels instants, alors que sa blouse est rangée au fond du casier, il lui semble qu'elle se ressent davantage, comme un néon au dessus de sa tête.

Lâchant la main d'Ethan, son bras vient passer dans le dos d'Amy, caressant ses reins sans réellement le désiré. Sans non plus vouloir se tenir à distance non. Il n'a aucune idée du jeu auquel il joue, comme un enfant faisant son caprice. Il a l'horrible impression de prendre Amelia pour un jouet, un jour à l'aimer, l'autre à la fuir. Finalement désirer la posséder, tout en sachant qu'il lui cause du tord. Pour l'heure, il n'écoute que cette partie de lui, celle qui appartient à la jeune femme, qui lui souffle de la garder près d'elle, encore un peu. Parce que ça ne durera pas toujours.
Au profond de lui, il le sent.




ouais, excusez moi pour la réaction de Reed, j'aime développer son côté con et au passage lancer le quiproquo entre Ethan & Amy (mon côté sadique.) aha.
(après si ça vous convient pas dîtes le moi, je modifie hein ! ♥
puis c'est court, aussi.)
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Invité
Invité

✈ the ones left behind : soirée de lancement. Empty
MessageSujet: Re: ✈ the ones left behind : soirée de lancement.   ✈ the ones left behind : soirée de lancement. EmptyLun 14 Oct - 21:07



THE ONES LEFT BEHIND.

✤✤✤
« C'est tout Charlie, en effet. » Allez, souris, encore un peu. Souris pour lui faire plaisir, souris parce que tout est fini. Souris, parce que c'est bien la seule chose qu'il te reste, désormais. Hypocrite. Tel était ce sourire qui était venu se loger par automatisme sur ses lèvres. C'était faux, certainement autant que ses paroles. Quelle importance, tant qu'elle y croyait, il se fichait pas mal du reste. Il l'imaginait plus heureuse sans lui, et c'était sûrement le cas, même si ça lui passait en travers la gorge. Elle avait choisi, pas vrai ? Non, faux, il n'y avait même pas eu de choix à faire. C'était lui, c'était Reedan Bennett. Ethan se demanda un court instant, presque trop naïvement, si elle avait hésité, ne serait-ce qu'une fraction de seconde. Mais c'était stupide, complètement ridicule ; ils ne se connaissaient plus, et de toute façon, ils ne s'étaient jamais vraiment connus, tous les deux. Alors pourquoi avait-il espéré ? Pour combler un vide. Pour se dire qu'il pourrait être quelque chose, à défaut d'avoir été quelqu'un un jour. Quelque chose pour elle. Quelque chose pour cette moitié d'eux qu'elle portait au creux de son ventre. Quelque chose.

Il la détaillait, cherchait dans ses yeux une réponse, alors qu'elle fuyait du regard, sans cesse. Triste vérité. Elle ne pouvait même pas le regarder en face, et lui non plus de toute façon, sans avoir cette douloureuse impression d'agoniser. Dépérir de l'intérieur car il n'était rien, rien de plus que cet élément d'arrière plan qu'on cherche à gommer du tableau. Peut-être était-il trop mauvais avec lui-même, trop pessimiste. Qu'importait. « Je vais le garder. J'ai mis du temps à me décider mais je... C'est une partie de moi, maintenant. Et ce gosse, j'ai beau ne pas l'avoir choisi... C'est la seule chose à laquelle je peux m'accrocher, maintenant. » Souris. Souris encore, c'est bientôt la fin. T'es pas un monstre Ethan, t'es juste coupable. Coupable d'avoir trop aimé, rien qu'une nuit. Il ne cillait pas, il respirait doucement. Il essayait de feindre une espèce d'indifférence surjouée, même s'il était loin d'être mécontent. Il était juste paumé. Comme toujours. Il lisait la tristesse dans les yeux de la petite brune, quand son sourire inspirait le calme et la sérénité. Ah. C'était dur de garder la face, de continuer à faire comme si de rien n'était, comme si tout allait bien se passer.  « J'aimerais que tu fasse partie de sa vie, Ethan. Si tu le veux bien. » et quelle était cette douleur lancinante qui parcourait ses membres. Cette paralysie soudaine, impromptue. Si tu le veux bien. Qu'est-ce qu'il devait répondre à ça ? Lui, assumer le rôle d'un père ? Ah. Il aurait presque souhaité qu'elle soit ironique, sur l'instant. La surprise ouvrait un peu plus ses paupières, il haussait légèrement les épaules. « Bah, je... Oui, enfin, oui, si tu veux. » Balbutia-t-il confusément. Peut-être. Peut-être seulement, car il n'était pas sûr de pouvoir le supporter. Parce qu'il n'était plus sûr de rien, simplement.

