AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 how bravely we fought, how fiercely we loved

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


BULLETPROOF
Invité
Invité

how bravely we fought, how fiercely we loved Empty
MessageSujet: how bravely we fought, how fiercely we loved   how bravely we fought, how fiercely we loved EmptyJeu 12 Mar - 23:21



bellamy moore

how bravely we fought, how fiercely we loved.

let me introduce myself.


NOM(S) : Moore. PRÉNOM(S) : Bellamy Achilles. AGE : 23 ans. LIEU DE NAISSANCE : Woodward, Oklahoma (US.) ORIENTATION SEXUELLE : officiellement bisexuel, parce que c’est plus acceptable pour certains collègues militaires d’imaginer qu’il est également attiré par les femmes, mais offieusement homosexuel. SITUATION AMOUREUSE : célibataire, possiblement avec un cœur qui serait brisé s’il n’était pas aussi bon à réparer tout et n’importe quoi. SITUATION FINANCIÈRE : acceptable – son salaire de tout jeune militaire ne lui permet pas de faire des folies, mais il est nourri, logé et blanchi par Redstone Arsenal, alors il ne se plaint pas. MÉTIER/ÉTUDES : Mécanicien dans l’Armée de Terre. SI MILITAIRE, GRADE : soldat, espère bientôt être promu caporal, même si c'est peu probable du fait de son statut de soldat mécano. GROUPE : Learning war. AVATAR : Harry Styles. CRÉDITS : Anaëlle, WaterwickBambi.




⊱ this time i'll be bulletproof
✈️ Taiseux. S’il y a bien une chose que l’on peut dire de Bellamy, c’est qu’il n’est pas loquace. Ce n’est pas de sa faute, cependant. Il a passé trop de temps en compagnie de machines et il a perdu en pratique en ce qui concerne l’interaction humaine. Les systèmes mécaniques, par ailleurs, sont beaucoup plus faciles à gérer que les personnes, trop imprévisibles.

✈️ Attentif. Conséquence directe du fait qu’il ne parle pas beaucoup, Bellamy est en fait très doué pour écouter. Certes, il aura rarement un conseil à vous donner, sauf si vous mentionnez à un moment ou à un autre de votre histoire palpitante un problème avec votre frigo qui vibre ou votre tondeuse qui refuse de démarrer. Mais il saura vous prêter une oreille compatissante.

✈️ Grognon. A nouveau, c’est son côté asocial qui ressort dans cette caractéristique. Bellamy aime son calme et il n’est jamais content d’être dérangé. Il apprécie que les gens lui laissent son espace au lieu de l’envahir avec leurs remarques bruyantes au moment où il s’y attend le moins.

✈️ Serviable Certes, si vous le dérangez pour lui demander un service, Bellamy va grommeler, soupirer, mais il finira par se lever pour vous porter assistance, parce qu'en dépit de son côté ours, il a un bon fond.

✈️ Loyal. Les personnes, c’est comme les machines, une fois qu’on en a trouvé une qui vous satisfait, il faut l’entretenir, en prendre soin et ne pas se risquer à essayer un autre modèle au détriment de celui que vous avez déjà. En gros, si vous avez réussi à vous faire apprécier de Bellamy – ce qui, en réalité, n’est pas aussi difficile qu’il y paraît, car le jeune homme a un cœur d’or sous la couche de diodes et de câbles –, il saura être là pour vous quelle que soit la situation.

✈️ Froussard. Prudence est mère de sûreté, dit l’adage. Bellamy n’est pas particulièrement prudent, mais, défaut inconcevable pour l’armée, il est naturellement couard. C’est tout simplement un instinct basique de survie, qui l’encourage toujours à sauver sa peau. Cependant, depuis son entrée dans l’armée, il met un point d’honneur à mettre des bâtons dans les roues à ce trait de caractère handicapant, et ceci parfois avec un peu trop d’enthousiasme, au point que ses supérieurs l’ont même parfois taxé de tête brûlée, de téméraire, et d’irréfléchi. Tout est une question de dosage.

⊱ i was meant to be a warrior

Bellamy est dyslexique ✈️ Pour cette raison et pour de nombreuses autres, il dédaigne donc les manuels d’utilisation de tous les nouveaux équipements qu’il approche ✈️ se prendre des coups de jus est devenu une habitude, mais cela ne l’empêche pas de jurer copieusement et d’agiter sa main dans tous les sens quand il se plante dans un branchement ✈️ il a une passion pour la voile ; il a d’ailleurs envisagé de s’engager dans la Navy ou chez les Marines avant de se décider pour l’Armée de Terre, en songeant qu’il aimait trop la mer pour prendre le risque qu’elle devienne une prison ✈️ il a un jour transformé un taille-crayon électrique en boîte à musique ✈️ les gens ont la sale tendance de croire que son métier de mécanicien à l’armée fait de lui un expert en menues réparations quelconques ; combien de fois a-t-il été réveillé un dimanche matin parce qu’un voisin avait un problème de micro-ondes ? il ne compte plus ✈️ d’accord, il sait réparer les micro-ondes, mais il n’est pas l’homme à tout faire de la ville ✈️ il s’est débrouillé pour garder ses cheveux longs en les attachant en un chignon qu’il cache sous sa casquette d’uniforme ✈️ sa voiture est une Cadillac Eldorado de 1983, qu’il surnomme Dora.


dévoile-nous ta véritable identité soldat.

