AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Santeri ⊱ To live is to suffer, to survive is to find some meaning in the suffering.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


BULLETPROOF
Invité
Invité

Santeri ⊱ To live is to suffer, to survive is to find some meaning in the suffering. Empty
MessageSujet: Santeri ⊱ To live is to suffer, to survive is to find some meaning in the suffering.   Santeri ⊱ To live is to suffer, to survive is to find some meaning in the suffering. EmptySam 21 Déc - 22:24



Santeri Mordoch

Le temps passe, mais rien ne change vraiment. Il n'y a que toi qui vieillit et désespère un peu plus.

à partir de maintenant, tu t'appelles Blanche-Neige.

NOM(S) : Mordoch PRÉNOM(S) : Santeri AGE : 20 ans LIEU DE NAISSANCE : Lahti, Finlande ORIENTATION SEXUELLE : Hétérosexuel SITUATION AMOUREUSE : Fiancé à un fantôme SITUATION FINANCIÈRE : Pas toujours facile, mais il parvient toujours à payer ses factures MÉTIER/ÉTUDES : Électricien pour une compagnie en construction résidentielle SI MILITAIRE, GRADE : Aucun GROUPE : Ignoring War AVATAR : Jeremy Irvine CRÉDITS : Tumblr et Listal


⊱ this time i'll be bulletproof
Santeri n'est pas quelqu'un de méchant à première vue, il semble même assez gentil lorsqu'on l'aborde. Il est par contre assez difficile à vivre. Il est très indépendant et il ne se gêne d'ailleurs pas pour réclamer cette indépendance. Il n'hésitera pas à vous faire savoir qu'il a besoin de sa liberté, même si pour cela il doit le dire durement. Il a ainsi tendance à repousser les autres s'ils les jugent trop près de lui. Il est surtout reconnaissable par son autodidacte. Il apprend vite et bien, mais seulement sans aide. Il adore prendre un livre et commencer à apprendre une langue ou encore comment réparer un tuyau. Il n'est pas vraiment visuel, il apprend et retient après l'avoir entendu ou lu. Le fait d'être indépendant et de ne pas avoir besoin de personne définit évidemment ça façon de se comporter. Il n'est pas le plus sociable, mais il se débrouille assez pour ne pas être sans amis et détesté. Il déteste par contre toutes les implications que l'amitié nécessite, comme par exemple de devoir rendre service à cet ami ou de devoir lui offrir un cadeau à son anniversaire. Il n'est pas doué pour cela. Il se considère comme quelqu'un ayant de la difficulté à prendre des décisions. Au cours de sa vie, la plupart des gens autour de lui on choisit pour lui, même si ça ne le rendait pas heureux (comme l'adoption, le choix de son école, etc.) Il a donc prit l'habitude de laisser les autres choisir, se réservant le droit de protester par la suite si l'autre prend une décision qui ne lui plait pas. Il est donc ardu d'entretenir une amitié avec lui, bien que ce ne soit pas impossible. Émotionnellement, il est aussi très indépendant. Il a appris à grandir sans personne pour l'aimer, alors il ne s'attend pas des autres à ce qu'ils l'aiment. Il est donc curieux de constater à quel point il accepte le détachement qu'amène sa situation amoureuse actuelle. Mais si vous lui demander s'il est satisfait avec le fait d'être fiancé à une fille qu'il ne voit jamais, il vous répondra qu'il l'est. Et il est bien difficile de déterminer s'il le pense vraiment...

⊱ i was meant to be a warrior Son prénom est la forme finnoise d'Alexander, qui est le propre prénom de son père. ✈ Il aime s'auto-proclamer "faux-finlandais", du fait que son père est un anglais mais que lui a tout d'un finlandais ✈ Il n'est pas un grand amateur de l'eau. Il aime la regarder lorsqu'elle est tranquille, loin et qu'il n'est pas dedans, mais il déteste par dessus tout nager, même dans une piscine. Si ses pieds touche au fond, il arrive à le supporter, par contre si sa tête est immergé dans l'eau, il voudra sortir immédiatement de là. ✈ Il a une grande cicatrice dans le dos, près de son omoplate droite. En fait, il est tombé d'un arbre à 7 ans. ✈ Il est gaucher ✈ Il a toujours voulu apprendre à piloter un avion ✈ Il parle couramment le finnois et l'anglais. Il connaît également très bien le suédois. ✈ Il aime manger peu de viande. Il n'est pas végétarien, seulement il est incapable d'ingurgité une grosse portion de viande rouge sans avoir le cœur qui lui lève. ✈ Il se considère athée depuis la mort de son père. ✈ Il est un as en ski de fond. Il a déjà voulu faire de la compétition, mais il ne prenait pas la chose assez au sérieux pour se lancer vraiment. ✈


dévoile-nous ta véritable identité soldat.