Il revint. Lui, l'homme de tout à l'heure. Celui qu'Ethan reconnaissait vaguement comme le chef médecin de la base. Tant mieux. Tant pis. Il lui tendait la main, il la serrait, par politesse. « Reedan Bennett. » L'autre. « Ethan, Dillinger. » Répondit-il simplement. À quoi bon s'étendre, ce type s'en fichait pas mal, que le soldat s'appelle Ethan, Chuck ou Louis. Après ce soir, il ne s'en souviendrait certainement plus. Puis, ce détail. Pas grand chose au final, juste une main qui glisse dans le dos de la jeune femme. Si d'ordinaire, le lieutenant n'aurait pas hésiter à frapper son vis-à-vis, il faisait preuve de retenue. Ce n'était ni le lieu, ni le moment, et de toute façon, il n'avait aucune raison valable de se montrer violent. Il devait le reconnaître, ce gars avait gagné, fin de l'histoire. Ou presque. « Ravi de faire votre connaissance. » Hypocrite. Pourquoi est-ce qu'il disait ça ? Il n'en avait aucune idée. Pour combler un vide, pour combler le silence. Pour essayer de baisser cette tension électrique, qui flotte et menace de tout faire péter, à un moment ou à un autre. « Et au passage, je suis le père de l'enfant. » C'était hors contexte, complètement décalé et déplacé. Il ne savait même plus pourquoi il faisait ça. Certainement pour mettre le bordel, rien qu'une fois, encore. À quoi tu joues encore ? À rien, tu fais ce que tu sais faire de mieux ; chercher les problèmes, en créer de nouveaux. Au moins, ça te permet d'espérer, juste quelques secondes, encore un peu.
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Invité
Invité

✈ the ones left behind : soirée de lancement. Empty
MessageSujet: Re: ✈ the ones left behind : soirée de lancement.   ✈ the ones left behind : soirée de lancement. EmptyLun 21 Oct - 8:58


haven't crossed my mind for so long
uuh, we wished on these stars, they were ours they remind me of you. i'm still letting you go, i just want you to know that i think of you, think of you, think of you, think of you. the space in the back of my mind, i meet you there to reminisce from time to time. you were the light, the blue in my skies. i saw the shades of myself in your eyes.


La douce torpeur dans laquelle je me trouve plongé, ne semble pas considérer l’envie de me défaire de son emprise. Je me tiens près de la porte de sortie, près à fuir, mais je m’en montre incapable alors que mes prunelles se trouvent attirées par la silhouette de Jamie-Rose. Personne ne semble la voir, mais moi je ne vois qu’elle. Même mon père qui reste coller à elle, lui agrippant tendrement les hanches, semble se trouver bien loin à présent. Mes yeux pétillent, mon cœur se trouve au niveau de mon estomac. C’est à cet endroit qu’il semble tambouriner à tout rompre, me rendant légèrement nauséeux. Je ne me suis jamais senti aussi mal de ma vie. Je ne me suis jamais senti aussi bien de ma vie. Parce qu’elle se trouve là, à quelques mètres devant moi, celle à qui je voue tout mon amour à présent, celle à qui je n’ai jamais pu dire ces deux simples mots que mon paternel lui susurre sans cesse au creux de l’oreille. Parce qu’elle ne me regarde pas, ne me voit pas. Invisible, je retrouve cette sensation d’exister sans exister. Je me trouve semblable à toutes ces personnes présentes dans la foule, un inconnu auquel elle n’a sans doute rien à dire. Comme un soldat parmi d’autre, un homme d’armée au milieu d’un champ de bataille. Ma vie toute entière est devenue un champ de bataille, oui, je crois que je peux le dire ainsi. Et à chaque battement de cils, je revoie Jamie-Rose pivoté sur ses talons, me laissant seul après que je lui ai annoncé mon engagement dans l’armée. Une façon de me prévenir, sans doute qu’elle n’attendait déjà plus rien de moi à ce moment-là, qu’elle ne m’attendait plus. Et entre deux soupirs consternés, foncièrement dépités, je sais que je devrais me réjouir de son bonheur, du fait de savoir qu’elle est heureuse. Égoïste, je n’y parviens pourtant pas. Parce que c’est dans les bras d’Elias, de mon paternel qu’elle se trouve, et non pas dans ceux du premier imbécile passant par là. Parce qu’il a toujours été un modèle de vie et qu’à présent, un relan de haine me gagne à chaque fois que mon regard passe sur son visage, embrasse ses traits. Je me sens trahi mais pourtant je ne dis rien, me contentant de m’enfoncer toujours un peu plus dans mon mutisme. A quoi bon lutter ? Je me trouve aux prises avec bien plus grand que moi, bien plus fort. Il est à la tête de Barnes Édition, il est un homme au nom connu, celui qui se détache du lot, là où je me contente d’être l’inconnu que les gens croisent au détour d’une rue, piaffant, agacés, lorsqu’ils manquent de me rentrer dedans, avant de m’oublier, quelques mètres plus loin. C’est mon choix, cela l’a toujours été, mais aujourd’hui, je ne suis plus sûr de me trouver en mesure de l’assumer pleinement.