PSEUDO/PRÉNOM : Kim. FILLE OU MEC ? : Fille. AGE : 22, presque 23 (oui, je suis bientôt très vieille.) FRÉQUENCE DE CONNEXION: 4/7 environ. SCENARIO OU INVENTÉ ? : inventé. COMMENT AS-TU CONNU BULLETPROOF ? : je ne me rappelle même plus, depuis le temps que je le guette… bazzart, je suppose. LE FORUM, TU L'AIMES D'AMOUR ? : Comme dit, je dois tourner autour depuis deux ans, alors ça doit bien vouloir dire quelque chose... #stalker LE CODE DU RÈGLEMENT : shoot me down but i won't fall. SOUHAITEZ-VOUS ETRE PARRAINÉ ?: Bah, écoutez, pourquoi pas ! SOUHAITEZ-VOUS REJOINDRE LA ROUE DU RP : Je dis OUI. LE MOT DE LA FIN : Inondez-moi de MPs, les amis  you should be dancin

Code:
[b]harry styles[/b] ✈️ bellamy a. moore (tout en minuscules)


Dernière édition par Bellamy A. Moore le Ven 13 Mar - 13:28, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Invité
Invité

how bravely we fought, how fiercely we loved Empty
MessageSujet: Re: how bravely we fought, how fiercely we loved   how bravely we fought, how fiercely we loved EmptyJeu 12 Mar - 23:21




⊱ this is my riffle, this is my gun. this is for fight, this is for fun…
Parfois, les grands héros commencent leur aventure sous forme d’un journal, d’une lettre, d’un témoin quelconque de leur introspection au cours des âges. Bellamy, lui, ne fait rien de tout ça, en partie parce qu’il n’a rien d’un grand héros et surtout parce qu’il est dyslexique.
Même s’il avait la plume de Victor Hugo, de toute façon, que raconterait-il ? Il n’y a pas grand-chose de son enfance à Woodward, Oklahoma, petite ville d’à peine douze mille âmes à plus de deux cents kilomètres au nord-ouest de la capitale de l’Etat, Oklahoma City. Il est le fils unique d’une famille sans histoire, Russell Moore, adjoint au sheriff du comté local, et Savannah, infirmière à l’hôpital régional de Woodward.

Bellamy est né au mois d’août, de façon très inattendue, un mois avant que la grossesse de Savannah n’arrive à son terme. Russell n’était même pas à la maison quand les contractions de son épouse ont commencé. Il l’a rejointe à l’hôpital et elle a dû compter sur cette qualité qui subsiste encore dans les coins traditionnels du Sud des Etats-Unis : la solidarité de ses voisins, de sa voisine, en l’occurrence, Leigh Newton, qui a sanglé son propre petit garçon sur la banquette arrière avant d’aider Savannah à monter sur le siège passager pour les conduire à la maternité. Bellamy est né par césarienne trois heures plus tard, au son des pleurs d’Alexander, six ans, qui agrippait la robe de Leigh en pleurnichant qu’avec tout ce remue-ménage, il n’avait pas eu le temps d’apprendre le Serment d’Allégeance au Drapeau des Etats-Unis. (Alexander entrait en septembre à l’école primaire, et son frère aîné, Preston, lui avait expliqué qu’il est souvent de coutume dans les écoles de réciter le serment pour certains matins ou pour célébrer un quelconque événement.)
C’est sur cette anecdote que Bellamy a reçu son prénom, en l’honneur de Francis Bellamy, l’auteur original du serment, et à cause de son voisin braillard.

Lex est déjà trop vieux pour qu’ils soient véritablement amis, mais ils grandissent à une pelouse d’intervalle dans une banlieue traditionnelle à l’américaine, et une certaine cordialité de circonstance s’installe – ou, pour Lex, une tolérance pour la présence de l’autre. C’est Alexander, à dix-huit ans, qui initie le gamin aux yeux verts et à la tignasse noire aux joies de la mécanique. Bell a douze ans et il regarde avec fascination la Cadillac que s’est offert Lex pour sa majorité, une guimbarde un peu rétro destinée à remplacer avantageusement le pick-up antique acheté avec ses étrennes deux ans plus tôt, alors qu’il venait de réussir son permis. Malgré tout, la Cadillac Eldorado 83 n’est pas de toute première jeunesse, et de temps à autre, elle a besoin d’une bonne vidange. Lex grogne en relevant les yeux et en voyant assis le perron d’à côté ce gosse qui ne manque jamais de le suivre à la manière d’un chiot perdu. Il soupire et balance dans sa direction une poire de remplissage. Le premier contact de Bell avec le monde merveilleux de la mécanique se solde par un « ouille » quand la poire en caoutchouc rebondit sur sa tête.

Lex quitte l’Oklahoma le mois de septembre suivant pour s’engager dans l’armée après un premier semestre raté à Sarah Lawrence. C’est Bellamy qui hérite de la Cadillac, même s’il est encore trop jeune pour la conduire ; il en est le gardien, et c’est lui qui se charge de l’entretenir – même si, évidemment, il est parfois trop difficile de résister à la tentation et qu’il ne peut faire autrement que de se glisser dans le siège conducteur pour sortir la voiture dans l’allée du garage et refaire marche arrière. Bell, cependant, n’est pas particulièrement attaché à la conduite ; il aime mieux voir la Cadillac immobile et le capot relevé pour en examiner les circuits et les courroies.