PSEUDO/PRÉNOM : Volodymyr FILLE OU MEC ? : Fille AGE : 20 ans FRÉQUENCE DE CONNEXION: Moins qu’avant, mais toujours au moins une fois par semaine SCENARIO OU INVENTÉ ? : Inventé COMMENT AS-TU CONNU BULLETPROOF ? : Je fais un changement de personnage (avant Jim Hampton) LE FORUM, TU L'AIMES D'AMOUR ? : Évidemment, sinon je ne serais pas resté! LE MOT DE LA FIN : Peanut

Code:
[b]Jeremy Irvine[/b] ✈ santeri mordoch


Dernière édition par Santeri Mordoch le Dim 22 Déc - 2:34, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Invité
Invité

Santeri ⊱ To live is to suffer, to survive is to find some meaning in the suffering. Empty
MessageSujet: Re: Santeri ⊱ To live is to suffer, to survive is to find some meaning in the suffering.   Santeri ⊱ To live is to suffer, to survive is to find some meaning in the suffering. EmptySam 21 Déc - 22:24




⊱ Premier souvenir – Adieu papa…
Regarder mon père à ce moment là frigorifia mon âme d’un seul coup. Le savoir sans vie avait quelque chose de terrorisant. Je craignais autant que je souhaitais qu’il ouvre les yeux sachant les miens fixer sur lui. La femme des services de l’enfance me frictionnait le dos avec sa main chaude. Pour moi, ça n’avait rien de réconfortant. On aurait dit qu’elle me griffait à chaque passage sur mes pauvres loques d’occasion. Et elle ne s’arrêtera pas tant que « les autres » ne soient trouvés. Oui, parce que le petit garçon frêle de dix ans que j’étais ne pouvait pas rester sans adulte pour l’empêcher de faire des bêtises. La femme voulait au départ que l’on me confit à ma mère. Je me souviens avoir rigolé discrètement à cette annonce. Je savais qu’elle refuserait. Deux semaines plus tard sa lettre de refus orienta la suite des démarches vers une adoption.

Il faut dire que je ne suis pas quelqu’un qu’on a désiré. Je suis le fils d’un marginal anglais, voyageur infatigable qui tomba dans les bras d’une ravissante Irlandaise un soir où il avait trop bu. Neuf mois plus tard, elle cogne à sa porte et lui tend un bébé né il y a à peine quelques heures : moi évidemment. Disons que ça l’a assez refroidit. Il se refusait à m’abandonner, même s’il doutait au début que je sois réellement la chair de sa chair. Toujours en Finlande où je fus conçu dans l’ivresse, il se résigna à trouver un appartement et un travail. Son objectif à ce moment là était de réussir à ramener à la maison un salaire pour une nounou. Il avait de la chance que la voisine a eut pitié de nous. Elle s’occupait de moi les premiers temps pour lui permettre de travailler. J’ai un vague souvenir de mon père qui m’avoue à l’époque il envisageait de me donner à cette femme. Il disait ça en riant alors je l’imitais, mais je pouvais sentir le fond de vérité dans cet aveu.

-Dès que tu étais seul avec moi, tu commençais à pleurer et tu ne t’arrêtais que le lendemain matin alors que je grimpais à l’étage pour qu’elle te donne le biberon, me disait-il.

Je me souviens m’être sentis coupable d’avoir été un bébé si ingrat. Mais mon père s’amusait de ces souvenirs pénibles. Il le faisait toujours, peu importe la situation. Il donnait l’impression que rien n’était grave et c’était tellement rassurant.

