AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -37%
Ecran PC Gamer Incurvé – ACER – ...
Voir le deal
179.99 €

Partagez
 

 INTRIGUE COMMUNE ✈ le bal des engagés

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage


BULLETPROOF
Invité
Invité

INTRIGUE COMMUNE ✈ le bal des engagés - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: INTRIGUE COMMUNE ✈ le bal des engagés   INTRIGUE COMMUNE ✈ le bal des engagés - Page 2 EmptyDim 6 Oct - 3:35

À l'entrée de la salle, Svende hésitait. Elle portait une robe blanche très simple et qui lui arrivait un peu plus bas que la mi-cuisse. Une robe à très fines bretelles, moulante, sans toutefois se révéler déplacée. Ses cheveux blonds retombaient en mèches bouclées sur ses épaules et elle n'avait revêtu son visage que d'une très mince couche de maquillage. Parce que ce n'était pas vraiment son genre d'en faire trop. Elle n'avait pas pour habitude d'être timide, mais elle savait qu'elle ne connaitrait pas grand monde à ce nouveau bal de la rentrée. Elle n'était à Redstone que depuis quelques mois à peine, mais elle redoutait déjà les visages inconnus qui se dressaient certainement dans cette grande salle. Tout compte fait, elle regrettait de ne pas avoir invité Woody à y prendre part, ne serait-ce que pour ne pas arriver toute seule devant tous ces militaires qu'elle ne connaissait pas.

Dressée sur ses escarpins tout aussi délicats que le reste de sa tenue, elle poussa un soupir avant de se lancer dans la marée environnante de soldats en tenue et de femmes vêtues, tout comme elle, de fines robes d'été. Elle reconnut quelques visage dans la foule et sourit en regardant tout autour d'elle d'un oeil intéressé, voire même intrigué. Sa première soirée dans le genre s'était extrêmement mal terminée, mais elle espérait que cette fois-ci, tout irait bien. Lorsqu'elle aperçut Annaël un peu plus loin, tout près de la table où était posé le punch, elle décida de se diriger vers lui, d'autant plus que le pilote était seul. Elle n'avait pas eu beaucoup l'occasion de lui parler, mais elle l'avait trouvé sympathique de prime abord, suffisamment en tout cas pour qu'elle ose aller à sa rencontre. Elle sourit alors qu'il lui tournait le dos, s'avança le plus silencieusement possible sur ses talons jusqu'à poser ses mains sur ses épaules pour le faire sursauter, un grand sourire aux lèvres. « C'était trop tentant. » D'un air faussement innocent, elle haussa légèrement les épaules, détailla discrètement la tenue et les traits fatigués du jeune homme. Il avait fière allure dans le costume blanc de l'armée américaine, mais il n'avait pas l'air dans son assiette. Elle ne le connaissait pas énormément et lui poser mille et unes questions sur sa vie privée lui semblait déplacé, si bien qu'elle se détourna plutôt pour attraper un verre de punch avant de reporter son attention sur lui. La tête légèrement inclinée sur le côté, elle avança son verre.

« À cette soirée. » Elle attendit qu'il trinque avec elle avant de prendre une gorgée de sa boisson, les yeux toujours rivés sur le pilote qui lui faisait face. Elle ignorait comment l'aborder, comment lui demander s'il allait bien, s'il avait envie d'aller dans un endroit un peu plus tranquille pour discuter. Elle savait à quel point c'était parfois pénible de vivre sur la base ou de voir ses amis partir, mais elle ne savait absolument pas de quoi il en retournait. Il avait l'air triste, simplement. « Tu comptes te rendre à combien ? » demanda-t-elle doucement pour le taquiner alors qu'elle avait un petit mouvement du menton vers les verres de punch déjà vides posés juste à côté de lui. Elle avait remarqué qu'il semblait un peu plus intéressé par l'alcool que par la soirée organisée en leur honneur, mais elle espérait toutefois lui tirer un ou deux sourires. Ce serait déjà ça de gagné.
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Amelia-R. Westerfield
Amelia-R. Westerfield
messages : 4343
avatar : jenna-louise coleman.
âge : 23 yo.
côté coeur : l'autre enfoiré d'ethan dans la tête, tout récemment maman.
quartier de résidence : actuellement, l'hôpital civile de huntsville ; officiellement, quartier madison.
métier/études : attachée de presse à la mairie.
INTRIGUE COMMUNE ✈ le bal des engagés - Page 2 Tumblr_neftcss90n1r9k8cuo1_1280

    and how odd it is, to be haunted by someone that is still alive. ❞


pseudo : sil.
dc : lua stern.
Tirelire : -193

INTRIGUE COMMUNE ✈ le bal des engagés - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: INTRIGUE COMMUNE ✈ le bal des engagés   INTRIGUE COMMUNE ✈ le bal des engagés - Page 2 EmptyDim 6 Oct - 17:55



welcome to the army



La fête bat toujours son plein sur la base. De nombreux militaires, en robes/costumes blancs, de même qu'un bon nombre de civils tout vêtus élégamment, sont présents pour s'amuser. Le bal des engagés n'attend plus que vous...


Voici un bref résumé des dernières actions :

- Jackson, le chef de la base, après avoir discuté avec Doran et Cedric, se retrouve seul, bousculant quelqu'un alors qu'il se balade tranquillement parmi les invités.

- Doran et Liam, en bons frères McKeegan, sont à la recherche d'informations à soutirer à tout malheureux passant par là. Liam s'est dirigé vers James; Doran, quant à lui, observe toujours les invités, sans victime particulière pour le moment.

- La belle Melody, après avoir fini de chanter, est seule au buffet. Cedric considère d'aller lui parler, mais, qui sait, quelqu'un pourrait l'aborder avant le journaliste...

- Annaël, accoudé au bar d'un air triste, est désormais en compagnie de la jolie Svende. Une simple discussion vient d'être entamée, bien que tout peut arriver désormais.

- Enfin, Charlotte -non sans avoir asséné une bonne claque à Doran- scrute tous les hommes dans la salle, effrayée à l'idée de rencontrer son agresseur. Son cavalier Ezio est revenu du bar après leur avoir prit quelques boisson, pendant que Charlotte a tourné un instant pour observer de plus près les présents. Ils sont à nouveau côte à côte... Pour l'instant.


Envie de participer à l'intrigue? Tout le monde est invité! N'hésitez pas à vous incruster dans certaines situations, d'en créer d'autres, allez discuter et danser avec les membres présents... En bref, amusez-vous, et bonne soirée!

_________________
don't call it a fight when you know it's a war
we'll run for our lives ✻  i'll sing it one last time for you then we really have to go, you've been the only thing that's right in all i've done. and i can barely look at you, but every single time i do, i know we'll make it anywhere away from here.
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Annaël J. Archer
Annaël J. Archer
messages : 670
avatar : Ian Somerhalder
âge : 34 ans
côté coeur : il l'aime depuis des années, c'est pas près de changer, envers et contre tout et il est enfin avec elle ! Cassie ♥
quartier de résidence : la base Redstone, aile est mais possède un pied à terre dans le quartier Providence
métier/études : pilote de chasse & capitaine
INTRIGUE COMMUNE ✈ le bal des engagés - Page 2 162328tumblrn77qmjJitV1qb8godo3250

Mais d’où vient le feu qui s'empare
De mon âme a moitié ivre.
Soudain court un simple regard
Je veux vivre au bord du vide.
Je veux vivre au bord du vide.

Pour tomber dans ses yeux, tomber
M’abandonner au désir qui s’embrase.
Danser dans ses yeux, danser
Je veux tanguer aux accents de l’extase.

pseudo : Larme d'Etoile
dc : pas de troubles mentaux pour le moment
Tirelire : 86

INTRIGUE COMMUNE ✈ le bal des engagés - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: INTRIGUE COMMUNE ✈ le bal des engagés   INTRIGUE COMMUNE ✈ le bal des engagés - Page 2 EmptyMar 8 Oct - 16:04

que désirs deviennent souvenirs.