En classe, Bellamy n’est pas exactement brillant – il n’est pas un mauvais élève, non, en dépit des difficultés que cause sa dyslexie, heureusement légère. Le trouble a été détecté tôt et le traitement et le soutien de professionnels et de ses parents ont permis à ses difficultés de s’atténuer suffisamment pour que son apprentissage n’en soit pas trop gêné. Mais il continue de mépriser ses cours d’anglais et de littérature ; bien qu’il puisse se vanter d’avoir des notes acceptables dans les matières techniques, son bulletin scolaire n’a rien d’extraordinaire, et le manque d’intérêt qu’il éprouve pour ce qu’il étudie l’amène chaque semaine doucement mais sûrement plus près d’une réorientation.

En réalité, il ne se distingue vraiment d’aucune façon jusqu’à l’âge de quinze ans, quand il accepte à la demande du capitaine de l’équipe de football de trifouiller dans les circuits de l’alarme de sécurité qui s’enclenche tous les soirs pour que la soirée avant la remise des diplômes, les terminale puissent s’introduire dans les couloirs et mettre à sac les salles de classes. Bell n’est pas convaincu que ce soit une bonne idée jusqu’à ce que le footballeur, en guise de remerciements, le tire dans un placard pour lui avaler les amygdales et plus si affinités.
Seul le fait que son père est l’adjoint au sheriff l’empêche de s’attirer des ennuis quand la supercherie est découverte ; Bell passe un très sale quart d’heure dans le bureau du principal, mais au final, il s’en fout, parce qu’il a décidé de laisser tomber le lycée général à l’issue de son année de sophomore et de passer ses deux dernières années d’école secondaire au Woodward Career Technical High School, le lycée technologique de la ville. C’est là qu’il se spécialise en mécanique ;  même s’il est pas mauvais en plomberie ou en menuiserie, ce sont les fusibles qui l’intéressent, les fils en cuivre, les circuits imprimés, la graisse de moteur, l’odeur d’essence et les fers à souder.

Il est en terminale – senior, comme disent beaucoup de ses camarades de classe avec orgueil – quand il revient de cours un jour, jette son sac sur la table de la cuisine avant de remarquer le faire-part de décès qui traîne à côté de la coupe de fruits.
Lex avait 24 ans, et une cardiopathie coronarienne qui n’avait pas été diagnostiquée. Il est décédé lors d’une crise cardiaque lors d’un entraînement avec son unité, et les secours n’ont pas réussi à le ranimer. Mort subite du sportif.

Cela faisait longtemps que Bell n’avait pas réellement revu Alexander – celui-ci avait rarement des permissions – mais à chacune de ses brèves visites, il avait tenu à venir le saluer sur le perron et à le féliciter pour l’état de la Cadillac. Bellamy a suffisamment de recul pour se rendre compte que l’admiration qu’il avait, plus jeune, pour le jeune homme tenait plus du béguin que de la fascination naturelle qu’on a pour un frère aîné. En raison de leur différence d’âge, ils n’avaient jamais été excessivement proches, et depuis que Lex n’habitait plus à Woodward, l’indifférence s’était creusée mais son voisin occupe toujours une place symbolique dans la mémoire de Bellamy, sorte d’hommage au garçon si naïf et si impressionnable qui espionnait Lex par-dessus la clôture entre leurs deux jardins. C’est une nouvelle qui laisse sur ses lèvres une saveur douce-amère.
Il se rend à l’enterrement sous un crachin froid et rachète la Cadillac à Leigh Newton.

Il n’a toujours aucune idée de ce qu’il peut faire de sa vie quand on lui remet son diplôme de fin d’études secondaires, par un soleil radieux alors que les arbres en fleur embaument l’air.
Le spot publicitaire pour encourager les jeunes à s’engager arrive à point nommé alors qu’il remonte le mixeur à légumes de sa mère dans le salon, la télé allumée. Il se rappelle les rares paroles échangées avec Lex pendant l’une de ses permissions, après son départ pour l’armée : « Ca va. C’est bien, ce n’est pas facile tous les jours, mais je me sens utile. » Tout simplement. C’est à cause de Lex qu’il porte un prénom intimement lié au Serment d’Allégeance au Drapeau des Etats-Unis, et c’est en partie à cause de lui qu’il appose sa signature sur le document que lui tend une sergente quand il se rend au bureau de recrutement de l’U.S. Army à Oklahoma City.

Sa première affectation est à Fort Still, dans son état natal, à un peu plus de deux-cents kilomètres au sud-ouest d'Oklahoma City et à moins de trois cents-kilomètres de son foyer familial de Woodward.
Il est surpris de voir à quel point la vie militaire lui convient, une fois passé le rythme infernal des premiers mois de préparation ; relégué dans son hangar, à vérifier le bon état du matériel, depuis les moteurs des camions jusqu’aux radios en passant les émetteurs, il s’adapte facilement à la vie dans la base, noue quelques amitiés. Elles restent factices, cependant, car en octobre 2010, la loi Don’t Ask Don’t Tell est encore en application et il sait qu’un pas de travers aurait tôt fait d’envoyer sa carrière aux oubliettes. Les bandanas et les traînées noires de graisse sur ses jointures et ses pommettes en sueur – c’est qu’il fait chaud dans les hangars – jouent en sa faveur, cependant.
Même après la décision du Sénat d’abolir la loi en décembre 2010, celle-ci reste en application jusqu’en septembre 2011, dans l’intervalle et Bellamy garde le silence, trop conscient de l’état d’esprit des habitants de l’Oklahoma, si différent de celui de la Nouvelle-Angleterre, sur la question.