Je devais peut-être faire pareille. Rire alors que je devrais pleurer. Sécher mes larmes silencieuses et accueillir ce renouveau comme on accueille la nouvelle année. Mais je n’étais pas mon père. Et cette famille ne voulait clairement pas mon bien. Je me sentais comme en instinct de survie. Il me fallait me défendre, protester, leur désobéir. Cela créa un climat de guerre désagréable et constant entre nous. Souvent je me levai le matin avec le sentiment d’être enfin en sécurité et serein, puis j’ouvrais les yeux et réalisais où j’étais et mon visage s’assombrissait. Il me suffisait d’en voir un de leur clan (le père bureaucrate, la mère femme au foyer ou encore l’adolescent surdoué) pour que je débute l’assaut. Ils envahissaient mon espace. Je me faisais un devoir de ne rien retenir des apprentissages réalisés à leurs côtés. Toutes ces connaissances me semblaient bidons si elles ne venaient pas de la bouche de mon père. Ça ne faisait pas de moi au mauvais élève à l’école. Je ne faisais tout simplement confiance qu’à moi-même, juste à moi. Après tout, j’étais seul au monde ici. Je ne me sentais à ma place que dans les forêts enneigées ou dans les plaines au sud de la ville, loin d’eux.

Une fois par année, à Noël en général, je recevais une carte de ma mère biologique. Je prenais le temps de les lire et de soupirer en admirant les lettres soignées qui forme mon nom à l’intérieur lorsque mon père vivait toujours. Je lui répondais, pour faire plaisir à mon père. Ça me rendait fier même parce qu’il me souriait si doucement quand je lui remettais la lettre complétée pour qu’il la poste. Mais depuis que la mort me l’a prit, je me contente d’empiler les cartes dans mon tiroir. Les enveloppes restent scellées. Je ne réponds plus à ma mère. Je sais de par mon père que ma mère à une fille de quelques années plus âgé que moi. Anna je crois. Je me demande si ma mère agit de la même façon avec elle. Je souhaite intérieurement que non. Ma haine à moi est suffisante pour deux. En même temps, je sais bien que si je m’étais retrouvé avec cette femme qui ne connaît rien de moi, j’aurais été aussi malheureux qu’avec « les autres ». Il n’y a qu’avec mon père que je me sente réellement bien. Seulement, il est mort.




⊱ Deuxième souvenir – Ilona
Elle est magnifique. Avec ses longs cheveux blonds de la même couleur que le soleil et son sourire divin. Elle ne possède pas un défaut, j’en suis certain. Je l’ai rencontré alors que je venais d’avoir 16 ans. Je me suis sentis après un regard en sa direction complètement attirer par son magnétisme. Je ne semblais pas être le seul à qui elle faisait cet effet. Plusieurs autres gars lui tournaient autour. J’aimais m’assoir et la regarder les envoyer promener avec une aisance et une habileté presque effrayante. Je savais pertinemment que si je l’approchais comme ils le faisaient tous, je me ferais balayer d’un revers de la main comme n’importe quel d’être eux. Non, il me fallait l’approcher autrement. Mais comment? Je passai des mois et des mois à y réfléchir, sans jamais cesser de la regarder gérer ses prétendants.

Un jour alors que je travaillais à la bibliothèque, je me rendis compte qu’elle était assise à la même table que moi et qu’elle me regardait de loin. Lorsqu’elle se rendit compte que je l’avais démasqué, elle baissa rapidement la tête. J’étais dérouté qu’elle sache que j’existe. Je ne lui avais jamais manifesté de signes de vie, pas même un mot avant ce jour. Comme à mon tour je ne pouvais détourner le regard, elle se leva et vint s’assoir juste en face de moi :

-Tu es un vrai mystère pour moi, m’avait-elle dit avec ce sourire sublime.

Après un long moment je me suis défigé et je lui ai répondu tout bonnement :

-Comment ça?

-Et bien, je vois chacun de tes regards, mais tu n’es jamais venu me parler. Pourquoi?

Je choisis l’honnêteté même si j’avais l’impression de me planter devant elle :

-Je cherche la bonne façon de t’aborder…

-Je crois que tu l’as trouvé sans le savoir.

Elle me sourit à nouveau et ça me coupa le souffle.

-Parle-moi un peu de toi, Santeri.

De nouveau mon souffle fut coupé. Elle connaît mon nom! Et elle semble vraiment intéressée par ma futur réponse. Me sentant vraiment déboussolé, je lui bredouillai une réplique :

-Il n’y a rien de passionnant à dire.

Elle éclata de rire et porta ses mains à sa bouche en réalisant que nous étions toujours dans une bibliothèque. Elle me prit donc par la main :

-Nous allons bien trouver, je suis sur que tu es beaucoup plus intéressant que tu ne le penses.