Tranquillement en train de continuer à se servir des verres et à piquer dans les gâteaux d'apéritif, Annaël n'attendait rien de particulier de cette soirée. Il était venu pour dire qu'il allait bien mais pour toutes les personnes qui le croisaient, il était clair qu'il avait un problème. Cependant tout le monde avait la courtoisie de l'ignorer, à moins que la véritable courtoisie n'aurait été de lui adresser la parole pour le freiner sur la boisson ? Quoiqu'il en soit, le buffet était excellent, pour autant qu'il puisse en juger au vu de ses sens qui commençaient à s'altérer, et contempler cette vaste assemblée était véritablement distrayante. Le militaire se faisait le jeu silencieux de deviner qui était venu avec qui, qui ne pouvait pas se voir untel et réciproquement, ou quel futur couple naitrait bientôt. Un amusement puéril, probablement, mais qui avait le mérite de faire passer les minutes avec une certaine facilité. Prêtant ainsi une attention distraite à ce qu'il se passait, il sursauta lorsqu'il sentit quelqu'un derrière lui poser ses mains sur ses épaules. Se retournant, il s'attendait à se retrouver face-à-face à un de ses coéquipiers qu'il avait sciemment ignoré en arrivant, espérait qu'il puisse s'agir de Cassandra et en même temps, vu que ces deux options étaient bancales, se demandait qui cela pouvait être. Quelle ne fut pas sa surprise en découvrant Svende se tenir devant lui, époustouflante dans cette robe blanche et qui lui souriait. « Svende ! Tu es magnifique dis donc ! » Et quel plaisir de voir un visage amical parmi l’assistance ! Par contre, il doutait d'être la meilleure compagnie de la soirée. Et bien, il s'y forcera, à moins que la jolie blonde ne préfère partir en courant en voyant la descente qu'il avait. D'ailleurs, après qu'ils aient trinqué, elle ne manqua pas de lui faire la réflexion d'une manière particulièrement délicate, ce que le militaire apprécia grandement. Il se tourna d'ailleurs vers lesdits verres avant de recroiser les yeux de son interlocutrice, une moue gênée affichée sur le visage. « J'espère ne pas établir de record. » Ce qui était la pure vérité, malgré les apparences. Annaël décida alors par s'enquérir des mois que sa nouvelle camarade avait passé ici, plutôt que de se larmoyer. « Alors, comment ça va ? Tout se passe bien à Redstone ? J'imagine que ce n'est pas spécialement très différent de là ou tu viens, si ? » Il ne savait même plus si elle lui en avait déjà parlé. Ces temps-ci, son esprit vagabondait toujours ailleurs, sans même qu'il ne s'en rende compte. C'était peut-être excusable dans son cas, mais ça n'en demeurait pas moins pénible pour les autres qui devaient se répéter, comme pour lui qui avait chaque fois l'impression d'être frappé d'amnésie passagère. En plus de ça, il venait d'absorber une grande quantité d'alcool en peu de temps. Se forçant à se concentrer et à être aussi agréable que possible, Annaël obligeait tout son être à prêter attention aux propos de la jolie blonde. Un exercice qui n'avait rien d'ardue malgré sa condition précaire. Déterminé, il comptait bien soustraire ses pensées à son corps pour ce qui s'avérait être ce qu'il y avait de plus proche d'un gentleman. Et pour commencer, il se desserra de la table où trônait le punch pour ne plus se laisser tenter. Le verre avec lequel il venait de trinquer serait le dernier de la soirée, il se le promettait. Ensuite, il irait carburer à l'eau ou aux sodas. Svende n'avait sûrement aucune envie d'être en compagnie d'un soiffard et Annaël n'avait aucune envie de lui montrer cette image-là de lui, et c'était d'autant plus vrai que la jeune femme connaissait Cassandra. Or, il n'avait absolument aucune envie qu'elle soit au courant de ses écarts d'ivresse.
bohemian psychedelic

_________________
❝Je fais de toi mon essentiel❞
Tu sais mon amour, tu sais les mots sous mes silences, ce qu'ils avouent, couvrent et découvrent. J'ai à t'offrir des croyances pour conjurer l'absence, j'ai l'avenir gravé dans ta main, j'ai l'avenir tracé comme tu l'écris. Tiens, rien ne nous emmène plus loin qu'un geste qui revient. Je fais de toi mon essentiel, tu me fais naître parmi les hommes. Je fais de toi mon essentiel, celle que j'aimerais plus que personne. ♡ ARCHERSON
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Invité
Invité

INTRIGUE COMMUNE ✈ le bal des engagés - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: INTRIGUE COMMUNE ✈ le bal des engagés   INTRIGUE COMMUNE ✈ le bal des engagés - Page 2 EmptyMer 9 Oct - 13:16

Ne jamais passer à côté de l'occasion de glaner des informations, même triviales, une règle d'or qu'il avait inculquée à Liam dès sa plus tendre enfance. Il ne doutait point que ce dernier serait attentif à la moindre mouvance de foule, bien trop accoutumé à l'exercice du guetteur dans les mondanités qu'il était. Qu'importait qu'il soit même un peu offensé par la morgue et l'intonation péremptoire de son aîné, tant qu'il exécutait ses directives avec le souci du détail, cela restait le principal. Le jeune homme ne mit guère longtemps à se mettre en chasse, il quitta ses abords pour musarder parmi les convives et dénicher sa cible, qu'il trouva tout aussi vite. Inutile de l'observer faire, il lui faisait toute confiance pour cette mission qu'il s'en allait accomplir de son propre côté. Une main logée dans la poche de sa veste, ses prunelles bourlinguèrent d'un individu à un autre en capturant de vulgaires bribes de conversation de-ci de-là, il porta son verre à ses lippes et les humecta du breuvage avant que son regard n'échoue sur son ancien interlocuteur, Jack, en discussion visiblement amicale avec un autre quidam. Trop amicale, certainement, pour que ledit quidam soit seulement une connaissance, et qui se trouvait dans les petits papiers du chef de la base devait être intéressant. Il venait de jeter son dévolu sur une nouvelle proie, mais avant de la rejoindre, une idée lui vint... Il lampa le reste de sa boisson et se dirigea d'un pas flâneur vers le bar. Il se glissa tel un félin dans l'échine de Charlotte, la bougresse qui avait osé lui baptiser la joue dès le début de soirée, et arborant son plus beau sourire de squale, il se pencha à son oreille pour y articuler d'un ton mielleux.

« Ne bois pas trop, tu sais que tes cuisses sont trop faciles à écarter après. » La mimique qu'il afficha prouvait qu'il parlait en connaissance de cause, une vengeance bien doucereuse pour la gifle qu'elle lui avait assenée. Ses calots se posèrent sur le vis-à-vis de la demoiselle, qui avait peut-être entendu ses paroles, mais c'était là le cadet de ses soucis. Il eut même l'indécence de lui faire risette également, et de le saluer d'un furtif signe de tête. « Très cher. »

Un ricanement outrecuidant sortit de son gosier, puis il s'éloigna vers une autre partie du bar pour y commander un whiskey qui serait plus familier à ses papilles. Une fois son nectar d'orge malté en main, il repartit comme il était venu, tranquille et observateur, s'imposant un petit détour pour une arrivée feutrée auprès de Cedric qui avait été abandonné dans son coin. Il se posta non loin de lui, et sans encore le regarder, lui adressa la parole.

« Fenton-Rhodes ne tient pas en place, semblerait-il... ou alors il cherche à vous fuir. » Rictus courtois et amusé aux lèvres, il mira enfin l'élégant Dartmore et lui tendit la main. « Doran MacKeegan... Et vous êtes ? »
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Invité
Invité

INTRIGUE COMMUNE ✈ le bal des engagés - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: INTRIGUE COMMUNE ✈ le bal des engagés   INTRIGUE COMMUNE ✈ le bal des engagés - Page 2 EmptyMer 16 Oct - 17:06

« Svende ! Tu es magnifique dis donc ! » Elle inclina légèrement la tête de côté, ses boucles blondes retombant ici et là sur ses épaules. « Merci. Et toi, tu es très séduisant ! » ne manqua-t-elle pas de remarquer en se mordant légèrement la lèvre, rieuse. Toutefois, son regard détecta la présence des verres qu'il s'était enfilé au cours du début de la soirée et elle eut la décence de ne pas le lui reprocher férocement tout en ayant l'audace de lui en parler. « J'espère ne pas établir de record. » Elle haussa les épaules avec un petit rire, les yeux rivés sur lui alors qu'elle voyait bien qu'il faisait un effort pour être gentil avec elle. Ou plutôt, qu'il faisait un effort pour être là, déjà. Il n'avait clairement pas envie de jouer les sociables ce soir et elle s'en rendait compte, mais elle ne savait pas encore pourquoi. Elle ne s'attardait que très peu aux potins de la base puisqu'elle ne connaissait pas encore suffisamment les gens et qu'il y avait trop d'informations en même temps pour qu'elle n'ait le temps de les assimiler véritablement. Elle réussissait parfois à suivre les ruptures et les couples qui se formaient au sein même de la base, mais elle entendait tellement de choses que c'était difficile de distinguer le vrai du faux, si bien qu'elle en était venue à ne plus trop y porter attention. Elle n'était déjà pas trop du genre à croire tout ce que les gens disaient au détour d'un couloir, elle usait de sa mémoire sélective pour ne conserver que ce qui pouvait lui être utile. Un bon restaurant, un concert sympathique, ce genre de choses.