Il revient d’une mission de quelques jours à Fort Riley, une base au nord de l’Etat, à six heures de route de Fort Sill, quand il le rencontre, immobilisé sur le bas-côté de la route d’Oklahoma City. Le jeune homme a un cric à la main, une roue qu’il maintient maladroitement en équilibre d’une pression incertaine de sa chaussure et l’air de n’avoir absolument aucune idée de ce qu’il fabrique. Bellamy se sent charitable ce jour-là, et c’est lui qui lui vient en aide pour démonter le pneu crevé et le remplacer. Ca lui prend dix minutes, habitué qu’il est à la manœuvre, mais il aime mieux effectuer ce genre de réparation sur le sol des hangars lisses de Fort Sill. Le macadam irrégulier et brûlant lui mord les épaules quand il se glisse sous le châssis pour surélever la voiture.

L’invitation à prendre un verre fuse de la bouche de l’inconnu de façon si inattendue que Bellamy ne sait pas comment réagir. Il est en service, mais la route est jonchée de bars et refuser paraît impoli.
Verre devient verres, devient restaurant, devient cinéma, devient rendez-vous, devient nuit volée et avant que Bellamy ne s’aperçoive vraiment de ce qui est en train de se passer, le voilà embarqué dans une relation clandestine avec un jeune homme d’Oklahoma City, à deux heures de sa base. Le temps passé ensemble se plie naturellement au rythme des permissions, des nuits volées et anonymes quand Bellamy parvient à soudoyer un ami de garde pour se faufiler hors du camp et revenir au petit matin, pour une poignée d’heures passées dans le creux d’une couette tiède, sa voiture couverte d’une fine couche de poussière.

Alors que leur relation cachée est inéluctablement destinée à s’envenimer, à pourrir comme une plante privée de la lumière du jour, elle s’épanouit, attisée par l’excitation du secret et de l’interdit, comme un couple auprès d’un feu de camp qui s’éteint mais sur lequel un coup de vent fait voler des étincelles. Lorsque quelques mois plus tard, en septembre 2011, Don’t Ask Don’t Tell est officiellement abandonnée, Bellamy se surprend à imaginer peut-être un futur. Il n’a pas de bague ni de vœux à formuler – pas encore – mais il se laisser aller à penser, que, peut-être, dans les bonnes circonstances, quand le bon moment se présentera…

Le bon moment, cependant, ne se présente jamais. Ils vivent ensemble depuis déjà un bon moment, à mi-chemin entre Oklahoma City et Fort Sill, ont leur routine, leur appartement, pris l’habitude de faire deux heures de trajet par jour pour se rendre à leur travail respectif et revenir quand la lettre arrive. Une nouvelle affectation, à Redstone Arsenal, Alabama. Douze heures de voiture, quatre heures d’avion. La possibilité d’un nouveau garde, également, celui de caporal, une fois qu’il aura fait ses preuves auprès de ses supérieurs à Redstone.
Bellamy est tenté de refuser ; étonnamment, c’est son compagnon qui l’en dissuade, qui l’encourage à saisir cette nouvelle opportunité. Avec ces simples mots pour justification : « On a survécu à Don’t Ask Don’t Tell, on peut bien survivre à quelques centaines de kilomètres de séparation. »

Bellamy ne peut pas s’empêcher d’être blessé qu’il n’envisage pas quitter son travail pour le rejoindre, mais sa propre attitude l’écœure au moment-même où la pensée se fraye un chemin dans son cerveau. Qui est-il pour exiger qu’il le suivre, qu’il abandonne sa carrière prometteuse, qu’il a mis des mois à bâtir à Oklahoma City, pour rejoindre Huntsville, un trou perdu au milieu du nulle part qu’est l’Alabama ? Il n’ose pas supplier.

Les premiers mois, sinon faciles, sont supportables. Au fur et à mesure que les semaines passent, cependant, l’absence de l’autre se fait pesante. Les conférences-vidéo sur Skype, de courts et rares week-ends ensemble ne peuvent compenser ce qui paraît être une éternité de solitude, vive comme une plaie ouverte. Voir un visage sur un ordinateur leur donne-t-il l’impression de partager encore quelque chose de réel ? Bellamy n’en jurerait pas.
Bell n’aurait pas parié que leur couple tiendrait aussi longtemps contre cette conjecture. Compte-tenu des circonstances, qu’ils réussissent à s’en tirer aussi longtemps est même un exploit.
A la fin, cependant, de couple, ils n’en ont plus que le nom. Une distance s’est installée, une réticence de son compagnon vis-à-vis de Bellamy qu’il n’est pas sûr de pouvoir identifier. Plusieurs fois, il est sur le point de lui demander de reconsidérer, d’essayer de le convaincre que la vie à Huntsville n’est pas si terrible, qu’il n’a pas besoin d’être à Huntsville, d’ailleurs, qu’il faudrait juste qu’il soit là, quelque part, dans les parages, à portée de pensée et même parfois de main. Les rares moments où la question commence à quitter ses lèvres, il est fermement rabroué par une voix cinglante avant même qu’il ne l’ait achevée.