Ce jour là, nous avons tellement parlé et rit. Et je me souviens de chaque mot. C’est ce jour là que j’ai appris qu’Ilona aimait voyager et qu’elle voulait consacrer sa vie à la découverte du monde et des cultures. Elle est si intelligente, ça se voit dans ses yeux et dans ses répliques. C’est aussi à la fin de cette conversation que j’appris que nous étions en couple. Cette notion était nouvelle pour moi et je ne savais pas si je devais faire quelque chose en conséquence. Je me souviens qu’Ilona m’avait dit de « laisser les choses suivre leur cours ». Je lui ai donc fait confiance et j’ai laissé cette relation se développer librement.

Deux ans plus tard, je mis un genou à terre et je lui demandai de m’épouser. Elle accepta. Mais elle voulait voyager et je le savais. Elle ne pouvait plus se restreindre à la Finlande, elle voulait beaucoup plus que ça. C’est ainsi qu’après avoir emménagé ensemble, elle a fait ses bagages et est partie pour sa première destination.

Je crois que ce qui m’attire sincèrement chez elle c’est cette ressemblance de comportement avec mon père. La façon qu’elle a choisit de vivre et de se comporter… ça me rappelle tellement comment il était. Elle est drôle, comme lui. Elle ne voit que le positif chez les gens, comme je l’admirais chez lui. Être avec Ilona me rappelle sa présence et me fait apprécier la vie. Ça me rappelle aussi à quel point il me manque et que j’ai toujours besoin de lui.




⊱ Troisième souvenir – Je suis désolé…
J’ai ce souvenir très puissant de cet hiver d’il y a deux ans. Il faisait un froid épouvantable. On avait l’impression qu’il transperçait nos os jusqu’à la moelle. Les bourrasques de vents étaient ce qu’il y avait de pire. Elles brûlaient littéralement les joues. En ce jour de tempête qui devait être le pire de l’année, j’avais décidé de me rendre en ville et il fallait pour cela que je conduise sur une longue route isolée durant une demi-heure pour atteindre les chemins déneigés de la banlieue. Étant vraiment motivé (ou cinglé) ce jour là, j’ai plongé avec ma voiture au cœur de la tempête. Après un vingt minutes pénibles à tenter de garder la voiture sur la route, la visibilité devint nulle. Je ne pu voir qu’en retard cet obstacle sur le bord de la route. J’eu le réflexe de faire dévier le volant et je me retrouvai dans un tas de neige à ma gauche.

Je n’étais pas blessé et ma voiture ne semblait pas brisée, mais seulement coincé dans la neige. Par contre, les coussins gonflables se sont déployés et ma tête a eut le temps de se fracasser contre le volant avant qu’ils ne s’ouvrent. Confus, je réussis à sortir de ma voiture et un coup d’œil à mon portable confirma mes craintes : il n’y a pas de réseau. Je regarde autour de moi tout en luttant du mieux possible contre le vent et la neige qui font équipe pour pénétrer dans mes yeux. Un tour d’horizon m’amène à remarquer qu’une autre voiture est dans la même situation que moi. Ça devait être ça l’obstacle que j’ai vue à la dernière seconde. J’eus peur d’avoir causé cet accident, mais ça ne pouvait pas être moi puisque la voiture au loin était tellement recouverte par la neige, elle devait être échouée depuis plusieurs heures déjà. Je me précipitai vers la voiture. J’avais beau chercher autour et à l’intérieur, je ne voyais personne. La portière du conducteur avait clairement été défoncée, le pare-brise était en miettes et il y avait des traces de sang sur le siège. Je commençais sérieusement à paniquer. J’ai crié ma présence, mais aucune réponse. Je me mis alors à écouter. Derrière le vacarme du vent, il y avait cette petite plainte épuisée. Je me mis à la recherche de la source de ce bruit. C’est là que je l’a vit, presque entièrement ensevelit de neige, capable de ne remuer que sa petite main sans mitaine. Elle ne devait pas être plus vieille que moi, plus jeune à mon avis. Et la voir ainsi démunie et blessée, ça me fit le même effet que de voir le cadavre de mon père à ses funérailles.