Alors que je fais tourner le champagne dans ma coupe, détachant mon regard pour observer le ballet de la boisson contre la paroi du verre, je me laisse aller à me demander ce pourquoi elle m’a fait venir. Pas pour me rendre jaloux, non, je ne pense pas que Jamie-Rose soit capable de faire une telle chose. Elle est bien trop gentille pour agir ainsi, bien trop altruiste. Je n’ai pas ce sentiment de la mériter et c’est sans doute tant mieux, puisqu’elle ne fait plus attention à moi. Peut-être a-t-elle simplement eu une pulsion soudaine au moment de rédiger les invitations, sûrement m’a-t-elle envoyé ce carton uniquement par habitude. Elle doit regretter de l’avoir fait à présent. A moins qu’elle ne m’ait même pas vu, qu’elle croie que je n’ai pas pris la peine de venir – puis-je lui en tenir rigueur ? je n’y croyais pas non plus, au départ – ou tout simplement, qu’elle a complètement oublié l’invitation, et le fait qu’elle m’a demandé de me trouver ici, pour elle. Je pince les lèvres, gêné. Lorsque je redresse la tête, mon regard s’attarde sur Amélia ; l’air quelque peu embarrassé, elle se trouve entourée de deux hommes à la mine grave. Un élan de compassion s’empare de mon être, mais je ne bouge pas de là, me contentant de la laisser se débrouiller. Devenu faible, devenu triste, je ne suis plus capable de rien. Je suis pourtant certain qu’elle ne souhaite pas que je me mêle de cela, de choses qui ne me regardent en rien. Il s’agit de sa vie et elle la gère comme elle l’entend. J’aimerais bien pouvoir penser la même chose en ce qui concerne Jamie-Rose, mais j’en suis tout bonnement incapable. Alors que mes yeux balayent de nouveau l’assemblée pour se poser sur elle, je me plais à m’imaginer à la place de mon père alors que ses doigts effleurent ses joues, ses phalanges traçant des arabesques sur sa peau. La peau me brûle, étreinte par les doigts invisibles de la jeune femme qui me tourne le dos. Je me sens comme un imbécile envieux, alors que je porte mes propres doigts jusque ma joue, les refermant sur la main inexistante de Jamie-Rose, cette main qui ne se posera sans doute jamais là. Peut-être même ne sentirais-je plus jamais l’effluve de son parfum… Enfin si, mais ce ne sera pas moi qu’elle désirera alors enivrer de cet arôme qui a toujours su faire frémir mes narines. Mon cœur se met à battre plus violemment, vibrant avec force, venant s’échouer contre les parois de ma cage thoracique, malmenant mes poumons. J’ai du mal à respirer et il me faut détourner le regard au plus vite, aussi je me remets à fixer la pointe de mes chaussures, alors que la question résonne une énième fois dans mon esprit. Que suis-je venu chercher ici ? Rien que la désolation. L’enfer sur terre, que de voir ces deux là s’étreindre, douce torture que de m’imaginer à la place d’un autre. Je me trouve attiré par la sortie, pourtant je résiste, restant fermement campé sur mes pieds, bien décidé à rester jusqu’au bout. Pour Jamie-Rose.


Dernière édition par Johann Barnes le Ven 1 Nov - 11:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Invité
Invité

✈ the ones left behind : soirée de lancement. Empty
MessageSujet: Re: ✈ the ones left behind : soirée de lancement.   ✈ the ones left behind : soirée de lancement. EmptyLun 28 Oct - 20:45


And I watched the birds
As they fell out from the sky.
Into the hands of decay
I wish there was a way for you.