Leur relation fonce droit dans le mur, et quelque part au cours des derniers mois, ils ont tous les deux sauté en marche, laissant le véhicule continuer en roue libre jusqu’à l’impact inévitable.

Il n’y a pas de rupture à proprement parler. C’est une fin de facto qui s’impose à leur relation autrefois si forte ; les appels se font de plus en plus rares, jusqu’à pratiquement disparaître. Parfois. Pour Noël et la nouvelle année, Bellamy envoie ses vœux. Il n’ose pas téléphoner, se contente de pianoter un message neutre sur son téléphone, les doigts brûlant comme s’il venait de les poser sur une batterie encore trop chaude. La réponse qu’il reçoit en retour est tout aussi lointaine ; le nœud au ventre de Bellamy, lui, est bel et bien palpable. C’est tout ce qui reste, d’ailleurs, de concret dans leur couple, le poids sur le cœur qui ne semble jamais le quitter.

Les instructeurs de l’armée ont une phrase pour ça : « ce n’est pas grave de tomber, l’important, c’est de se relever. »



Dernière édition par Bellamy A. Moore le Ven 13 Mar - 10:51, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Sara Howe
Sara Howe
messages : 2909
avatar : Amber Heard
âge : 30 ans
côté coeur : C'est compliqué avec un certain chanteur...
quartier de résidence : Providence dans la maison héritée de son frère. Depuis quelques temps elle a un adorable colocataire bordélique : Mael E. Hobbs
métier/études : Artiste Peintre
I am on top of the flood !
“Te amo como se aman ciertas cosas oscuras, secretamente, entre la sombra y el alma.”

how bravely we fought, how fiercely we loved Tumblr_m1y3confZu1rstkaeo1_500


I just wish you're still with me, Patrick... I miss you big brother...

how bravely we fought, how fiercely we loved Giphy


The little love of my life : Stitch

how bravely we fought, how fiercely we loved Tumblr_lziphnljCr1qjlgl2o3_250
pseudo : Luiyna
dc : M. “Mercy” Wayland
Tirelire : 34

how bravely we fought, how fiercely we loved Empty
MessageSujet: Re: how bravely we fought, how fiercely we loved   how bravely we fought, how fiercely we loved EmptyJeu 12 Mar - 23:24

Bienvenu parmi nous wtf
Ton perso' a l'air super intéressant en tout cas how bravely we fought, how fiercely we loved 2145037518 j'espère que tu te plairas sur le fo' you should be dancin

_________________

You're my back bone, you're my cornerstone, you're my crutch when my legs stop moving, you're my head start, you're my rugged heart, you're the pulse that I've always needed.Like a drum my heart never stops beating for you. Baby, I'm not moving on I'll love you long after you're gone.
CRACKLE BONES
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Invité
Invité

how bravely we fought, how fiercely we loved Empty
MessageSujet: Re: how bravely we fought, how fiercely we loved   how bravely we fought, how fiercely we loved EmptyJeu 12 Mar - 23:27

Merci beaucoup, Sara ! Finalement, j'ai pris Harry Styles comme j'ai choisi de prendre mon idée du mécano, il était plus crasseux et donc plus crédible dans le rôle de Grant Gustin green face

Je finirai les derniers petits détails demain, là, il faut à tout prix que j'aille me coucher parce que OHMONDIEUL'HEURE, je voulais à tout prix avoir posté l'ensemble de la fiche environ terminée avant de partir au lit, mais je vais être défoncée au travail demain, catastrophe !how bravely we fought, how fiercely we loved 337664734

Merci en tout cas de l'accueil, j'ai hâte de jouer parmi vous how bravely we fought, how fiercely we loved 1553171811 how bravely we fought, how fiercely we loved 1553171811 Et si vous voulez des liens, n'hésitez pas à me MPotter, je vous promets, j'suis gentille :perenoel:
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Invité
Invité

how bravely we fought, how fiercely we loved Empty
MessageSujet: Re: how bravely we fought, how fiercely we loved   how bravely we fought, how fiercely we loved EmptyJeu 12 Mar - 23:31

Je n'ai lu que la première partie mais déjà j'aime beaucoup ton personnage rhaaaa omfg et en plus je trouve le pseudo trop cool, j'adore vraiment how bravely we fought, how fiercely we loved 2145037518
C'est super que tu nous aies rejoins en tout cas ! I love you alors un gros bienvenue à toi lick lick je viendrais sûrement quémander un lien héhéhéhéhé
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Sara Howe
Sara Howe
messages : 2909
avatar : Amber Heard
âge : 30 ans
côté coeur : C'est compliqué avec un certain chanteur...
quartier de résidence : Providence dans la maison héritée de son frère. Depuis quelques temps elle a un adorable colocataire bordélique : Mael E. Hobbs
métier/études : Artiste Peintre
I am on top of the flood !
“Te amo como se aman ciertas cosas oscuras, secretamente, entre la sombra y el alma.”

how bravely we fought, how fiercely we loved Tumblr_m1y3confZu1rstkaeo1_500


I just wish you're still with me, Patrick... I miss you big brother...