Elle sourit lorsqu'il demanda comment se passaient ses premiers mois à la base, haussa légèrement les épaules en faisant quelques pas pour le rejoindre lorsqu'il s'éloigna prudemment de la table. « Hum ... C'est assez différent oui ! À Munich, j'habitais encore avec mes parents. J'ai parfois l'impression de faire une overdose d'habits militaires ! » avoua-t-elle en riant et en laissant ses prunelles parcourir l'assemblée d'un regard circulaire. « Ça se passe bien ! C'est étrange de me retrouver en sol américain toute seule, mais je m'y habitue doucement. » avoua-t-elle délicatement en haussant les épaules. Elle aurait aimé que Mats soit là, lui aussi, pour qu'elle puisse partager cette expérience avec lui et parler à quelqu'un qui la connaissait bien. Elle avait retrouvé Woody, mais ce n'était pas la même chose. Mats avait grandi avec elle, connaissait ses moindres petits caprices, les chansons qu'elle préférait et qui lui soutiraient parfois un hurlement désespéré afin qu'elle baisse enfin le son, ses mets préférés, les endroits qu'elle voulait à tout prix visiter, aussi. Et elle savait en retour qu'il aurait beaucoup aimé aller en Argentine, qu'il adorait les pâtes et qu'il voulait des enfants. Mais il ne pourrait rien faire de tout ça parce que la guerre l'avait pris, l'avait emmené trop loin, d'où il ne pourrait plus jamais revenir. Elle en avait voulu au monde entier pendant des années pour ce qui était arrivé à son frère, mais elle ne pouvait plus rien faire désormais. Elle ne pouvait plus s'en prendre à personne parce qu'elle prenait conscience que ce n'était pas vraiment leur faute, que Mats avait succombé comme tant d'autres avant lui à une blessure de guerre. Qu'il connaissait les risques et que ça aurait pu être n'importe qui à sa place.

Mais elle n'avait pas le droit de laisser cet évènement malheureux gâcher sa soirée et celle d'Annaël. Elle vida son verre et le déposa sur la table avant de reporter son attention sur lui. « Et toi ... ? Tu n'as pas l'air dans ton assiette. » Douce, elle se mordit légèrement la lèvre, se demanda si elle avait bien fait d'insinuer qu'il n'allait pas très bien. Certaines personnes n'aimaient pas spécialement parler de leurs problèmes, mais elle avait appris à apprécier Annaël au fil des mois, si bien qu'elle était prête à tout pour l'aider à aller un peu mieux.
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Annaël J. Archer
Annaël J. Archer
messages : 670
avatar : Ian Somerhalder
âge : 34 ans
côté coeur : il l'aime depuis des années, c'est pas près de changer, envers et contre tout et il est enfin avec elle ! Cassie ♥
quartier de résidence : la base Redstone, aile est mais possède un pied à terre dans le quartier Providence
métier/études : pilote de chasse & capitaine
INTRIGUE COMMUNE ✈ le bal des engagés - Page 2 162328tumblrn77qmjJitV1qb8godo3250

Mais d’où vient le feu qui s'empare
De mon âme a moitié ivre.
Soudain court un simple regard
Je veux vivre au bord du vide.
Je veux vivre au bord du vide.

Pour tomber dans ses yeux, tomber
M’abandonner au désir qui s’embrase.
Danser dans ses yeux, danser
Je veux tanguer aux accents de l’extase.

pseudo : Larme d'Etoile
dc : pas de troubles mentaux pour le moment
Tirelire : 86

INTRIGUE COMMUNE ✈ le bal des engagés - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: INTRIGUE COMMUNE ✈ le bal des engagés   INTRIGUE COMMUNE ✈ le bal des engagés - Page 2 EmptyLun 21 Oct - 9:50

que désirs deviennent souvenirs.

Lui, séduisant ? C'était bien gentil de sa part de lui faire ce compliment mais il en doutait fortement. Annaël avait l'impression d'être plus près du monstre que du gentleman, avec les cernes qui avaient pris place sous ses yeux, son regard de chien errant et sa nonchalance. C'est bien simple, il avait l'impression que le monde entier pouvait lire en lui, et ainsi voir combien il allait mal. Mais visiblement, il parvenait plutôt bien à ne pas laisser ses émotions se lire trop trop sur son visage car peu de personnes avaient l'audace de lui poser la sempiternelle question du comment ça va ? ou peut-être que justement, il n'y avait aucune raison de la poser car la réponse était évidente. Quoi qu'il en soit, le militaire gratifia la jeune femme d'un sourire sincère, même s'il doutait qu'il soit réellement agréable à voir en ce moment. « Merci. » Puis Svende lui fit une petite remarque sur le nombre de verre qu'il collectionnait mais loin de se sentir agressé ou vexé, Annaël eut un triste sourire avant de décider que les paroles de la jolie blonde posaient le STOP de la soirée, en ce qui concernait l'alcool. Si Dieu existait, c'était sans doute lui qui lui envoyait la jeune femme. Une fois à distance raisonnable du buffet et tout particulièrement du punch, le pilote de chasse se força à faire la conversation, ce qui était la moindre des choses puisque Svende avait déjà fait l'effort de venir vers lui et qu'elle continuait à bien vouloir supporter sa présence après s'être rendu compte qu'il n'était pas au meilleur de sa forme. Il lui demanda alors si tout se passait bien ici, et si ce qu'elle avait connu à la base de Munich était très différent de ce qu'elle vivait ici. S'il s'était attendu à ce qu'elle lui réponde par un non catégorique, qu'une base militaire était une base militaire et qu'il ne pouvait par conséquent n'y avoir aucune différence, il fut surpris d'entendre le contraire. Pourtant, ce qui lui manquait le plus - ou en tout cas ce qui lui changeait le plus - c'était d'habiter avec ses parents. Il ignorait si elle vivait sur la base ou si elle possédait une résidence en dehors de la base, mais il est vrai que même en habitant en dehors de la base, les militaires étaient partout. Huntsville était une véritable ville de militaires et il était bien difficile de faire abstraction de leur présence. Du coup, quand Svende lui avoua qu'elle allait faire une overdose d'habits militaires, un sourire amusé, le premier depuis bien longtemps, vint étiré ses lèvres. Cette fille-là avait de l'humour et sans s'en rendre compte, elle apportait du baume sur son cœur meurtri. « Et j'ai bien peur que ce ne soit pas en venant ici, avec les tenues officielles, que tu vas te sentir mieux. » eut-il envie de rire s'il n'était pas aussi chagrin. « Mais je suis sûr que tu vas t'habituer. » Cela dit, il comprenait parfaitement ce qu'elle voulait dire. Lui-même avait décidé d'entrer dans l'armée à force de voir tous ces militaires, jour après jour, arborer fièrement leur uniforme et laissant cette idée glorieuse sur leur passage qu'ils étaient des symboles de la liberté et de la justice, ayant l'honneur de mourir sur le front et se couvrant ainsi du plus grand respect que l'on puisse rêver. Son père en faisait d'ailleurs partit. Hélas, Annaël s'était rendu compte trop tard qu'il n'y aucun honneur à mourir de manière aussi barbare et surtout, que lorsqu'on perdait un être cher, la gloire sensée accompagnée sa mort n'avait aucune saveur. Néanmoins, c'était le choix qu'il avait fait, et il l'assumerait jusqu'au bout.

Finalement, Svende lui demanda s'il allait bien. De suite, le militaire sentit ses muscles se contracter. Il n'aimait pas paraître faible et n'ayant pas encore fait son deuil, il ne se sentait pas prêt à parler de Samuel aussi tôt. Mais il ne pouvait pas non se refermer aussi sec comme une huitre, d'autant que la jeune femme semblait réellement soucieuse pour lui. Il fit alors l'effort de lui répondre sans détour, sans compter qu'elle connaissait Cassandra et qu'ainsi elle pourrait peut-être l'aider ? « J'en déduis que tu n'as pas dû parler à Cassandra ces derniers jours, elle vient de perdre son frère sur le front et il était aussi mon meilleur ami, je le considérais comme un frère. Et... je l'ai vu au moment où il... quand il nous a quitté. On l'a enterré il y a une semaine. » S'arrêtant là, il secoua la tête et baissa les yeux. L'image de l'avion de Samuel qui se crashait et finissait sa course dans l'eau était encore vive dans son esprit et Annaël se disait que ça ne le quitterait jamais, et il avait raison. Comment oublier ça ? Impossible ! C'était à ce moment-là que sa vie avait basculé, irrémédiablement. Il ne s'attendait pas spécialement à ce que Svende trouve les mots pour alléger sa peine, il savait qu'il n'y en avait pas, mais il avait entendu dire qu'elle aussi avait perdu son frère et il espérait donc qu'elle pourrait aider Cassandra, vu qu'elle avait traversé les mêmes choses. Néanmoins, il n'osa pas lui poser la question, elle était libre de lui faire elle-même la confession ou de le garder pour elle. A présent, il pouvait comprendre Ô combien il était douloureux de partager ce genre de vécu. Commençant à se sentir à l'étroit ici et à étouffer, Annaël demanda à Svende si elle acceptait de l'accompagner à l'extérieur. « J'ai besoin d'un peu air, tu veux bien m'accompagner à l'extérieur ? » Il fallait qu'il reste calme, qu'il respire un bon coup et ça irait.
bohemian psychedelic

_________________
❝Je fais de toi mon essentiel❞
Tu sais mon amour, tu sais les mots sous mes silences, ce qu'ils avouent, couvrent et découvrent. J'ai à t'offrir des croyances pour conjurer l'absence, j'ai l'avenir gravé dans ta main, j'ai l'avenir tracé comme tu l'écris. Tiens, rien ne nous emmène plus loin qu'un geste qui revient. Je fais de toi mon essentiel, tu me fais naître parmi les hommes. Je fais de toi mon essentiel, celle que j'aimerais plus que personne. ♡ ARCHERSON
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Invité
Invité