Je m’agenouillai à ses côtés et mon premier réflexe fut de la prendre dans mes bras. Elle grelottait tellement, ça me brisa le cœur. Je la déneigeai au possible avec mes mains et la soulevai vers sa voiture, utilisant l’épave pour bloquer le vent infernal. Je ne savais pas quoi faire outre la garder près de mon corps pour tenter de la réchauffer. Elle avait une blessure profonde à l’épaule et au front. C’est ça qui m’inquiétait plus que le froid. Je n’étais pas médecin, je ne pouvais pas lui apporter de soins. J’espérais seulement qu’un véhicule passe et nous voit.

Je me mis à lui parler. Elle avait peine à me répondre sans claquer des dents, mais elle me regardait droit dans les yeux et me répondais. Je ne voulais qu’entendre le son de sa voix, même si mes questions étaient stupides et sans suite logique. Je sentais qu’elle avait le même souci d’entretenir la conversation que moi. Je n’aurais peut-être pas du lui demandé, mais je lui demandai son nom. Elle me répondit Alex.

J’ignore durant combien de temps nous avons parlé, mais elle a tenu le coup jusqu’à ce qu’effectivement une voiture ralentisse en voyant l’accident. Il s’agissait d’un homme dans la cinquantaine et il nous fit grimper à bord sans la moindre hésitation. Durant les quinze minutes qui nous séparaient de l’hôpital, je ne pensais qu’à une chose : Alex devait survivre. Je la gardai bien contre moi et lorsque l’hôpital était en vue, elle ne grelottait plus. On me l’enleva ensuite des bras à l’urgence et je suis resté à attendre sans dire un mot jusqu’à ce que l’on vienne m’apprendre qu’elle était morte. Je ne pouvais pas y croire. Elle respirait toujours dans mes bras il y a à peine une heure, elle ne pouvait pas être…

L’infirmière me conduit à un psychiatre qui me regarda pleurer durant dix minutes avant de m’écouter lui raconter que j’attirais la mort et que mon père et maintenant elle mourrait près de moi. Je ne me souviens pas de ses conseils, j’étais trop dans les brumes émotionnelles. Cela me prit un bon mois pour me remettre de cet événement. Un ami me conseilla de ne pas prendre le volant pour un moment, mais ce n’est pas quelque chose que me faisait peur. J’étais seulement en colère contre moi d’avoir été si impuissant. J’aurais tellement aimé l’aider plus et la sauver.

Je suis désolé Alex…




⊱ Quatrième souvenir – Nouveau départ
Il y a quelques mois, j’ai reçu une lettre assez étrange de mon cousin James. Il m’invitait à venir passer un moment chez lui lorsqu’il serait de retour de sa mission. Il est soldat dans l’armée américaine et surtout, il est le dernier membre de la famille de mon père que je connaisse vraiment et qui soit toujours en vie. Récemment, je me suis décidé à lui répondre. N’ayant pas de réponse, je me suis dis qu’il devait être occupé, après tout, il devait être de retour à sa base le matin même. Je préparai l’expédition malgré tout, laissant un mot dans mon appartement pour qu’Ilona ne s’inquiète pas si elle revient en mon absence et ce n’est qu’une fois dans l’avion que l’idée qu’il puisse lui être arrivé quelque chose me traverse l’esprit. Nerveux, je me présentai à la base de Redstone en Alabama et c’est là qu’on m’apprit sa mort. Je ne le connaissais que par lettres, mais je pris assez mal cette perte. J’en avais marre que tout le monde meurt autour de moi à vrai dire. On me donna la clé de son appartement à Huntsville, parce qu’il en avait apparemment un. Il était presque vide. Ayant raté de peu l’enterrement, je ne pu lui dire adieu que dans un cimetière. J’avais l’habitude de ces endroits, alors j’y flânai un après-midi complet. Après, je pris la décision de rester un peu dans le coin. Je n’avais jamais été nulle part ailleurs qu’en Finlande et l’Amérique me rendait tellement curieux. La culture, les gens, la nourriture, tout y est si différent de chez moi. Je comprends mieux ce qu’Ilona aime du monde à présent. Je dû fouiller dans ma mémoire un long moment pour ressortir mon anglais. Encore un souvenir de mon père et c’est assez agréable je dois l’avouer de recommencer à parler la langue avec laquelle il me racontait des histoires étant petit. Avec ma famille d’accueil et ma fiancée je ne parlais qu’exclusivement finnois. Je n’eus pas de mal à me décrocher un boulot comme électricien dans une entreprise de construction résidentiel et je prends la vie de façon tellement plus agréable maintenant que je suis loin de tout les malheurs de mon enfance.

