AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (m) felix bujo ✈ libre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


BULLETPROOF
avatar
Sajiv Kapoor
निडर no fear
messages : 535
avatar : manish dayal.
âge : vingt cinq ans.
côté coeur : célibataire.
métier/études : mécanicien.

pseudo : lina.
dc : aucun.
Tirelire : 6

MessageSujet: (m) felix bujo ✈ libre   Mar 15 Juil - 22:38

mateo


à partir de maintenant, tu t'appelles Blanche-Neige.

NOM(S) : à choix, mais espagnol (à savoir qu'en espagne il y a traditionnellement deux noms de famille, celui du père et celui de la mère). PRÉNOM(S) : mateo. AGE : entre vingt-deux et vingt-quatre ans. LIEU DE NAISSANCE : campillo de llerena, espagne. ORIENTATION SEXUELLE : hétérosexuel. SITUATION AMOUREUSE : célibataire. SITUATION FINANCIÈRE : à choix. MÉTIER/ÉTUDES : militaire, spécialité à choix. SI MILITAIRE, GRADE : à choix. GROUPE : learning war.  AVATAR: felix bujo.


deviens toi-même.





Extraits de ma fiche :

Campillo de Llerena (España), 2009


« Zaé »

Sa voix est envoutante. Sa voix chaude et grave. Sa voix au creux de mon oreille. Sa voix qui me fait frissonner. Sa voix qui se meurt par un trop plein de baisers déposés sur mon cou.

« Zaé »

Mon prénom. Mon prénom, il le murmurre. Mon prénom, il l'essouffle. Mon prénom, il le rend merveilleux. Mon prénom, il le prononce comme si c'était la plus belle chose au monde.

« Zaé »

Il le répète inlassablement et de manière toujours plus fantastique. Ses doigts glissent sur ma peau et atteignent doucement des coins plus sensibles et jusqu'alors jamais explorés. Je frissonne. Cette fois, pas parce qu'il a murmurré mon prénom, non. Je frissonne parce qu'il caresse ma poitrine.

« Zaé, déshabilles toi. »

Je suis immobile et sans doute trop lente pour lui. Sans doute, trop peu entreprenante. Il m'arrache ma petite robe sans trop de douceur. Je ne résiste pas. Je suis immobile parce que j'ai peur. Je suis immobile parce que c'est lui, lui qui m'a toujours fait rêvé. Je suis immobile parce que j'ai peur de le décevoir, de ne pas être à la hauteur. Je suis immobile parce que je m'apprête à faire l'amour pour la première fois.

« Alors toi bébé, je vais te défoncer. »

Ce n'est pas ce que j'avais imaginé, non. Peu importe, c'est lui qui me touche et c'est tout ce qui compte. C'est avec moi qu'il s'apprête à assouvir tous ces désirs. C'est moi qu'il a choisi d'inviter ce soir. Je l'ai enfin mon rencard. Mais ce n'est pas ce que j'avais imaginé, non.

Campillo de Llerena (España), 2010

Ils s'approchent. Ils ne sont que trois, mais ça me fait l'effet d'une dizaine. Je change de trottoir. Ils parlent de moi. Ils me regardent. Ils rigolent. Ils changent de trottoir à leur tour. Je regarde le sol. Je fais mon possible pour éviter leur regard.

« ¡Chupame la polla puta! »

L'un d'eux m'attrape le bras, m'interdisant d'avancer plus. Ce sont ses amis, encore une fois.

« Trouves toi un nom de star du porno, on a envoyé ta vidéo et youporn l'a adoré, poupée. »

Mateo, c'était l'amour de ma vie. Mateo, c'était mon coup de foudre d'enfance. Mateo, c'était celui que j'avais aimé de tout mon coeur, de toute mon âme. Mateo, c'était celui qui signifiait tout pour moi. Mateo, c'était celui qui ne s'était intéressé qu'à mon cul, qui m'avait dépucelée il y a de cela un an et qui s'était amusé à filmer le tout.

« Alfonso, ¡déjame en paz maricon! »

Pas question que je me laisse faire. Je lui mets une droite et je m'en vais en courant. Des larmes se frayent un chemin hors de mes yeux. Je ne suis plus en mesure de marcher seule dans la rue, dans ma ville. Je ne suis plus chez moi. Et ça fait déjà un an.

En mission en Irak, 2014.