INTRIGUE COMMUNE ✈ le bal des engagés - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: INTRIGUE COMMUNE ✈ le bal des engagés   INTRIGUE COMMUNE ✈ le bal des engagés - Page 2 EmptyLun 28 Oct - 16:25






Le bal des engagés
feat. beaucoup de monde

Marlène-Candide avait hésité longuement, bien longuement avant de se décider à venir à ce bal. Il faut dire qu'en ce moment, elle n'était pas au mieux de sa forme, elle avait besoin de se reposer, sérieusement. Curieux me diriez-vous pour une insomniaque... Pourtant, la jeune femme n'avait qu'une envie: se caler dans son fauteuil et lire, lire et encore lire. Cependant, l'insistance de ses amis et collègues avait eu raison de sa résistance. La voilà donc dans sa chambre, entrain d'enfiler cette robe blanche laissant pour une soirée sa tenue habituelle de militaire. Elle avait l'impression d'être comme une gamine le soir du bal de promo enfin, elle imaginait que les jeunes filles étaient excitées comme elle car à vrai dire, elle-même n'avait jamais connu l'euphorie du bal de promo. Se mirant dans le miroir, elle se dit que cette robe ferait définitivement très bien l'affaire. Elle était simple tout en étant sophistiquée: d'un blanc épuré, avec de la dentelle sur le haut et un ruban se nouant dans le dos venant souligner sa poitrine. Puis tout à coup, sans le vouloir, la jeune femme se mit à penser à son père. Cet homme qu'elle avait si peu connu et qui pourtant avait toujours été son héros. Elle se l'imaginait vêtu d'un beau costume blanc pour le bal des engagés auquel il avait du participer de nombreuses fois au vu de sa longue " carrière " de militaire. Mais une malheureuse mission avait mis fin à tout cela: la mort, la fin d'une vie, la fin d'une famille également. Marlene-Candide chassa de sa main une larme qui avait pris naissance au bord d'un de ses yeux, bien malgré elle. Elle ne voulait pas être faible, encore moins ce soir là. Elle avait décidé de s'amuser, un point c'est tout. Voilà cinq ans maintenant qu'elle avait intégré Redstone. Une nouveau départ après les désillusions de l'adolescence, l'horreur des centres. Elle avait décidé de reprendre sa vie à zéro, oublier cette mère devenue folle sous la tristesse, oublier ces cauchemars ou du moins: essayer, essayer d'oublier, de tracer un trait sur ce passé qui pourtant faisait entièrement partie d'elle, qu'elle le veuille ou non.  

Etre devenue militaire était sa plus grande fierté. Elle qui plus jeune, s'était promis de haïr l'armée à jamais, haïr cet endroit, ce fichu métier qui lui avait pris son père, voilà que malgré elle, elle avait eu cette vocation, comme si cela faisait partie d'elle. Elle n'avait pas pu se battre contre elle-même. Elle avait laissé de côté cette haine, ces à prioris désirant plus que tout rendre fière son père qui, elle en était sûre, la regardait de là haut. Elle était rentrée dans ce monde, avait découvert ce milieu pour lequel son père avait sacrifié sa vie, les débuts avaient été durs mais elle s'était fait sa place et aujourd'hui, elle est étonnée de se rendre compte que son métier est en quelque sorte devenu sa raison de vivre. Elle ne se voit pas vivre autre part qu'à Redstone, elle considère chacun des militaires comme un frère, une sœur, une vraie famille. C'est pour ça qu'elle se rend à ce bal, finalement: on ne refuse pas un rassemblement de famille, jamais. Elle avait perdu sa famille, elle s'en était retrouvé une et c'est ce qui comptait le plus pour elle. Qu'importe les risques du métier, elle avait trouvé l'endroit où elle était heureuse, l'endroit où elle oubliait ces fichues dix années passées en centre pour orphelins puis en centre pour adolescents à problèmes bien malgré elle... Quittant sa chambre, Marlene-Candide se dirigea vers le lieu du bal, chaussée de délicates sandales à talon et blanches, comme le reste de sa tenue. Ses cheveux bruns étaient lâchés le long de ses épaules, et délicatement ondulés. Elle se sentait bizarre. Ce n'était définitivement pas tous les jours qu'elle sortait dans une tenue aussi féminine... Entrant dans la salle déjà emplie de militaires tout de blanc vêtus, la jeune femme se mit à la recherche de quiconque de sa connaissance. Elle salua d'un sourire, d'un bonjour, d'un signe de la tête les gens qu'elle croisait, toujours très poliment et arrivant près du punch, attrapa un verre et commença à le siroter tout en continuant son tour de salle...


© Fiche de Hollow Bastion sur Bazzart - Picture by cracks2009 sur Tumblr


Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Invité
Invité

INTRIGUE COMMUNE ✈ le bal des engagés - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: INTRIGUE COMMUNE ✈ le bal des engagés   INTRIGUE COMMUNE ✈ le bal des engagés - Page 2 EmptyDim 3 Nov - 6:41

« Et j'ai bien peur que ce ne soit pas en venant ici, avec les tenues officielles, que tu vas te sentir mieux. » Elle se mit à rire et se désigna avec les mains en prenant la pose. « T'as tout compris. La robe, ça change un peu ! Et c'est plus sexy. » Avec un sourire amusé et faussement sensuel, elle finit par éclater de rire et haussa simplement les épaules. « Je sais bien. C'est une question de temps. » Elle inclina légèrement la tête de côté et se servit un nouveau verre de punch après avoir terminé le sien. De toute façon, elle avait plusieurs verres à prendre avant de le rejoindre ! Elle avait bien vu qu'il n'allait pas bien et elle avait décidé de lui demander avec douceur ce qui n'allait pas, bien décidée à ne pas le brusquer. D'ailleurs, pendant quelques secondes, elle crut qu'il allait lui dire de disparaître, de se mêler de ses affaires - et il aurait raison - mais il avait dû comprendre qu'elle s'inquiétait pour lui puisqu'elle le sentit se calmer un peu, résigné à avouer ce qui le terrassait. Elle posa ses prunelles dans les siennes afin de l'encourager doucement à se confier, mais elle sut, à l'instant même où il commençait à parler, qu'elle n'apprécierait pas la suite.

L'espace de quelques secondes, Svende sentit ses épaules s'affaisser, les battements de son coeur qui accéléraient. Elle ne pouvait pas s'empêcher de voir les similitudes entre son histoire et celle de Cassandra. Annaël était le Woody de son histoire et tous deux avaient vu leur meilleur ami mourir sans réussir à le sauver. Elle n'avait absolument aucune idée de ce qui s'était tramé autour d'elle ces derniers temps, trop occupée qu'elle avait été à profiter du beau temps pour parcourir Huntsville et ainsi tenter de mieux connaître cette ville qui l'accueillait depuis quelques mois déjà. Elle passait suffisamment de temps à la base pour ne plus s'y perdre lorsqu'elle s'y déplaçait, mais Huntsville, c'était autre chose. Et voilà que derrière ses escapades à la ville, la vie de son amie dégringolait. Elle ne connaissait pas beaucoup Cassandra, mais les deux femmes avaient eu la chance de discuter et de s'apprécier, si bien qu'elles en étaient devenues amies au fil des semaines. Svende sentit sa gorge se nouer et elle baissa les yeux en secouant légèrement la tête. Ce n'était pas possible. Cassandra ne pouvait pas avoir perdu son frère. Annaël ne pouvait pas avoir perdu son ami. L'histoire se répétait tout le temps et elle comprit que c'était ça la guerre. que les gens partaient et mouraient. Que les gens ne revenaient pas tout le temps. Qu'elle ne pouvait rien faire pour que ça aille mieux, que c'était comme ça, tout simplement.

« Je suis désolée, Annaël. » murmura-t-elle en relevant les yeux vers lui, entourant son cou de ses bras pour le serrer contre elle, les yeux fermés. Elle s'écarta très légèrement lorsqu'il lui demanda d'aller dehors et elle hocha délicatement la tête en agrippant sa main. Elle les guida à travers la foule, désireuse de sentir elle aussi l'air frais sur son visage et frémit lorsque des frissons lui parcoururent l'échine. Il ne faisait pas froid, mais elle se rendait maintenant compte à quel point il faisait chaud, à l'intérieur. Silencieuse, elle se mordit la lèvre, passa une main dans ses cheveux blonds légèrement bouclés, poussa un soupir résigné lorsqu'elle releva les yeux vers lui. « Je ne savais pas.  » fit-elle simplement en un murmure alors qu'elle n'avait pas lâché sa main. Ses doigts pressaient doucement les siens en une caresse réconfortante, mais elle savait qu'il n'y aurait jamais assez de mots pour décrire ce qu'il devait ressentir et la douleur qui était la sienne. Elle le savait parce qu'elle avait vécu exactement la même chose. Elle avait été en colère contre le monde entier, elle aurait pu planter un couteau dans le coeur de la première personne venue lui dire que seul le temps finirait par arranger les choses, mais elle se rendait compte à quel point c'était vrai. Elle se rendait compte à quel point ils avaient eu raison.