Je crois que je vais rester un moment ici…




Dernière édition par Santeri Mordoch le Dim 22 Déc - 2:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Invité
Invité

Santeri ⊱ To live is to suffer, to survive is to find some meaning in the suffering. Empty
MessageSujet: Re: Santeri ⊱ To live is to suffer, to survive is to find some meaning in the suffering.   Santeri ⊱ To live is to suffer, to survive is to find some meaning in the suffering. EmptySam 21 Déc - 22:34

re-bienvenue  I love you 
très bon choix d'avatar  Santeri ⊱ To live is to suffer, to survive is to find some meaning in the suffering. 2145037518 
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Octavia C-F Leicester
Octavia C-F Leicester
messages : 349
avatar : Abigail Breslin
pseudo : Alinoé
dc : Cillian R. Hartwood
Tirelire : -3

Santeri ⊱ To live is to suffer, to survive is to find some meaning in the suffering. Empty
MessageSujet: Re: Santeri ⊱ To live is to suffer, to survive is to find some meaning in the suffering.   Santeri ⊱ To live is to suffer, to survive is to find some meaning in the suffering. EmptySam 21 Déc - 22:36

T'vois, je vais aussi te re-souhaiter, half bro'

_________________
    not the only one
    I hope we start seeing forever instead of what we can gain in a day. I hope we start seeing each other 'cause don't we all bleed the same ? △ I really hope someone can hear me that a child doesn't bear the weight of a gun. Hope I find the voice within me to scream at the top of my lungs. I just hope I'm not the only one. Yeah I just hope I'm not the only one. ©️endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


BULLETPROOF
Invité
Invité

Santeri ⊱ To live is to suffer, to survive is to find some meaning in the suffering. Empty
MessageSujet: Re: Santeri ⊱ To live is to suffer, to survive is to find some meaning in the suffering.   Santeri ⊱ To live is to suffer, to survive is to find some meaning in the suffering. EmptySam 21 Déc - 22:37

Merci vous deux  lick lick 
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Invité
Invité

Santeri ⊱ To live is to suffer, to survive is to find some meaning in the suffering. Empty
MessageSujet: Re: Santeri ⊱ To live is to suffer, to survive is to find some meaning in the suffering.   Santeri ⊱ To live is to suffer, to survive is to find some meaning in the suffering. EmptySam 21 Déc - 22:49

re-bienvenue  Santeri ⊱ To live is to suffer, to survive is to find some meaning in the suffering. 2145037518 bril bril les zieux je connais pas ce Jeremy, mais il a l'air charmant  I love you What a Face 
bon courage pour ta fiche (pseudo qui rocks btw !  rhaaaa omfg omagad )
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Invité
Invité

Santeri ⊱ To live is to suffer, to survive is to find some meaning in the suffering. Empty
MessageSujet: Re: Santeri ⊱ To live is to suffer, to survive is to find some meaning in the suffering.   Santeri ⊱ To live is to suffer, to survive is to find some meaning in the suffering. EmptySam 21 Déc - 23:18

Rebienvenuuuuue
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Invité
Invité

Santeri ⊱ To live is to suffer, to survive is to find some meaning in the suffering. Empty
MessageSujet: Re: Santeri ⊱ To live is to suffer, to survive is to find some meaning in the suffering.   Santeri ⊱ To live is to suffer, to survive is to find some meaning in the suffering. EmptySam 21 Déc - 23:27

Merci les filles  Santeri ⊱ To live is to suffer, to survive is to find some meaning in the suffering. 1839924927 
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
A. Gillian Blossom
A. Gillian Blossom
messages : 902
avatar : michelle williams
âge : 28 ans
côté coeur : done with this sh*t (c'est trop compliqué les garçons)
quartier de résidence : harvest (n°4)
métier/études : psychologue suppléante à Redstone (qui est revenue à Huntsville après une rupture mais qui comptait repartir et finalement... attendez c'était quoi la question ?)
Santeri ⊱ To live is to suffer, to survive is to find some meaning in the suffering. Tumblr_nhs3gtsM4T1qe0fxmo1_400
Tirelire : 1