how bravely we fought, how fiercely we loved Giphy


The little love of my life : Stitch

how bravely we fought, how fiercely we loved Tumblr_lziphnljCr1qjlgl2o3_250
pseudo : Luiyna
dc : M. “Mercy” Wayland
Tirelire : 34

how bravely we fought, how fiercely we loved Empty
MessageSujet: Re: how bravely we fought, how fiercely we loved   how bravely we fought, how fiercely we loved EmptyJeu 12 Mar - 23:34

J'avoue qu'Harry colle mieux pour le mécano' que Grant choupi mia cara la la la j'ai hâte de lire ta fiche terminée, pour chercher des liens, j'pense que ça sera plus facile avec mon DC how bravely we fought, how fiercely we loved 2539146466

En parlant du pseudo... Bellamy... tu seras pas un peu fan de The 100 ? how bravely we fought, how fiercely we loved 337664734

_________________

You're my back bone, you're my cornerstone, you're my crutch when my legs stop moving, you're my head start, you're my rugged heart, you're the pulse that I've always needed.Like a drum my heart never stops beating for you. Baby, I'm not moving on I'll love you long after you're gone.
CRACKLE BONES
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Invité
Invité

how bravely we fought, how fiercely we loved Empty
MessageSujet: Re: how bravely we fought, how fiercely we loved   how bravely we fought, how fiercely we loved EmptyJeu 12 Mar - 23:35

Haaaaanw c'est super coool que tu nous aies rejoint franchement how bravely we fought, how fiercely we loved 781824920 lick lick. Ton personnage a vraiment l'air super cool, je lis ta fiche demain quand je serai moins fatiguée mais je pense que je vais bien aimer lire tout ça (surtout que j'aime les trucs bien détaillés comme tu as fait how bravely we fought, how fiercely we loved 2169362446)
En tout cas je te souhaite la bienvenue ici et amuse toi bien chez nous I love you
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Invité
Invité

how bravely we fought, how fiercely we loved Empty
MessageSujet: Re: how bravely we fought, how fiercely we loved   how bravely we fought, how fiercely we loved EmptyJeu 12 Mar - 23:39

Bienvenuuuuuuuuuuuuuuue ! bril bril les zieux
Contente de voir que tu as craqué :) Il nous faudra un lien, j'aime beaucoup ta fichette ^^ Have fun here! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Invité
Invité

how bravely we fought, how fiercely we loved Empty
MessageSujet: Re: how bravely we fought, how fiercely we loved   how bravely we fought, how fiercely we loved EmptyJeu 12 Mar - 23:46

zioup zioupe bienvenue petite bouille va ♥
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Invité
Invité

how bravely we fought, how fiercely we loved Empty
MessageSujet: Re: how bravely we fought, how fiercely we loved   how bravely we fought, how fiercely we loved EmptyVen 13 Mar - 0:36

OH.MON.DIEU.
Tout d'abord, je trouve ça génial que tu aies pris Harry, avec son petit look de clochard il colle vraiment au personnage. Je suis trop contente de voir un des 1D sur le forum, je vais avoir encore plus envie de les écouter how bravely we fought, how fiercely we loved 1826528627
Ensuite, j'adore tout ce que tu as posté, j'aime beaucoup ton style how bravely we fought, how fiercely we loved 2145037518
Et puis bref, bienvenue parmi nous how bravely we fought, how fiercely we loved 3266668385
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Invité
Invité

how bravely we fought, how fiercely we loved Empty
MessageSujet: Re: how bravely we fought, how fiercely we loved   how bravely we fought, how fiercely we loved EmptyVen 13 Mar - 9:43

Bienvenue bril bril les zieux
Je suis juste absolument fan de ton pseudo rhaaaa omfg how bravely we fought, how fiercely we loved 2145037518
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Invité
Invité

how bravely we fought, how fiercely we loved Empty
MessageSujet: Re: how bravely we fought, how fiercely we loved   how bravely we fought, how fiercely we loved EmptyVen 13 Mar - 11:51

Merci à tous pour votre accueil enthousiaste how bravely we fought, how fiercely we loved 2110073599 Je suis bien évidemment ouverte pour toutes vos idées de liens (plus c'est foireux, mieux c'est !) et effectivement, je suis un peu addict à The 100 en ce moment, et j'aime beaucoup le prénom Bellamy, alors ça me paraissait être l'occasion d'en profiter how bravely we fought, how fiercely we loved 2931657991

P.S. : en tout cas, c'est bien de voir que vous ne hurlez pas non plus d'horreur en voyant Styles, je sais que ces avatars sont parfois polémiques Suspect (Par contre, Daisy, désolée, j'écoute pas particulièrement 1D, j'aime juste prendre leurs têtes de temps à autre - et choisir leurs chansons quand je fais un karaoké avec mes amies parce qu'elles font un malheur) how bravely we fought, how fiercely we loved 1991969838
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Arsène J. Duval
Arsène J. Duval
messages : 1528
avatar : Andrew Scott
âge : 28 ans
côté coeur : Teddy. - "Hello, darling. Sorry about that. Sorry about the bony elbows, sorry we lived here, sorry about the scene at the bottom of the stairwell and how I ruined everything by saying it out loud." {R. Siken}
quartier de résidence : redstone
métier/études : infirmier militaire
how bravely we fought, how fiercely we loved 594534arsoutheo3
pseudo : Blackout
dc : Billie l'artiste
Tirelire : 0

how bravely we fought, how fiercely we loved Empty
MessageSujet: Re: how bravely we fought, how fiercely we loved   how bravely we fought, how fiercely we loved EmptyVen 13 Mar - 13:48