« Il va toujours te manquer. Mais avec le temps, la douleur n'est plus aussi vive qu'au début, tu verras. » Elle déposa le bout de ses doigts sur le thorax de son ami, là où se trouvait son coeur. Parce que l'être qui n'était plus resterait toujours là, quelque part.
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Annaël J. Archer
Annaël J. Archer
messages : 670
avatar : Ian Somerhalder
âge : 34 ans
côté coeur : il l'aime depuis des années, c'est pas près de changer, envers et contre tout et il est enfin avec elle ! Cassie ♥
quartier de résidence : la base Redstone, aile est mais possède un pied à terre dans le quartier Providence
métier/études : pilote de chasse & capitaine
INTRIGUE COMMUNE ✈ le bal des engagés - Page 2 162328tumblrn77qmjJitV1qb8godo3250

Mais d’où vient le feu qui s'empare
De mon âme a moitié ivre.
Soudain court un simple regard
Je veux vivre au bord du vide.
Je veux vivre au bord du vide.

Pour tomber dans ses yeux, tomber
M’abandonner au désir qui s’embrase.
Danser dans ses yeux, danser
Je veux tanguer aux accents de l’extase.

pseudo : Larme d'Etoile
dc : pas de troubles mentaux pour le moment
Tirelire : 86

INTRIGUE COMMUNE ✈ le bal des engagés - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: INTRIGUE COMMUNE ✈ le bal des engagés   INTRIGUE COMMUNE ✈ le bal des engagés - Page 2 EmptyJeu 7 Nov - 18:22

que désirs deviennent souvenirs.

Sourire était devenu difficile, compliqué, presque irréalisable. A tel point que parfois, le militaire avait l’impression que ça faisait des siècles qu’il était figé dans sa douleur. Avait-il même déjà été réellement heureux ? Parfois il ne savait plus. Quand on souffrait, le temps s’écoulait de manière différente et étrange. Tout semblait si long et interminable et tout à la fois si rapide. C’était aussi comme si l’on arrêtait de vivre et qu’on s’arrêtait sur le bas-côté de la vie. Le reste du monde continuait de tourner sans vous et vous ne vous en rendiez même plus compte. C’est ce qu’Annaël vivait depuis la disparition de Samuel et en venant lui parler, Svende le reconnectait momentanément à la réalité. Durant un court laps de temps, il se sera remis sur la route avant de se rasseoir sur le bas-côté. Souriant comme il pouvait et comme son état le lui permettait, Annaël trouvait un certain réconfort à voir que lui-aussi et Cassandra pourraient un jour redevenir une partie d’eux que pour le moment, ils pensaient détruite à jamais. Svende avait vécu une situation identique et pourtant, elle était là. Certes elle n’avait pas oublié son frère et la douleur devait encore être là, mais la blessure était parvenue à se cicatriser suffisamment pour qu’elle puisse reprendre les rênes de son existence. Alors même s’il savait que pour le moment tout ça lui paraissait impossible, un jour en se levant le trou au fond de son âme serait moins béant et il pourrait alors songer à vivre à peu près normalement. Sa camarade finit alors par lui demander comment ça allait, mais le ton de sa voix indiquait clairement qu’elle s’interrogeait implicitement sur le pourquoi, justement, il n’allait pas bien. Annaël lui raconta la mort de Samuel, le frère de Cassandra, psychologue à la base que Svende connaissait déjà, et son meilleur ami à lui, qu’il avait toujours plus ou moins vu comme ce frère qu’il n’avait jamais eu. La jolie blonde lui dit combien elle était désolée mais avant qu’il ne parvienne à dire quoi que ce soit, elle l’avait déjà enlacé de ses deux bras opalins autours de son cou, dans un geste de consolation. Cette marque de réconfort le surprit mais il se laissa faire, touché par sa gentillesse. « Merci. » fut la seule chose qu’il réussit à dire et sentant des larmes poindre, il ressentit le besoin urgent de quitter l’assemblée. Demandant à Svende si elle voulait venir, celle-ci attrapa sa main et les guida jusqu’à la sortie à travers la foule compacte et ils se retrouvèrent dehors moins de dix secondes plus tard.

Le son de la musique se fit moins assourdissant, de même que le bruit de fond dut à toutes les personnes qui conversaient à l’intérieur. La différence de température entre était conséquente et l’air plus doux de l’extérieur lui fit rapidement du bien. Le mélange de punch et de tristesse n’allait de toute évidence pas ensemble. Au moins ça lui permettrait de remettre un peu d’ordre dans sa tête. Svende agrippant toujours sa main, elle exerça une petite pression réconfortante sur ses doigts et Annaël baissa les yeux vers elle. Elle lui expliqua qu’elle n’avait pas eu vent de ce décès précoce et le militaire eut un léger haussement d’épaule. « C’est pas grave. » Ça n’avait pas d’importance qu’elle n’ait pas encore eu cette information, on ne pouvait pas tout savoir dans la minute. Ce qui importait vraiment, c’était qu’elle soit là et qu’elle lui permette de s’appuyer sur elle l’espace d’un moment, comme une béquille temporaire permettant de reprendre des forces avant de retourner au combat. « C’est déjà bien aimable d’être là. » sourit-il tristement.  Svende lui dit alors les paroles qu’il entendait si souvent, celles qu’on avait dites à d’autres avant lui, qu’il avait pensé aussi et qu’on lui servait maintenant. Le temps permettait de guérir, même si on n’oublierait jamais la personne. Il le savait, il savait qu’ils avaient raison et il savait que Svende ne lui mentirait pas, qu’elle avait connu ça avant lui. Mais c’était dur à accepter, tellement dur ! « C’est ce qu’on me dit oui. » soupira-t-il avant de poser ses iris sur le ciel. « Et d’un côté j’ai hâte d’y être déjà tant cette douleur est insupportable. Mais en même temps, c’est tellement injuste. J’aimerais souffrir jusqu’à la fin de ma misérable vie pour être sûr de ne jamais oublier. » Il pensa alors à Cassandra, à cette promesse qu’il lui avait faite mais qu’il n’avait pas tenu. « Cassandra mériterait de s’en sortir mais moi, je ne suis qu’un idiot incapable de tenir ses promesses et de protéger ce qu’il a de plus cher. » A ce moment-là Annaël dut se détourner de Svende et fit quelques pas pour qu’elle ne le voit pas la larme qu’il ne parvint à retenir et qui glissa le long de sa joue, larme qu’il effaça sans ménagement d’un revers de main. « A chaque instant je revois les mêmes images. Je vois les projectiles mitrailler son cockpit, et je vois son avion plonger dans l’eau. Et je me demande chaque fois ce que j’aurais pu faire pour le sauver. Je me prends à imaginer que si j’avais manœuvré différemment, il serait peut-être encore en vie. J’en suis réduit à espérer qu’il soit mort sous le choc afin de ne pas avoir souffert. » Chaque jour c’était pareil, les mêmes visions et la nuit les cauchemars se faisaient légions. Ça allait de demande de Samuel qui l’implorait de prendre soin de sa sœur à des reproches qu’il lui adressait, de ne pas avoir été là et de continuer à vivre, contrairement à lui. Dans tous les cas, la culpabilité et les remords étaient intenables. Il se sentait devenir fou peu à peu. Deux choses parvenaient à le maintenir à peu près à flot, continuer les entrainements et venir à la base, et tenter de s’occuper de Cassandra pour qu’elle ne sombre pas irréversiblement dans le chagrin. A côté de ça, il avait aussi la chance d’avoir des camarades qui l’encourageaient et le réconfortaient, comme Jay ou Svende. Leur soutient était précieux, même s’il ne parvenait pas à leur exprimer correctement sa gratitude. « Il faut que je tienne pourtant, pour Cassandra. » Sur ces mots, il se retourna vers sa camarade, espérant inconsciemment qu’elle accepterait de l’aider. Cassandra refusait tous contacts et il devait presque se battre pour qu’elle lui ouvre la porte et qu’elle accepte de le voir, mais comme Svende avait connu la même chose, il avait bon espoir qu’elle parvienne là ou il échouait. Une véritable amie, objective et compatissante, ne pourrait que lui faire du bien.
bohemian psychedelic

_________________
❝Je fais de toi mon essentiel❞
Tu sais mon amour, tu sais les mots sous mes silences, ce qu'ils avouent, couvrent et découvrent. J'ai à t'offrir des croyances pour conjurer l'absence, j'ai l'avenir gravé dans ta main, j'ai l'avenir tracé comme tu l'écris. Tiens, rien ne nous emmène plus loin qu'un geste qui revient. Je fais de toi mon essentiel, tu me fais naître parmi les hommes. Je fais de toi mon essentiel, celle que j'aimerais plus que personne. ♡ ARCHERSON
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Invité
Invité

INTRIGUE COMMUNE ✈ le bal des engagés - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: INTRIGUE COMMUNE ✈ le bal des engagés   INTRIGUE COMMUNE ✈ le bal des engagés - Page 2 EmptyMar 12 Nov - 2:00

