AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Partagez
 

 bare your skin & count your sins. (eaclain)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


BULLETPROOF
Invité
Invité

bare your skin & count your sins. (eaclain) Empty
MessageSujet: bare your skin & count your sins. (eaclain)   bare your skin & count your sins. (eaclain) EmptyMer 2 Oct - 17:48



eaclain mcnamara

La guerre, c'est une chose trop grave pour la confier à des militaires. (Clémenceau)

à partir de maintenant, tu t'appelles Blanche-Neige.

NOMS : né Nikolaïevitch Kasparov, adopté McNamara. PRÉNOMS : né Aleksandre, adopté Eaclain Thomas Angus. AGE : vingt-six ans. LIEU DE NAISSANCE : sarajevo, yougoslavie (bosnie-herzégovine). ORIENTATION SEXUELLE : hétérosexuelle. SITUATION AMOUREUSE : célibataire, spécialisé dans l'instabilité sentimentale, adepte des aventures d'un soir, réfractaire à toute forme d'engagement. SITUATION FINANCIÈRE : excellente, la fortune familiale est répertoriée dans les cinquante plus importantes au monde selon le Time Magazine. MÉTIER/ÉTUDES : véritable machine de guerre dans le secteur de l'armement, homme d'affaire reconnu mais pas encore respecté, ou l'inverse, ou aucun des deux. GROUPE : helping war. AVATAR : mariano di vaio. CRÉDITS : tumblr.


⊱ this time i'll be a bulletproof
✈️ Vantard, froid, hautain, coureur de jupons enfin de string (faut bien vivre avec son temps), désinvolte. C'est la première impression que peut donner Eaclain à n'importe quelle personne qui le voit arriver dans une pièce, dès qu'il ouvre la bouche. Il se fiche de tout et de tout le monde, rien ne l'intéresse à part son petit nombril et ses cravates ou nœuds papillons. En plus, il est dans l'industrie de l'armement. Quel boucher ce type, il fournit les armes de la déchéance humaine. Faux, il vous dira qu'il permet aux gens de se protéger, et que les armes ne s'utilisent qu'en dernier recours, mais que comme nos recours sont limités, les affaires fonctionnent plutôt bien. Il va dans la provocation, se disant qu'au moins ainsi, personne ne viendra lui chercher des noises. Car, même s'il est dans le nerf de la guerre, il déteste la violence et garde en tête et surtout sur son corps les marques d'une guerre, celle de Sarajevo. Une fois cette façade décourageante dépassée, c'est une personne plus humble, philanthrope et hypersensible qui est découverte. Aider son prochain est une seconde nature, il ne distribue pas de pistolets à la sortie des écoles mais des bonbons et des ordinateurs aux plus démunis. Il veut offrir le meilleur sort possible à ceux qui sont laissés pour compte dans le système actuel, c'est un idéaliste déchu, complètement pessimiste pour lui mais optimiste pour les autres. Mâture ? Il a été obligé de l'être assez vite, se lassant très vite des soirées de gosses de riches. Ben rouler en plein Las Vegas avec un voilier en remorque, c'est bien une fois dans sa vie mais sans plus quoi. L'irlandais d'adoption s'est donc plongé dans une valeur sûre : le travail, c'est une vraie bête au point qu'il ne compte plus ses heures et en oublie même sa vie sociale. Enfin, pas au point d'en oublier ses "besoins naturels", car il a une faiblesse : les femmes. Il ne peut pas s'en empêcher, c'est plus fort que lui, même si ce n'est que pour une seule soirée. L'engagement ? Il ignore son sens au niveau sentimental, pour lui, ce ne sont que des conneries, comme l'amour aussi. Ah l'amour... Non, on ne va pas s'épancher sur le sujet, il n'en vaut pas la peine, peut-être parce qu'il en cause trop. Sentimental en plus, décidément, il a pas fini d'en chier.