Bienvenue sur BP rhaaaa omfg ça c'est intéressant Harry Styles en avatar j'ai pas vu ça souvent ! Et pourquoi crier d'horreur? Tant que le niveau est là moi je vois pas le problème What a Face

Sinon the 100 CEST TROP BIEN. (je suis obligée d'attendre dimanche soir pour voir le dernier ep parce que ma soeur est pas là et on regarde ensemble è_é)

& ça a l'air d'être un perso intéressant how bravely we fought, how fiercely we loved 781824920

_________________
flesh and bone
And I am low and unwell. This is love, this is hell, this sweet plague that follows me. And I see war on the screen and it is cruel and unclean. But I still worry more about you. And I am rude and unkind, have no thought, and have no time, have no eyes, so no point of view.

And I am more than this frame,
I feel hurt and I feel shame

©️ by anaëlle & keaton henson
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Cillian R. Hartwood
Cillian R. Hartwood
messages : 1838
avatar : Colin O'Donoghue
âge : 34 ans
côté coeur : célibataire
quartier de résidence : Base Redstone, Aile Nord
métier/études : Capitaine dans l'armée de terre
how bravely we fought, how fiercely we loved Tumblr_inline_mmmkr7Y9Nx1qz4rgp

how bravely we fought, how fiercely we loved 11896035_10207872670357691_3337258071826116419_n
pseudo : Alinoé
dc : Octavia C-F Leicester
Tirelire : -3

how bravely we fought, how fiercely we loved Empty
MessageSujet: Re: how bravely we fought, how fiercely we loved   how bravely we fought, how fiercely we loved EmptyVen 13 Mar - 18:49

Bienvenue ! :)

_________________

    I might as well jump !
    It's for you ! Hey ! I get up, and nothing gets me down. You got it tough, I've seen the toughest around and I know, baby, just how you feel. You got to roll with the punches to get to what's real. Ah, can't ya see me standing here, I got my back against the record machine. I ain't the worst that you've seen. Ah, can't ya see what I mean ? Ah, might as well jump, jump !
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Invité
Invité

how bravely we fought, how fiercely we loved Empty
MessageSujet: Re: how bravely we fought, how fiercely we loved   how bravely we fought, how fiercely we loved EmptyVen 13 Mar - 19:09

Bienvenue parmi nous bril bril les zieux
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Invité
Invité

how bravely we fought, how fiercely we loved Empty
MessageSujet: Re: how bravely we fought, how fiercely we loved   how bravely we fought, how fiercely we loved EmptyVen 13 Mar - 19:48

Hey !! Bienvenue sur BP !! :)
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Invité
Invité

how bravely we fought, how fiercely we loved Empty
MessageSujet: Re: how bravely we fought, how fiercely we loved   how bravely we fought, how fiercely we loved EmptySam 14 Mar - 11:17

J'adore ! :-) haha !
Bienvenue :)
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Invité
Invité

how bravely we fought, how fiercely we loved Empty
MessageSujet: Re: how bravely we fought, how fiercely we loved   how bravely we fought, how fiercely we loved EmptySam 14 Mar - 11:42

Bienvenue parmi nous :)
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Adrien K. O'Gorman
Adrien K. O'Gorman
messages : 152
avatar : Jack Falahee
âge : 21 ans
côté coeur : C'est compliqué.
quartier de résidence : Madison, en colloc' avec Billie ♥
métier/études : Soldat 1ère classe
how bravely we fought, how fiercely we loved Tumblr_neaekgr2HE1u1my9qo2_500
how bravely we fought, how fiercely we loved 4ohZ
Fallait que j'te dise que mon bonheur t'ais dédié, tu peux marcher sur mon cœur, car mon cœur est à tes pieds.

Tirelire : 229

how bravely we fought, how fiercely we loved Empty
MessageSujet: Re: how bravely we fought, how fiercely we loved   how bravely we fought, how fiercely we loved EmptySam 14 Mar - 12:06

Bienvenue pervert look moi je veux un lien c'est obligéééé ! how bravely we fought, how fiercely we loved 2104563482

_________________

When fire meet gasoline.
It's dangerous to fall in love but I want to burn with you tonight. Hurt me, there's two of us bristling with desire, the pleasure's pain and fire. Burn me .So come on.
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Invité
Invité

how bravely we fought, how fiercely we loved Empty
MessageSujet: Re: how bravely we fought, how fiercely we loved   how bravely we fought, how fiercely we loved EmptySam 14 Mar - 15:31

Merci encore how bravely we fought, how fiercely we loved 781824920 how bravely we fought, how fiercely we loved 781824920

@Arsène. C'est effectivement ce qui me paraît le plus logique mais j'ai déjà été sur des RPG où dès qu'il y avait un nouveau ou une nouvelle avec un avatar dans le genre de Justin Bieber, Kristen Stewart, Robert Pattinson ou Miley Cyrus (bref, quelqu'un qui sortait d'un univers un peu trop trendy/girly/whatever), certains joueurs réussissaient une espèce d'association entre la célébrité URL qui répondait pas à leurs critères personnels de ce qui doit être branché (un peu du genre "ohmondieu, qu'est-ce que mes pairs vont penser de moi si j'ai un lien avec un avatar sorti des teen star de Disney" ou "ah oui, non, mais avec un avatar pareil, c'est forcément une ado prépubère"), ce qui, comme tu dis, ne fait pas sens, mais bon... scratch
Sinon, je compatis vraiment pour The 100, ma soeur aussi ne pourra voir l'épisode que dimanche, mais vu qu'on n'habite plus au même endroit, je n'ai pas fait preuve de pitié ou de solidarité, je l'ai regardé le jour de la sortie how bravely we fought, how fiercely we loved 1826528627 Je ne vais te spoiler mais quand tu l'auras vu, n'hésite pas à venir partager via MP how bravely we fought, how fiercely we loved 2110073599

@Adrien. T'inquiète, je te mets sur ma liste et dès que je suis validée, je viens te harceler sur ta fiche.