« C'est ce que font les amis, non ? » fit-elle doucement en serrant sa main lorsqu'il la remercia d'être là, simplement. Elle était passée par là et elle n'imaginait même pas à quel point ce pouvait être dur lorsqu'on devait traverser tout ça tout seul. Annaël avait la chance d'être bien entouré, sur la base, mais elle se demandait s'il en avait parlé autour de lui, si les gens étaient au courant de ce qui se passait dans sa vie. Il ne devait pas garder tout ça pour lui et même si elle était heureuse de savoir qu'il avait décidé de lui ouvrir son coeur et de lui raconter ce qui lui rongeait l'âme, elle savait qu'elle n'était pas nécessairement la mieux placée pour lui venir en aide. Elle ne le connaissait pas depuis longtemps, elle ne savait pas trop ce qui pouvait lui faire plaisir ou la meilleure façon de le faire remonter à la surface, si bien qu'elle pouvait commettre des bévues sans vraiment l'avoir voulu. De toute façon, elle était là et elle ne partirait pas. Qu'il ne parle qu'à elle ou bien qu'il parle aux autres aussi, elle resterait à ses côtés jusqu'à ce qu'il se sente mieux. Elle savait ce que ça faisait, elle s'était engagée dans l'armée pour ça, pour venger la mort injuste de son frère. Woody n'était pas d'accord et elle le savait, mais c'était comme ça et elle refusait de revenir en arrière. Mats n'était pas mort pour rien, c'était absolument hors de question.

Elle se mordit l'intérieur de la joue lorsqu'il lui dit qu'il avait déjà entendu trop souvent ce genre de paroles. Elle avait détesté tous ceux et celles qui lui avaient dit que ça passerait, qu'elle irait mieux avec le temps, mais ce n'était que quelques mois plus tard, voire quelques années plus tard qu'elle avait réellement compris le sens de leurs propos. Elle croyait qu'ils mentaient, qu'ils disaient ce que tout le monde disait toujours en pareilles circonstances, mais elle savait désormais qu'ils disaient vrai. Que l'image et la douleur ne partiraient jamais vraiment, mais qu'elles finiraient par s'estomper au point de n'être plus qu'un doux souvenir. « T'es loin d'être un idiot, Annaël. C'est juste arrivé, tu n'y pouvais rien. » Elle se mordit la lèvre et soupira discrètement lorsqu'il relâcha sa main pour s'éloigner. Elle savait que c'était dur et elle ne manqua pas de remarquer la main du jeune homme qui s'était redressée afin d'essuyer - sans doute - une larme qui roulait sur sa joue. Svende était triste pour lui, mais elle ignorait quoi dire de plus pour le rassurer. Parce qu'elle savait qu'il n'y avait rien à dire et qu'il ne voulait certainement pas entendre les paroles qu'elle aurait pu dire et qui pourtant auraient sonné faux. Lentement, elle fit un pas vers lui, mais s'arrêta, incapable d'aller le prendre dans ses bras alors qu'il avait recommencé à parler. Elle l'écouta jusqu'au bout, frémit en prenant conscience du fait qu'il se sentait atrocement coupable pour la mort de son ami. Woody avait-il ressenti exactement la même chose ? La guerre faisait des ravages et si sa vie avait dégringolé avec la mort de Mats, elle n'était pourtant pas la seule à souffrir de la perte d'un soldat.

Et puis, il se retourna vers elle et elle ne put s'empêcher de combler les derniers mètres qui la séparaient de lui pour le prendre à nouveau dans ses bras et déposer un baiser sur sa joue. « Tu n'es coupable de rien, tu sais. C'est horrible. C'est ... injuste et personne ne devrait jamais avoir à vivre ça, mais c'est comme ça. Ce n'est pas ta faute. » murmura-t-elle contre son cou alors qu'elle fermait les yeux en le serrant contre elle. Ses doigts s'étaient refermés sur sa nuque et elle espérait juste qu'un peu de chaleur humaine réchaufferait enfin son coeur blessé et meurtri par les aléas de la guerre. « Quand Mats est mort, j'en ai voulu à la terre entière. Mais surtout à moi. Et j'ai finalement compris que je n'aurais jamais pu l'empêcher de partir. Que ça faisait partie de lui. » Elle s'était légèrement détachée de lui et avait délicatement posé ses doigts sur les joues d'Annaël, entourant son visage de ses mains. « J'irai voir Cassandra demain. Elle n'aura pas le choix de m'ouvrir. » avoua-t-elle avec un sourire léger, mais résigné, bien décidée à pénétrer dans la demeure de son amie, quitte à briser une fenêtre si jamais elle refusait de lui ouvrir. Elle frapperait à sa porte jusqu'à avoir le poing en sang s'il le fallait, mais elle attendrait le temps qu'il faudrait.

« Je ne sais pas si tu connais Woody, mais ... Il est passé par là, lui aussi. Il a vu mon frère mourir et c'était son meilleur ami. Il est psychologue, lui aussi. » fit-elle avec douceur en relâchant le visage du jeune homme.
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Cedric H. Dartmore
Cedric H. Dartmore
messages : 306
avatar : Tom Hiddleston
âge : 37 ans
côté coeur : Marié à son boulot.
quartier de résidence : Un appartement dans le quartier Harvest, pour pouvoir travailler au calme.
métier/études : Reporter de guerre
INTRIGUE COMMUNE ✈ le bal des engagés - Page 2 Large

« Le silence devient un péché lorsqu'il prend la place qui revient à la protestation ; et, d'un homme, il fait alors un lâche. »
- Abraham Lincoln

pseudo : Marie
Tirelire : 6

INTRIGUE COMMUNE ✈ le bal des engagés - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: INTRIGUE COMMUNE ✈ le bal des engagés   INTRIGUE COMMUNE ✈ le bal des engagés - Page 2 EmptyJeu 14 Nov - 21:59

(c) mcfiddles
INTRIGUE COMMUNE ✈ le bal des engagés - Page 2 Doran_10
Good evening Mephisto
« Il ne faut jamais juger un homme d’après ses fréquentations.
Ne perdez pas de vue que Judas avait des amis irréprochables. »
- Paul Verlaine






- Seriez-vous jaloux, Dartmore ?

Cedric n’avait rien d’anglais, et encore moins d’aristocrate ; quant à parler de sa carrière d’acteur, nous savions tous qu’elle n’avait jamais existé, en dehors de quelques saynètes données en cours, dans les classes où les professeurs trouvent encore ce genre de travail en groupe pertinent pour leurs jeunes élèves. Pourtant, l’air dégagé qu’il adopta en réponse à la fausse question de Jackson aurait digne d’un Gatsby, tant il n’avait aucun complexe à lui conférer un petit côté dandy indolent. Peut-être des vocations avaient-elles été perdues en cours de route…

-Nullement, répondit le journaliste avec un détachement qui masqua tout à fait son ironie. Je suis assuré de ce qui est mien, quoi qu’il advienne.

Oh, ce fil rouge qui lâchait difficilement leurs conversations lorsque ces dernières entremêlaient sarcasme et taquinerie bien sentie… À croire que le seul moyen d’asticoter un homme était de mettre discrètement en cause sa virilité. N’en doutez pourtant pas : Jack et Cedric demeuraient amis, malgré ces coups bas et ces apparences évidemment trompeuses, juste là pour que le reporter puisse jouir pleinement du militaire gentiment agacé par ses soins.

Mais en parlant de virilité, en tant que bon frère de cœur, le chef de la base ne manqua pas d’une nouvelle fois tenter de sauver ce qui s’avérait secourable de sa vie sentimentale –soit pas grand-chose, avouons-le- en lui désignant la jeune chanteuse dont les airs avaient animé la vaste salle depuis que les premières robes de cocktail et les premiers tuxedos étaient apparus. Etrangement, le Bostonien ne l’avait pas réellement remarquée, notant sans doute inconsciemment la présence de musique sans pour autant que l’information l’impactât vraiment, à l’image de ces myriades de détails de la vie quotidienne que nous côtoyions sans jamais les remarquer. Fronçant légèrement les sourcils en regardant dans la direction indiquée par Jack, Cedric finit par distinguer dans la foule la fameuse damoiselle, aussi gracile et digne du terme « jouvencelle des temps modernes » qu’on pourrait l’imaginer. Alors oui, comme tant d’autres sur le passage de la jeune inconnue, il la suivit des yeux, mais ne vous y trompez pas : nul attrait particulier n’était né en lui, comme l’aurait souhaité son ami au courage impérissable quant à l’idée d’un jour réussi à caser son éternel célibataire de camarade. Il la regarda comme on regarde n’importe qui passant devant soi, lui reconnaissant un charme avec la neutralité du scientifique effectuant une mesure, sans que son cœur ne subisse une quelconque crise d’épilepsie, même légère. Déshabiller du regard une femme n’avait jamais fait partie de ses habitudes, et le journaliste s’y refusait d’ailleurs avec une honnêteté toute à son honneur, préférant demeurer seul que mal accompagné, et pire encore, bercé d’illusions quant à l’amour. Les deux extrêmes se trouvaient boudés par lui, et il faudrait bien plus de la part Fenton-Rhodes pour le convaincre de sortir de sa réserve !