Santeri ⊱ To live is to suffer, to survive is to find some meaning in the suffering. Empty
MessageSujet: Re: Santeri ⊱ To live is to suffer, to survive is to find some meaning in the suffering.   Santeri ⊱ To live is to suffer, to survive is to find some meaning in the suffering. EmptyDim 22 Déc - 13:03

J'adore le prénom que tu as choisi & Jeremy est trop chou  mia cara la la la 
Re-Bienvenue  I love you 

_________________
how beautiful
Let the atmosphere surround me ✻ And every city was a gift and every skyline was like a kiss upon the lips and I was making you a wish. And every skyline.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loveinterruptions.tumblr.com


BULLETPROOF
Cedric H. Dartmore
Cedric H. Dartmore
messages : 306
avatar : Tom Hiddleston
âge : 37 ans
côté coeur : Marié à son boulot.
quartier de résidence : Un appartement dans le quartier Harvest, pour pouvoir travailler au calme.
métier/études : Reporter de guerre
Santeri ⊱ To live is to suffer, to survive is to find some meaning in the suffering. Large

« Le silence devient un péché lorsqu'il prend la place qui revient à la protestation ; et, d'un homme, il fait alors un lâche. »
- Abraham Lincoln

pseudo : Marie
Tirelire : 6

Santeri ⊱ To live is to suffer, to survive is to find some meaning in the suffering. Empty
MessageSujet: Re: Santeri ⊱ To live is to suffer, to survive is to find some meaning in the suffering.   Santeri ⊱ To live is to suffer, to survive is to find some meaning in the suffering. EmptyDim 22 Déc - 13:08

War Horse  omagad 

Bienvenue par ici et bonne fichounette ! ^^

_________________
Santeri ⊱ To live is to suffer, to survive is to find some meaning in the suffering. Tumblr_n63b4p6XqZ1rz0ey2o1_250 Santeri ⊱ To live is to suffer, to survive is to find some meaning in the suffering. Tumblr_n63b4p6XqZ1rz0ey2o3_250
les mots sont tes armes
Time is a valuable thing. Watch it fly by as the pendulum swings, watch it count down
to the end of the day. The clocks ticks life away. It's so unreal. Didn't look out below.
Watch the time go right out the window, trying to hold on. ❧ Linkin Park, In the End
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ested.forumactif.org/


BULLETPROOF
Invité
Invité

Santeri ⊱ To live is to suffer, to survive is to find some meaning in the suffering. Empty
MessageSujet: Re: Santeri ⊱ To live is to suffer, to survive is to find some meaning in the suffering.   Santeri ⊱ To live is to suffer, to survive is to find some meaning in the suffering. EmptyDim 22 Déc - 13:22

le pseudo plus la célébrité.  mia cara la la la 
(re)bienvenue. I love you
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Bulletproof
Bulletproof
the king
messages : 3955
avatar : army.
quartier de résidence : everywhere.
métier/études : maître de cérémonie.
Tirelire : 17

Santeri ⊱ To live is to suffer, to survive is to find some meaning in the suffering. Empty
MessageSujet: Re: Santeri ⊱ To live is to suffer, to survive is to find some meaning in the suffering.   Santeri ⊱ To live is to suffer, to survive is to find some meaning in the suffering. EmptyDim 22 Déc - 14:28

de retour, ouiii wtf
je suis très contente, re bienvenue à toi jim/santeri I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bulletproof.forumactif.org


BULLETPROOF
Invité
Invité

Santeri ⊱ To live is to suffer, to survive is to find some meaning in the suffering. Empty
MessageSujet: Re: Santeri ⊱ To live is to suffer, to survive is to find some meaning in the suffering.   Santeri ⊱ To live is to suffer, to survive is to find some meaning in the suffering. EmptyDim 22 Déc - 15:23

Merci à tous  I love you I love you I love you 
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Bulletproof
Bulletproof
the king
messages : 3955
avatar : army.
quartier de résidence : everywhere.
métier/études : maître de cérémonie.
Tirelire : 17