⊱ i was meant to be a warrior son seul souvenir de la Bosnie et de son ancienne vie prend la forme d'une cicatrice béante sur le flanc gauche de son torse ✈️ petit, on lui diagnostique un TDAH, c'est-à-dire d'un trouble du déficit de l'attention avec hyperactivité, ce qui le pousse à être à la fois un élève brillant mais adepte de la procrastination et de l'autocritique sévère, voulant toujours réussir et ne jamais échouer ✈️ lorsqu'il se met à penser, il écrit tout sur son téléphone, tout ce qui lui passe par la tête et réfléchit dessus pendant des heures (il faut bien occuper les heures de vols) ✈️ boire et fumer font parties de son quotidien, il ne s'en passe plus et refuse catégoriquement de reconnaître une quelconque dépendance à ces produits ✈️ il est diplômé du MIT en génie électrique, ce qui lui sert beaucoup dans l'innovation de l'entreprise familiale en matière d'armement ✈️ lors de son premier amour, il a décidé de se tatouer "περαμορε", qui signifie par amour sur le poignet et lors d'un accident de surf, opposant un bébé requin à lui, il s'est fait tatouer sharked et un requin sur la cuisse, là où il a été mordu  ✈️ il a fait la Une de GQ en tant que nouvel homme de demain grâce à son idée d'investir dans de meilleurs équipements pour sauver plus de vies (il n'y a point de démagogie) ✈️ depuis qu'il est à la tête de l'entreprise Taranis -Dieu Céleste celte-, il a doublé ses revenus et l'investit dans diverses oeuvres de charité, notamment pour les anciens soldats et les familles de militaires ✈️ avant de prendre ses responsabilités, pendant quatre ans, il a erré dans le monde entier à la recherche de ses origines et a décidé de parrainer l'orphelinat où il a été lorsqu'il était enfant ✈️ ces aspects-là, il préfère les cacher, montrant volontiers sa façade de gosse de riche pourri gâté, froid, distant et sans attache.


dévoile-nous ta véritable identité soldat.

PSEUDO/PRÉNOM : CITIZENGIJOE. FILLE OU MEC ? : j'suis un king et pas une you should be dancin . AGE : dix-neuf ans. FRÉQUENCE DE CONNEXION: 3/7. SCENARIO OU INVENTÉ ? : inventé. COMMENT AS-TU CONNU BULLETPROOF ? : bazzart omagad . LE FORUM, TU L'AIMES D'AMOUR ? : non je l'aime d'adoration, il est top, les membres sont très accueillants et puis le contexte déménage la bombe de Nagasaki à Hiroshima bril bril les zieux  LE MOT DE LA FIN : je suis vraiment désolé d'avoir mis autant de temps, merci à Amelia pour sa patience et sa toperie (oui, ça existe) free hugs everyone! .

Code:
[b]mariano di vaio[/b] ✈️ eaclain mcnamara


Dernière édition par Eaclain McNamara le Dim 13 Oct - 16:19, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Invité
Invité

bare your skin & count your sins. (eaclain) Empty
MessageSujet: Re: bare your skin & count your sins. (eaclain)   bare your skin & count your sins. (eaclain) EmptyMer 2 Oct - 17:48




⊱ this is my riffle, this is my gun. this is for fight, this is for fun…
chapitre un
avril 1987 – sarajevo, yougoslavie (actuelle bosnie-herzégovine) ;

Cette date, c'est la mienne. Aussi celle de quelqu'un d'autre, mais j'aime croire à l'idée que ce jour est unique, comme tous les autres, sauf que celui-ci m'appartient. Je suis né dans un des hôpitaux de Sarajevo, la capitale de la Bosnie-Herzégovine, en l'ex-Yougoslavie, Bloc de l'Est, là où y'avait l'ours Staline. Il faisait plutôt beau ce-jour là et chaud, ce temps ne concordait pas vraiment avec la région, ni même la période, ni même avec les événements à venir. La naissance, aux prémisses d'une guerre, cela n'est jamais forcément adéquat. Mais c'est ici le principe d'une période trouble, la vie continue, même s'il s'agit plus d'une survie que d'une vraie vie à part entière. Des gens naissent, et beaucoup meurent. Malgré les conditions difficiles de l'accouchement, tout se passa bien. Nous étions trois, nous étions bien. Ma mère était la femme la plus heureuse de toutes les femmes quant à mon père, le vrai, était heureux même s'il allait devoir tripler ses heures pour pouvoir subvenir à nos besoins rudimentaires et élémentaires.