-Je n’en suis pas sûr… répliqua Dartmore sur un ton dubitatif, qui ne néanmoins retint pas le soldat pour en débattre plus longuement.

Cedric eut à peine le temps de tourner à nouveau son visage vers son interlocuteur que celui-ci prenait la poudre d’escampette ! Jack n’espérait pas au moins jouer le rôle de la Bonne Fée qui se volatilisait à minuit pour laisser la belle romance entre sa protégée et le Prince éclore d’elle-même, si ? Revenant à la brunette, loin de lui et paradoxalement « à portée de main », il n’eut pas vraiment le loisir de peser le pour et le contre soulevés par le plan de Jackson. Un regain triomphant de sens de l’honneur rendant inenvisageable toute approche d’une jeune personne ayant à l’évidence un âge bien inférieur au sien ? Oh, cela aurait été bien possible ; mais la vérité s’avéra bien moins reluisante. En effet, un des MacKeegan, celui auquel Dartmore n’avait jamais été présenté, venait de l’apostropher, privé tout comme le reporter de son interlocuteur précédent visiblement fort occupé à papillonner –ou fuir, selon le point de vue- ses monceaux d’invités.

L’expression qu’arbora le Bostonien fut d’une neutralité remarquable, n’ayant rien de platement indifférent, sans qu’aucune touche de curiosité, snobisme ou dégoût ne puisse y être décelée. Son regard demeurait attentif, mais rien ne filtrait de l’avis ébauché qu’il nourrissait à l’endroit de l’entrepreneur ; plus une façon de ne laisser que peu de prises à ce dernier que de chercher à se rendre intéressant par une épaisse chape de mystère le drapant.

-Possible… Nous serions alors deux dans ce cas, semblerait-il.

Du conditionnel, bien sûr ; ne poussons pas jusqu’à les mettre tous deux dès le départ dans le même panier. Cedric continua sur la même lancée, avec une discrète politesse : il ne baissa pas les yeux vers la main tendue Doran, comme certains l’auraient fait en ayant clairement l’air de se demander ce qu’ils allaient faire de cette « approche »  indésirée , et se contenta de lui rendre une poignée de main franche sans hésiter et sans hâte non plus, également sans force mal venue qui aurait tenté de le placer en pseudo position supérieure, dans la veine de « tu ne peux m’atteindre, quoi que tu tentes, parce que mon mépris constitue ma force ». Non, inutile d’user d’une pointe de violence en société, il suffisait de se faire telle l’eau d’un ruisseau, transparente, fuyante… Au bout du compte imperturbable.

-Cedric Dartmore, se présenta simplement l’intéressé, sans sourire, ni même avec un traditionnel « enchanté » de coutume même uand il s'avérait puissamment hypocrite ; mais avec un visage ouvert ne rejetant pas tout embryon de conversation avec un des hommes les plus mal vus de l’économie mondiale. Il est plutôt inattendu de croiser une personnalité telle que vous entre ces murs.

Nul jugement de valeur, nulle pointe d’ironie comme tantôt avec Jack, pas même un lointain voile d’interrogation personnelle : juste un fait, aux vues des coups d’œil que l’Irlandais n’avait pas dû manquer de déchaîner sur son passage –et qu’il génèrerait encore par la suite, à n’en point douter. Ah, l’éventuelle possibilité de parler à la chatoyante brunette venait de disparaître, tant un vis-à-vis de la ténébreuse trempe de MacKeegan requérait la moindre once de finesse d’esprit afin de ne pas être pris en défaut… Juste une conversation anodine à un cocktail ? Ciel, ne soyez pas si naïfs ; Cedric, de par son métier, savait à peu près à quoi s’attendre de la part du Lepruchaun, ou du moins de l’existence avérée d’un côté impitoyable en son caractère. L’importance de ce travers, ainsi que ses autres parts d’ombre, voilà ce qu’il ne désirait pas vraiment découvrir, même là encore, il fallait demeurer lucide : peut-être n’avait-il déjà plus tant le choix que cela…

_________________
INTRIGUE COMMUNE ✈ le bal des engagés - Page 2 Tumblr_n63b4p6XqZ1rz0ey2o1_250 INTRIGUE COMMUNE ✈ le bal des engagés - Page 2 Tumblr_n63b4p6XqZ1rz0ey2o3_250
les mots sont tes armes
Time is a valuable thing. Watch it fly by as the pendulum swings, watch it count down
to the end of the day. The clocks ticks life away. It's so unreal. Didn't look out below.
Watch the time go right out the window, trying to hold on. ❧ Linkin Park, In the End
Revenir en haut Aller en bas
http://ested.forumactif.org/


BULLETPROOF
Annaël J. Archer
Annaël J. Archer
messages : 670
avatar : Ian Somerhalder
âge : 34 ans
côté coeur : il l'aime depuis des années, c'est pas près de changer, envers et contre tout et il est enfin avec elle ! Cassie ♥
quartier de résidence : la base Redstone, aile est mais possède un pied à terre dans le quartier Providence
métier/études : pilote de chasse & capitaine
INTRIGUE COMMUNE ✈ le bal des engagés - Page 2 162328tumblrn77qmjJitV1qb8godo3250

Mais d’où vient le feu qui s'empare
De mon âme a moitié ivre.
Soudain court un simple regard
Je veux vivre au bord du vide.
Je veux vivre au bord du vide.

Pour tomber dans ses yeux, tomber
M’abandonner au désir qui s’embrase.
Danser dans ses yeux, danser
Je veux tanguer aux accents de l’extase.

pseudo : Larme d'Etoile
dc : pas de troubles mentaux pour le moment
Tirelire : 86

INTRIGUE COMMUNE ✈ le bal des engagés - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: INTRIGUE COMMUNE ✈ le bal des engagés   INTRIGUE COMMUNE ✈ le bal des engagés - Page 2 EmptyMer 20 Nov - 22:48

que désirs deviennent souvenirs.

Est-ce qu’il n’y pouvait vraiment rien ? Est-ce qu’il n’aurait réellement rien pu changer ? Est-ce qu’il avait fait tout ce qu’il fallait mais qu’en dépit d’avoir fait son travail au mieux, rien de ce qu’il aurait pu faire n’aurait changé le destin ? Possible. C’était en tout cas ces questions-là qui le turlupinaient encore et encore, sans jamais s’arrêter. Comme un disque rayé, il se repassait la scène en boucle dans sa tête et cherchait à comprendre comment ça avait pu arriver. Il voulait savoir s’il aurait pu empêcher ça. C’était idiot et stérile comme réflexion parce que qu’il ait fait ou non une erreur, ce qui était fait était fait et Samuel ne reviendrait pas. Ça c’était la manière pragmatique de penser. Pour Annaël cependant, la différence était de mise. Si à cause lui son meilleur ami était mort, alors il vaudrait mieux pour lui quitter l’armée et faire autre chose, un métier dans lequel il ne risquerait pas de tuer quelqu’un par qu’il était incompétent. C’était sans doute ça le pire, se dire qu’il était responsable et qu’à cause d’une erreur il s’était non seulement privé de son meilleur ami, mais encore avait privé Cassandra de son frère, ses parents de leur fils, ses coéquipiers d’un excellent élément et ami, et le monde d’un défenseur de la paix. Cette culpabilité, alors qu’elle n’avait même pas de véritable fondement, rongeait son âme aussi sûrement que le ferait le plus acide des corrosifs. Svende avait l’amabilité de tenter d’enlever son manteau de remords, mais en définitive lui seul pourrait s’en débarrasser et ce ne serait pas pour demain. Quand il se retourna à nouveau vers elle, elle se tenait là, en face de lui et avait déjà avancé pour le prendre dans ses bras, une fois encore. Sa compassion et sa bienveillance à son égard lui firent un bien fou, bien plus qu’il ne l’aurait cru et dans un geste hésitant et maladroit, il referma ses bras autours d’elle. C’était sans doute de ça qu’il avait besoin, qu’on lui témoigne du soutient et de l’affection mais jusqu’ici, il avait toujours refusé. Ses parents ne savaient pas comment faire pour venir à leur fils qu’ils n’avaient pas vu depuis si longtemps qu’il était plus ou moins devenu un étranger, Cassandra le jugeait coupable et les autres, ils étaient trop occupés à fuir les souffrances pour avoir envie de voir qu’il allait mal. Annaël ne pouvait leur en vouloir, surtout pas à Cassandra. Svende était différente, tout comme Jay et ils étaient les deux seuls à tenter de s’intéresser sincèrement à lui pour l’aider à entrevoir à nouveau la lumière de l’espoir, de la joie et de la vie. « Merci. » dit-il avec une voix étranglée sous l’émotion, retenant ses larmes. Il appréciait Svende pour ce qu’elle était et ce qu’elle faisait mais c’est vrai qu’il aurait aimé que ce soit Cassandra qui réagisse de cette manière, même si c’était déplacé de sa part de penser. Son frère était mort, à quoi s’attendait-il ? A moins d’amertume et plus de soutient ? Il valait mieux qu’il oublie ça.