@Spence. D'abord ton pseudo = perfection. Ensuite ton avatar = perfection. how bravely we fought, how fiercely we loved 2104563482 Dane était vraiment top dans Kill Your Darlings même si (attention pas taper) j'ai pas aimé le film plus que ça how bravely we fought, how fiercely we loved 2335398002
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Cassandra T. Robinson
Cassandra T. Robinson
messages : 1753
avatar : Lyndsy Beautiful Fonseca
âge : 27 ans
côté coeur : Fiancée à Annaël, l'homme de sa vie.
quartier de résidence : Une petite maison dans le quartier de la providence avec son frère Samuel.
métier/études : Psychologue Militaire
how bravely we fought, how fiercely we loved DDzcG2
how bravely we fought, how fiercely we loved 625809tumblrn34td2Rf2p1qd1kvjo8r2250

« Je rentrerais sain et sauf et on se mariera comme prévu, on aura des enfants, un petit garçon d'abord avec ton sale caractère et une petite fille qui aura tes yeux. »
Annaël & Cassandra ♥


how bravely we fought, how fiercely we loved Shane-and-Lyndsy-michael-and-alex-35153275-245-170

« ohana » signifie famille, famille signifie que personne ne doit être abandonné, ni oublié.

Koda & Kenai ♡


pseudo : Tender Kangaroo
Tirelire : -53

how bravely we fought, how fiercely we loved Empty
MessageSujet: Re: how bravely we fought, how fiercely we loved   how bravely we fought, how fiercely we loved EmptyDim 15 Mar - 13:36

Jolie plume  how bravely we fought, how fiercely we loved 953319541
Bienvenue sur BP how bravely we fought, how fiercely we loved 781824920


Bienvenue et félicitations soldat, tu viens tout juste d'être accepté sur BULLETPROOF. Pour t'aider à t'intégrer au mieux parmi nous, voici quelques points et conseils qui te guideront et t'aideront à faire ton petit bout de chemin :

✈️ Pour un profil plus attractif, veille à remplir tous les champs de celui-ci. Comme ça, les autres membres en sauront davantage sur ton personnage. N'hésite surtout pas à te faire également une jolie signature. Si tu as besoin d'aide, n'oublie pas que le staff est à ton entière disposition. Enfin, sache que tu peux faire une demande de rang afin d'embellir encore plus ton profil.

✈️ Il est désormais temps de t'occuper un peu de ton personnage et, pour se faire, il est important que tu ailles ajouter ton quartier de résidence dans ton profil ainsi que ton métier.

✈️ Maintenant que ton personnage n'est plus à la rue, à toi de créer ton petit réseau d'amis et d'ennemis; alors, file vite poster ta fiche de lien ICI et ta demande de rps LA. Tu peux également rejoindre la roue du rp ici.

✈️ Si ton personnage a besoin d'un camarade, d'un amoureux ou d'un tout autre lien essentiel à son évolution, n'hésite pas non plus à créer ton propre scénario; BP offre aussi un système de  boîte à liens vers lequel on t'invite à te tourner. Il est tout aussi important de s’intéresser aux scénarios actifs qui sont un bon moyen de se trouver pleins de liens tout en facilitant l'intégration de nouveaux membres.

✈️ Enfin, histoire de compléter ton intégration totale au sein de la vie de BULLETPROOF, tu peux toujours t'inscrire dans la partie parrainages afin de devenir le petit protégé d'un des dinosaures anciens du forum.

✈️ Et voilà, ton personnage est maintenant plutôt bien intégré! Mais, il reste une étape importante: le hors-jeu. Ne t'en fais pas, on ne mord ici. Fais-toi plaisir en envahissant LE FLOOD ou n'hésite pas à aller te présenter aux autres. Pour terminer, les jeux sont également un bon moyen de s'intégrer.

Voilà soldat, tu connais maintenant les secrets de l'armée pour bien s'intégrer. Si tu as le moindre soucis, les soldates du staff sont là pour toi. Et n'oublie pas, le plus important est de s'amuser !

_________________
Love stronger than war.

○ Tomber amoureux, c’est sans doute ce qu’il y a de plus merveilleux, de plus extraordinaire au monde. L’amour nourrit nos rêves, c’est notre plus bel espoir alors si vous êtes amoureux, vous devriez en profiter parce qu’il arrive que l’amour ne dure pas.
crackle bones.
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Contenu sponsorisé

how bravely we fought, how fiercely we loved Empty
MessageSujet: Re: how bravely we fought, how fiercely we loved   how bravely we fought, how fiercely we loved Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

how bravely we fought, how fiercely we loved

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BULLETPROOF :: ✈ as you were. :: version une. :: fiches de presentation + liens-