En descendant la scène, en s'éloignant des regards et des applaudissements, Elias se demande comment ça va se passer par la suite. Lui, elle, son fils, les autres. Sa main gauche passe lascivement de son front à son menton, appuyant sur son visage doucement. Peut-être a-t-il besoin de temps ? Certainement pas, cela fait bien trop longtemps qu'il attendait de la revoir, qu'il dépérissait sans elle... Elias a besoin de Jamie-Rose, c'est indéniable. Ils s'attirent, du moins, c'est ce qu'il ressent, dès qu'il est à ses côtés, l'envie de lui sourire, de lui caresser le bras, de lui dire qu'il l'aime, de le lui montrer, d'aller décrocher cette putain de lune.

Il la rejoint, elle. Pas un regard de plus vers les autres, pas question d'arborer un air triste en ne voyant plus son fils, ou bien en ayant le malheur de croiser son regard et de remarquer la douleur dans celui-ci. Elias glisse sa main sur sa compagne, souriant largement, les yeux encore brillants, il est heureux pour elle, pour ce qu'elle est et ce qu'elle va devenir. Son bonheur, elle le mérite. C'est avec elle qu'il s'est découvert aussi altruiste, il l'était avant, certes, mais pas autant, désormais, il n'y a que son bonheur a elle qui lui importe, le sien n'a plus d'importance, celui des autres non plus. Est-ce que c'est ça aimer ? Oublier le reste pour ne se concentrer que sur l'être qui nous est le plus cher, en oubliant sa famille ? L'éditeur essaye de ne pas penser à cela, mais à elle et son sourire, la réussite l'attend, elle a toute sa vie devant elle, elle mérite d'être tellement, tellement qu'elle ne s'en rend peut-être même pas encore compte. Jamie-Rose est jeune, elle se doit de profiter, de s'amuser, d'aimer la vie comme il se doit. Elias garde son sourire face à elle, l'embrassant sans gêne, lui offrant cet amour qui dégouline, cet amour qui pulse dans ses veines et qui parfois, fait mal. Il l'écoute parler, il se nourrit de ses paroles. Comme à son habitude, il prend quelques secondes avant de réfléchir, quelques secondes à ne réfléchir, pour ne pas la faire douter. Il serait prêt à lui dire « ne fais pas ça, ne prends pas ta décision maintenant profite et sois-sure de toi, aime celui qui te rendra la plus heureuse, ne fais pas de choix à la légère. Je t'attendrai. » Cependant, rien de tout cela ne sort de sa bouche, bien au contraire. Elias l'attire dans ses bras, son « je te veux » lui fait énormément de bien alors, il l'a serre contre lui, un peu plus fort, enfouissant sa tête au creux de sa nuque. « Je t'aime. » Est la seule phrase qui sort de ses lèvres avant qu'il ne l'embrasse à nouveau, glissant ses doigts sur son visage, le regard toujours aussi brillant des quelques larmes qui menacent mais qui ne vont jamais descendre.

Elias n'était pas cet homme sentimental avant, jamais il ne pouvait pleurer en public, sa femme se demandait même si un jour il avait versé une larme, mais avec elle, avec Jamie-Rose, il a découvert tellement de choses sur lui-même que parfois ça le fait frissonner, de peur. Elle a un pouvoir sur lui qu'elle n'imagine même pas un seul instant et c'est ce qui est touchant chez elle, nombreuses sont les femmes qui auraient profité de ce pouvoir. Jamie est parfaite aux yeux d'Elias. Jamais elle ne pourra lui faire de mal alors que lui, il va le faire certainement, son fils ne va pas s'effacer comme ça, c'est un Barnes et ils n'abandonnent pas. Même si la situation semble sans issues pour tous, elle peut encore se modifier, détruisant toutes les parties dans le conflit. C'est simple, Elias et Jamie sont ensembles, Johann est à l'écart. Johann et Jamie sont ensembles, Elias est à l'écart. Jamie décide de n'en choisir aucun des deux, plus personne ne se parle. Rien ne peut aller pour le mieux avec ses cas de figure.

« Tu veux encore rester et voir tes ami(e)s ? Ou tu veux qu'on rentre ? Tu me dis. » Souffle-t-il après avoir déposé sur son front, enfonçant ses mains dans les poches de son pantalon. Elias ne cracherait pas sur une petite cigarette dehors.
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Contenu sponsorisé

✈ the ones left behind : soirée de lancement. Empty
MessageSujet: Re: ✈ the ones left behind : soirée de lancement.   ✈ the ones left behind : soirée de lancement. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

✈ the ones left behind : soirée de lancement.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» quelle belle soirée (pv val ) (HENTAÏ !!!)
» « Désolé pour hier soir d'avoir fini à l'envers, la tête dans l'cul, l'cul dans l'brouillard » [Bunsit] /!\ Hentaï

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BULLETPROOF :: ✈ as you were. :: version une. :: Annonces et sujets commums-