Svende, l’enlaçant toujours avec réconfort, lui raconta ce qu’elle avait elle-même ressenti lorsque son frère avait péri sur le front. Elle en avait été dévastée et en avait voulu à la terre entière. Elle s’en était voulu aussi avant de se dire qu’elle n’aurait jamais rien pu faire. Son frère avait cet appel au fond des tripes qui l’avait emmené sur le sol de guerre, ce même appel qu’Annaël avait ressenti, comme Samuel. Cassandra leur en avait voulu d’être partit, elle s’était sentie abandonnée, trahie aussi, peut-être. Mais comment auraient-ils pu faire autrement ? Lorsqu’ils s’étaient engagés, ça avait été comme une évidence. Annaël, tout comme Samuel, avaient grandi dans un foyer ou le patriotisme était une religion. Leurs pères, militaires, avaient éveillé en eux le désir de défendre leur patrie alors quand ils étaient devenus majeurs, ils avaient été s’engager le plus normalement du monde. Aujourd’hui le pilote de chasse ne savait plus trop ou il en était. Il ne savait plus si tous les sacrifices qu’il avait consentis avaient été utiles ou non. Ce qui était sûr, c’est qu’il était détruit. Annaël avait écouté l’histoire que Svende avait bien voulu lui confier et il resserra un instant son étreinte. « Je suis désolé. » Elle était à même de le comprendre, parce qu’elle avait vécu la même chose, d’une certaine manière. Ça faisait du bien de se sentir compris par quelqu’un qui savait de quoi il parlait. Finalement, elle lui dit qu’elle passerait voir Cassandra et qu’elle l’obligera à ouvrir la porte. Il n’était pas sûr qu’elle réussisse, mais il louait son geste. « Merci. Elle en a vraiment besoin. » Et elle n’a pas vraiment envie de me voir. eut-il envie de rajouter, mais il s’abstint. Puis elle lui parla de Woody qui avait connu ça aussi. Il était le meilleur ami du frère de Svende et ironie de la chose, il était psychologue. Annaël aurait presque envie de sourire à ce coup du destin. « A croire que l’histoire n’est qu’une éternelle répétition. Mais non, je ne le connais pas. » Se détachant de la jolie blonde, Annaël respira un grand coup, le cœur apaisé. « Merci pour tout, je me sens mieux maintenant et c’est grâce à toi. Tu veux peut-être retourner à l’intérieur pour profiter un peu de la fête ? » Il lui était reconnaissant de ce qu’elle venait de faire, bien plus qu’il ne pourrait le dire. A la vérité, il se plaisait bien en sa compagnie et s’il pouvait, il passerait toute sa soirée à ses côtés. Il espérait aussi que ça marquerait le début d’une amitié mais ça, il avait déjà plus de réserve sur le sujet. S’il allait mieux à présent, ça ne durerait pas et Svende n’avait sûrement pas envie de passer son temps à lui remonter le moral. Quoi qu’il en soit, elle venait de le sauver d’un probable coma éthylique et donc, de sauver le peu de dignité qui lui restait et ça, il ne l’oublierait jamais.
bohemian psychedelic

_________________
❝Je fais de toi mon essentiel❞
Tu sais mon amour, tu sais les mots sous mes silences, ce qu'ils avouent, couvrent et découvrent. J'ai à t'offrir des croyances pour conjurer l'absence, j'ai l'avenir gravé dans ta main, j'ai l'avenir tracé comme tu l'écris. Tiens, rien ne nous emmène plus loin qu'un geste qui revient. Je fais de toi mon essentiel, tu me fais naître parmi les hommes. Je fais de toi mon essentiel, celle que j'aimerais plus que personne. ♡ ARCHERSON
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Invité
Invité

INTRIGUE COMMUNE ✈ le bal des engagés - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: INTRIGUE COMMUNE ✈ le bal des engagés   INTRIGUE COMMUNE ✈ le bal des engagés - Page 2 EmptyMer 18 Déc - 4:59

« Ne sois pas désolé. C'est la vie et personne ne pourra jamais rien y changer. » avoua-t-elle tristement en enfouissant sa tête dans le cou d'Annaël, persuadée que le temps pourrait enfin arranger les choses. Il ne pouvait pas espérer tout oublier en quelques semaines puisqu'elle savait que ce genre de drame restait à jamais gravé dans la mémoire, mais les souvenirs finiraient par s'estomper légèrement, suffisamment en tout cas pour que leur rappel ne soit plus aussi pénible à évoquer. Attendre était la seule chose à faire. Svende se surprenait même parfois à sourire lorsqu'elle pensait à son frère, lorsque l'image de Mats revenait la hanter et elle avait compris qu'elle allait mieux. Les larmes étaient parfois bien présentes, encore aujourd'hui, mais elle savait que la douleur provoquée par le départ de son frère ne disparaitrait jamais totalement. Elle avait simplement appris à vivre avec et désormais, c'était un peu plus facile.

Elle sourit un peu lorsqu'il lui dit que Cassandra avait réellement besoin d'elle, mais elle ne put qu'hausser légèrement les épaules. « Je ferai tout ce que je peux, mais tu sais ... Elle est la seule à savoir comment gérer et trouver la force de continuer sans lui. » En définitive, personne ne pourrait la forcer à aller mieux si elle n'était pas prête.

Elle avait rencontré Woody à nouveau et si elle savait désormais que la mort de Mats lui était toujours aussi douloureuse, elle savait également qu'il était bien placé pour conseiller les gens et écouter. Parfois, c'était ce qui manquait pour aller mieux. Parfois, un simple petit coup de pouce pouvait faire toute la différence et elle espérait qu'Annaël saurait lui aussi saisir cette aide qu'elle lui tendait et qui ne pourrait jamais vraiment l'aider à comprendre pourquoi, mais qui pourrait au moins l'aider à déculpabiliser. On ne pouvait pas revenir en arrière et ça ne servait à rien de se dire qu'on aurait dû. Les si ne menaient nulle part et même si c'était difficile, Annaël, tout comme elle, n'avait maintenant plus d'autre choix que d'aller de l'avant. « Tu devrais aller le voir. » fit-elle simplement alors qu'il se détachait d'elle lentement. « Ça ne coûte rien d'essayer et je parie que ça te fera du bien. » Elle lui sourit un peu, passa une main dans ses cheveux afin de replacer quelques mèches derrière ses oreilles et poussa un soupir. Il l'avait bien dit, l'histoire se répétait inlassablement, comme si tout à la base de Redstone cherchait à lui rappeler ce qu'elle n'avait plus ou plutôt, ce qu'elle avait perdu. Depuis cinq ans maintenant, elle tentait d'aller de l'avant, essayait d'être forte afin de prouver au monde entier qu'elle avait surmonté la disparition de son frère, mais c'était bien plus compliqué que ça. Elle avait fait beaucoup de progrès et elle ne pleurait plus lorsqu'on prononçait son nom, mais elle avait encore du chemin à parcourir afin de vivre sereinement avec la mort de son frère. Le temps allait s'en charger.

Ses prunelles rivées dans celles tout autant azurées de son collègue, elle ne se rendit compte que maintenant à quel point il était séduisant. Elle ne savait plus quoi faire pour le voir sourire à nouveau et elle se mordit légèrement la lèvre en baissant les yeux, un petit sourire en coin. « Je vais t'accompagner. On ne sait jamais et je ne connais pas grand monde ici, de toute façon. » C'était non négociable et elle le laissa prendre les devants, tournant aussitôt les talons afin de le rejoindre. Elle n'avait pas vraiment envie de le laisser rentrer tout seul de peur de le retrouver endormi et empêtré dans les branches d'un petit bosquet le matin venu. Le trajet se déroula en silence, mais Svende appréciait beaucoup ce moment de calme et de complicité entre eux, si bien qu'elle le laissa simplement devant la porte de son appartement, sans vraiment savoir quoi dire. « Je peux rester avec toi, si tu veux. » Lentement, elle s'était approchée du jeune homme, les yeux baissés sur cette chemise un peu entrouverte. Elle n'était plus qu'à quelques centimètres lorsqu'elle releva les yeux vers lui, les battements de son coeur s'accélérant dans le creux de sa poitrine. Elle avait envie de l'embrasser, elle avait tellement envie de l'embrasser. Et pourtant, lorsque ses lèvres s'approchèrent des siennes, elle bifurqua pour embrasser plutôt sa joue, les yeux fermés.

« Tu peux m'appeler quand tu veux. » murmura-t-elle doucement contre sa mâchoire avant de s'éloigner légèrement, un petit sourire au coin des lèvres. « Bonne nuit, Annaël. »
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Contenu sponsorisé

INTRIGUE COMMUNE ✈ le bal des engagés - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: INTRIGUE COMMUNE ✈ le bal des engagés   INTRIGUE COMMUNE ✈ le bal des engagés - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

INTRIGUE COMMUNE ✈ le bal des engagés

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BULLETPROOF :: ✈ as you were. :: version une. :: Annonces et sujets commums-