Lorsque je suis partie, je ne me rendais pas compte que ce serait si difficile, si pénible. Je ne me rendais pas compte de ce que ça faisait, de tuer un homme. Je ne me rendais pas compte que je ne serais plus jamais la même, que je verrais les pires atrocités du monde. Et surtout, je n'avais aucune idée de ce qui m'attendait : revoir Mateo. J'ignorais complètement qu'il faisait partie de l'armée espagnol. Je l'imaginais plutôt dans le business ou la finance. En fait, j'imaginais tout, mais pas ça. L'armée américaine et l'armée espagnole, pour cette mission, devaient collaborer. Et c'est d'ailleurs pour ça qu'ils m'ont prise, parce que je parle espagnol. Ça, je l'ai appris seulement une fois sur place. Et quand j'ai vu avec qui j'allais devoir «collaborer»... Tous ces mois avec Mateo ont été horribles. Il n'a eu de cesse de me provoquer, de me lancer quelques références à ce qui s'est passé entre nous des années plus tôt. Et moi, j'avais du mal à ne pas l'égorger dans son sommeil, tant je le haïssais d'être là, d'être en vie et de respirer le même air que moi.

Il y a trois jours.

Roberto vient de tomber, mort. Ricardo est en mauvaise posture et les irakiens sont de plus en plus nombreux face à nous. Je n'ai pas la moindre idée d'où est passé Mateo. Putain. Il est peut-être mort, qui sait. Je le cherche des yeux et j'en profite pour regarder comment s'en sort mon collègue tout en esquivant quelques coups que tente de me donner un soldat irakien particulièrement robuste.
J'entends un cri, Ricardo est mort. Je suis toute seule. Je ne vais pas pouvoir m'occuper des autre types qui me foncent dessus, non, je suis finie. Au moment où je dégaine mon arme, je me retrouve soudainement par terre. Un soldat ennemi m'a donné un coup dans la jambe. Mon arme est allée glisser quelques mètres plus loin. Je suis finie. Je suis finie. Ils vont me tuer, c'est sûr.
L'un d'eux me maintient au sol sans aucune douceur et se met à califourchon sur moi. Ils rient et échangent quelques mots dans leur langue. Et là, je comprends. Ils ne vont pas me tuer, non pas tout de suite. D'abord... Ils vont s'amuser un peu.
Je me débats comme je peux, mais je sais très bien que ça ne sert à rien. Ils sont plus forts, ils sont quatre. Je suis toute seule, à leur merci.
L'un d'eux ouvre sa braguette et baisse son pantalon. Le deuxième se jette sur mon pantalon qu'il arrache rapidement, me laissant en petite culotte. « Non.. TUEZ MOI, TUEZ MOI. » Je hurle. J'ai envie de vomir. Tout, mais pas ça. Putain. Qu'ils me lâchent, qu'ils ne me touchent pas. Ils font durer le plaisir en plus. Le troisième qui était en retrait jusque là bouscule son collègue et place sa main entre mes jambes. Il a un sourire pervers que j'arrive à apercevoir, malgré que l'homme qui me maintient à terre me coupe un peu la vue. J'essaye encore de me débattre, mais sans aucun succès. Alors je crache sur l'irakien. « Karbah » (=pute) hurle-t-il avant de m'asséner quelques coups de poings en plein visage.
J'ai mal. Il m'attrape et me retourne et m'appuie le visage contre la terre, brûlante. Je sens qu'on fait glisser mon sous-vêtement. J'ai peur, putain. Je tremble. Je pleure. J'implore qu'ils me laissent, qu'ils me tuent. Et là, un coup de feu.
Je sens que je peux à nouveau bouger. D'abord, je n'ose pas. D'abord, je continue de trembler, de convulser même. D'abord, je pleure toujours et je continue de répéter : «Tuez moi, tuez moi» Puis, quelqu'un m'attrape et m'enfile ma culotte et mon pantalon. Je ne réagis pas. Je ne réagis pas jusqu'à ce que je réalise que c'est Mateo.
Je reste bien immobile quelques secondes, à le regarder dans le blancs des yeux. Son visage est neutre. Il a du sang partout. Il est venu, il m'a sauvée, il les a tous buté, tous les quatre. Mateo m'a sauvée. Mateo, mon bourreau. Celui qui a profité de moi, celui qui m'a fait passé pour une pute dans tout le village, celui qui a ruiné ma vie, qui m'a détruite. Oui, cet homme-là m'a sauvée. Non, il n'a pas le droit.
Dans un quasi-spasme, je me lève et je lui fonce dessus. «T'avais pas le droit de me sauver. T'as pas le droit. T'AS PAS LE DROIT» Mes cris se mêlent à mes larmes. Je suis choquée par tout ce qui vient d'arriver. Et je suis en colère, d'avoir été vulnérable une nouvelle fois. Je suis en colère qu'on ait pu profiter de moi, encore. Et celui qui l'avait fait la première fois vient de mettre un terme à la seconde, c'est le comble. «Pourquoi tu les as pas laissé me violer, hein ? Tu voulais peut-être me garder pour toi tout seul ? Tu voulais peut-être attendre qu'ils se soient échauffer et ensuite me finir ? C'est ça ? Hein ? » Je hurle fort, très fort. Je le pousse aussi. Je le frappe. Je déverse enfin toute cette colère qui m'habitait depuis tant d'années. «Zaé...» dit-il doucement, tout en me laissant le frapper encore et encore. « Ne prononces pas mon nom ! » Je réponds du tac au tac. « Je suis désolé. » finit-il par dire. Désolé. Il est désolé. J'ai presque envie de rire. Je ne le crois pas une seule seconde. Je le pousse. Encore plus fort, cette fois. Je le pousse et cette fois, c'est la dernière.