Santeri ⊱ To live is to suffer, to survive is to find some meaning in the suffering. Empty
MessageSujet: Re: Santeri ⊱ To live is to suffer, to survive is to find some meaning in the suffering.   Santeri ⊱ To live is to suffer, to survive is to find some meaning in the suffering. EmptyLun 23 Déc - 15:01

jolie histoire, j'ai hâte de rencontrer cette ilona et surtout, de voir la confrontation avec anna rhaaaa omfg

re bienvenue ici I love you


Bienvenue et félicitations soldat, tu viens tout juste d'être accepté sur BULLETPROOF. Pour t'aider à t'intégrer au mieux parmi nous, voici quelques points et conseils qui te guideront et t'aideront à faire ton petit bout de chemin :

✈️ Pour un profil plus attractif, veille à remplir tous les champs de celui-ci. Comme ça, les autres membres en sauront davantage sur ton personnage. N'hésite surtout pas à te faire également une jolie signature. Si tu as besoin d'aide, n'oublie pas que le staff est à ton entière disposition. Enfin, sache que tu peux faire une demande de rang afin d'embellir encore plus ton profil.

✈️ Il est désormais temps de t'occuper un peu de ton personnage et, pour se faire, il est important que tu ailles faire une demande de logement pour ne pas qu'il dorme à la rue et, une demande de métier pour qu'il puisse payer son chez-lui et ses factures.

✈️ Maintenant que ton personnage est à l'abri du froid et, qu'il peut payer ses crédits, il lui faut pleins de liens pour pas qu'il finisse seul et dépressif. Alors, file vite poster ta fiche de lien ICI et ta demande de rps LA. N'hésite pas non plus à créer tes propres personnages grâces aux scénarios. Enfin, il est important de s’intéresser aux scénarios actifs qui sont un bon moyen de se trouver pleins de liens tout en facilitant l'intégration de nouveaux membres.

✈️ Et voilà, ton personnage est maintenant plutôt bien intégré. Mais, il reste une étape importante: Le hors-jeu. Ne t'en fais pas, on ne mord ici. Fais toi plaisir en envahissant LE FLOOD ou n'hésite pas à aller te présenter aux autres. Pour terminer, les jeux sont également un bon moyen de s'intégrer.

Voilà soldat, tu connais maintenant les secrets de l'armée pour bien s'intégrer. Si tu as le moindre soucis, les soldates du staff sont là pour toi. Et n'oublie pas, le plus important est de s'amuser !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bulletproof.forumactif.org


BULLETPROOF
Amelia-R. Westerfield
Amelia-R. Westerfield
messages : 4343
avatar : jenna-louise coleman.
âge : 23 yo.
côté coeur : l'autre enfoiré d'ethan dans la tête, tout récemment maman.
quartier de résidence : actuellement, l'hôpital civile de huntsville ; officiellement, quartier madison.
métier/études : attachée de presse à la mairie.
Santeri ⊱ To live is to suffer, to survive is to find some meaning in the suffering. Tumblr_neftcss90n1r9k8cuo1_1280

    and how odd it is, to be haunted by someone that is still alive. ❞


pseudo : sil.
dc : lua stern.
Tirelire : -193

Santeri ⊱ To live is to suffer, to survive is to find some meaning in the suffering. Empty
MessageSujet: Re: Santeri ⊱ To live is to suffer, to survive is to find some meaning in the suffering.   Santeri ⊱ To live is to suffer, to survive is to find some meaning in the suffering. EmptyJeu 26 Déc - 19:34

rebienvenue parmi nous, un peu en retard I love you I love you

_________________
don't call it a fight when you know it's a war
we'll run for our lives ✻  i'll sing it one last time for you then we really have to go, you've been the only thing that's right in all i've done. and i can barely look at you, but every single time i do, i know we'll make it anywhere away from here.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


BULLETPROOF
Contenu sponsorisé

Santeri ⊱ To live is to suffer, to survive is to find some meaning in the suffering. Empty
MessageSujet: Re: Santeri ⊱ To live is to suffer, to survive is to find some meaning in the suffering.   Santeri ⊱ To live is to suffer, to survive is to find some meaning in the suffering. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Santeri ⊱ To live is to suffer, to survive is to find some meaning in the suffering.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Santeri ⊱ To live is to suffer, to survive is to find some meaning in the suffering.
» Live Fast, Die Young and Make a Beautiful Corpse - Anastasia Vanderbilt ❀
» Antoine de Petiteville « There's a season for the Kings to live, we watch it »
» WWE LIVE - Vendredi 15 novembre au Dôme, à Marseille
» [Date A Live] Présentation

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BULLETPROOF :: ✈ as you were. :: version une. :: fiches de presentation + liens-