Aujourd'hui.

Je me souviens avoir vu et entendu une explosion. Je me souviens voir le corps de Mateo tombé au sol. Et puis, plus rien. Le noir absolu. J'avais ouvert les yeux au centre de soin de notre campement. Il n'y avait pas de signe de Mateo tout autour. Je n'avais pas posé de questions. Non, parce que moi je savais déjà. Il était mort. Je l'avais tué.
On m'avait expliqué plus tard que c'était une mine anti personnel, que j'avais de la chance de n'avoir rien de plus, que tout le monde n'avait pas cette chance. Je savais qu'ils parlaient de Mateo. Et à ce moment-là, je savais que tout était de ma faute. Je l'avais poussé en plein dessus. Oui, je l'avais tué.

Petites précisions : Mateo a perdu l'usage d'une de ses jambes dans l'explosion de la bombe et a désormais une prothèse. Il a été directement rapatrié en Espagne pour y être soigné.



we salute the rank, not the man
Zaé Alavés-Jones, aka Annasophia Robb.
Mateo est l'amour de jeunesse de Zaé, son grand amour on pourrait même dire. Genre le mec qui plaisait à toutes les filles du village et dont elle cherchait désespérément à attirer l'attention. Il a été sa première fois et c'était très important pour elle. Pour lui, c'était juste le coup facile dont il avait envie à ce moment là. En adolescent stupide, il a jugé amusant de les filmer et de tout balancer sur Internet. Il a donc pourri la vie de Zaé sans s'en rendre compte. Ils se sont retrouvés en mission des années plus tard en Irak et ont du travailler ensemble même si Zaé avait beaucoup de mal.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


BULLETPROOF
avatar
Sajiv Kapoor
निडर no fear
messages : 535
avatar : manish dayal.
âge : vingt cinq ans.
côté coeur : célibataire.
métier/études : mécanicien.

pseudo : lina.
dc : aucun.
Tirelire : 6

MessageSujet: Re: (m) felix bujo ✈ libre   Mar 15 Juil - 22:55

Bonjour, bonsoir I love you
Je rajoute ce petit post pour les aspects plus pratiques de ce petit bébé scénario bril bril les zieux Alors alors, commençons tout de suite.

NOM, PRENOM & AVATAR : pour le nom, je l'ai précisé c'est à choix mais doit être espagnol. et puis, s'il y a deux noms c'est mieux, ça respecte la tradition  green face le prénom, je tiens beaucoup à mateo donc si vous le gardez je serai genre trop hyper contente  let\'s make babies mais bon, après si c'est un autre nom espagnol cool, je m'en remettrai  lick lick mia cara la la la pour ce qui est de l'avatar, il est pas vraiment négociable parce que...
Spoiler:
 
Et puis là, on dirait Zaé, non ?
Spoiler:
 

HISTOIRE : tout ce qui n'est pas indiqué là haut est totalement libre   l'enfance, la vie de famille, etc etc, c'est à choix. il faut simplement que monsieur est vécu dans le petit village de campillo de llerena en espagne de sa naissance à au moins ses 18 ans. après il a du s'enrôler dans l'armée espagnole à un moment ou à un autre, à voir pourquoi. il ne s'attendait pas à retrouver zaé en mission, mais ça l'a plutôt amusé au début, même si tout ça a très mal fini.
pour expliquer son arrivée à redstone c'est un peu comme vous voulez. ça peut être parce qu'il doit rendre compte à l'armée américaine de ce qu'il s'est passé donc il est invité. ou encore parce qu'il veut prendre des nouvelles de zaé...

LIEN : zaé est persuadée qu'elle a tué mateo    elle l'a poussé et elle ne sait pas qu'il est vivant. elle s'en veut terriblement. donc ça va lui faire une belle surprise quand elle va le voir débarquer à redstone.
pour l'évolution on pourra voir ensemble, c'est assez ouvert. personnellement je vois bien mateo avoir évolué avec les années et avoir déjà oublié cette histoire de vidéo. il la taquinait avec ça en mission, mais pour lui c'est de l'histoire ancienne et il ne se rend pas bien compte à quel point ça la blessée. il a seulement un peu plus ouvert les yeux en la voyant péter un plomb après qu'il ait volé à son secours.

RP : je ne suis pas toujours régulière donc je ne demande pas non plus une régularité extrême, mais être capable de me répondre au minimum toutes les deux semaines serait bien. s'il y a quoi que ce soit, merci de me prévenir, mais pas de soucis, je ne mords pas     
au niveau de la longueur des rps, je m'adapte très facilement à chaque personne.   

Bon, je ne sais pas quoi ajouter, si tu as quoi que ce soit comme question, je suis lààààà   

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


BULLETPROOF
Invité
Invité

MessageSujet: Re: (m) felix bujo ✈ libre   Sam 6 Sep - 15:16

bril bril les zieux wtf let\'s make babies amen god/godess
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
avatar
Sajiv Kapoor
निडर no fear
messages : 535
avatar : manish dayal.
âge : vingt cinq ans.
côté coeur : célibataire.
métier/études : mécanicien.

pseudo : lina.
dc : aucun.
Tirelire : 6

MessageSujet: Re: (m) felix bujo ✈ libre   Sam 6 Sep - 16:08

OMG OMG OMG you should be dancin je suis trop over contente !!!!!!!!! lick lick rhaaaa omfg tu as fait ma journée làààààà amen god/godess lick lick mia cara la la la
Oh et puis Felix, omg, comme il est beau bril bril les zieux omagad

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


BULLETPROOF
Invité
Invité

MessageSujet: Re: (m) felix bujo ✈ libre   Sam 6 Sep - 16:10

Comment résister à un scénario comme ça attend omagad omagad omagad omagad

La star de l'avatar, plus le prénom, plus le lien du scénario, plus la caliente Annasophiarooooobb bril bril les zieux bril bril les zieux bril bril les zieux bril bril les zieux
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
avatar
Sajiv Kapoor
निडर no fear
messages : 535
avatar : manish dayal.
âge : vingt cinq ans.
côté coeur : célibataire.
métier/études : mécanicien.

pseudo : lina.
dc : aucun.
Tirelire : 6

MessageSujet: Re: (m) felix bujo ✈ libre   Sam 6 Sep - 16:14

Je suis contente qu'il te plaise parce que c'est pas le cas de tout le monde

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


BULLETPROOF
Invité
Invité

MessageSujet: Re: (m) felix bujo ✈ libre   Sam 6 Sep - 16:38

J'aime bien jouer les petits cons
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
avatar
Sajiv Kapoor
निडर no fear
messages : 535
avatar : manish dayal.
âge : vingt cinq ans.
côté coeur : célibataire.
métier/études : mécanicien.

pseudo : lina.
dc : aucun.
Tirelire : 6

MessageSujet: Re: (m) felix bujo ✈ libre   Sam 6 Sep - 16:39

J'te comprends, moi aussi I love you Zaé est mon exception mia cara la la la

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


BULLETPROOF
Invité
Invité

MessageSujet: Re: (m) felix bujo ✈ libre   Sam 6 Sep - 16:40

On va bien s'amuser Wink
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: (m) felix bujo ✈ libre   

Revenir en haut Aller en bas
 

(m) felix bujo ✈ libre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» (m) felix bujo ✈ libre
» Jason W. Shark ► felix bujo
» (M) FELIX BUJO - sang (im)pur, roi de coeur.
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BULLETPROOF :: ✈ as you were. :: version une. :: scenarios-