Mes parents ? Elle était d'origine française, et lui, lui, un bosniaque d'origine russe. Ils se sont rencontrés dans une bourgade près de Sarajevo. Il, Nikolaï Kasparov, était un simple minier et quant à la jeune femme, Amélie Flandrin, elle travaillait en tant qu'avocate. Si l'on se réfère aux préjugés, cette différence de classe aurait très bien pu les séparer, et d'ailleurs, ils n'auraient même jamais du se rencontrer. Eh bien non, l'un revenait d'une dure journée de labeur et l'autre, s'était perdue en chemin et était suivie par des hommes, peu fréquentables. Mon père, ce héros, vint à son secours et à partir de cet instant, tout s'enchaîna. Un seul mot pour résumer et qualifier leur relation, la passion. Ils s'aimaient, tout le temps, tous les jours, à chaque seconde que Dieu faisait. Un beau tableau, visiblement "embellit" par son attente d'un enfant. Tous deux revenus en enfance par leur naïveté, ils décidèrent de se faire la surprise. Fille ? Garçon ? Les deux ? Les moyens de l'époque, et surtout dans ce que l'on appelait le "bloc de l'Est" ne permettait pas une telle avancée technologique. Autant prendre ceci comme un jeu, et se faire des idées, s'imaginer une autre vie, si c'était un fils, il sera fort et grand. Si c'était une fille, elle sera belle et aimante. Dans tous les cas, ils seraient heureux : c'était un don du ciel. Alexeï, Dimitri, Piotr...Le choix était difficile et, finalement, il fut restrinct à quatre; Ivan, Vassiliy, Aleksandre et Illarion. Le dernier, ils y avaient pensé, à cause ou grâce, au prénom de mon grand-père, mais la tradition de la famille voulait que le fils porte le prénom de son père et que la fille, le prénom de sa mère. Ills choisirent Aleksandre, Sasha pour les intimes, cela faisait plus..."royal" et puis Nikolaï Kasparov était un grand fan de l'histoire russe. En effet, c'était le prénom de l'avant-dernier Tsar de Russie, qui fut assassiné. J'espère ne pas avoir le même destin... Voilà comment j'ai obtenu mon nom. Je naquis Aleksandre Nikolaïevitch Kasparov, à Sarajevo, où le couple venait d'emmenénager il y a peu de temps dans une petite maison rudimentaire mais coquette et remplie d'amour. Mais voilà, cela, j'aurais été incapable de vous le dire, sans recherches approfondies et un long voyage. Ce n'est qu'un vague souvenir.


chapitre deux
juillet 1993  - sarajevo, bosnie-herzégovine ;

La guerre avait commencé il y a maintenant à un peu plus d'un an. C'était le jour le plus intense en bombardements. La ville était en cendres. Ma mère se demandait si un jour, cela allait bien finir. D'ailleurs, elle songea plusieurs fois à quitter la ville et ce pays désormais déchiré par le sang et les larmes. Mais mon père, éternel indécis, remettait toujours son avis à plus tard. Et, à force, ce fut trop tard, les Serbes contrôlaient toutes les sorties, avec un embargo des plus drastiques. Nous nous devions de sortir, ils ne voulaient pas que je grandisse ainsi. Ils voulaient le meilleur pour leur enfant. La maison, fragile, dans laquelle nous étions ne nous garantissait aucune sécurité. Soudain, la sirène d'alerte à une attaque aérienne retentit. Direction l'abris, où tout notre quartier soit une vingtaine de personnes, s'y était déjà empressées. Mon père courait le plus vite, ma mère me tenait la main, ce qui la ralentissait. L'air y était difficilement respirable, nous crachions tous les deux nos poumons, pendant que mon père, lui, tentait de nous dégager la voie. Je ne me souviens que d'un bruit sourd. Un obus qui éclata à quelques mètres de nous probablement. Je m'en souviens comme si c'était hier. Bien que dans ma tête, cette scène eut d'abord été fantasmée, avant de me rendre compte que je l'avais bien vécue. Je l'entends. J'entends des cris, des bruits sourds et puis sa voix, la sienne, qui s'envole dans les airs, qui hurle mon prénom avant de le taire à jamais. Une douleur indicible m'envahi et puis, je ne sens plus rien. Je tombe. La seule chose que je percevais, c'était ce froid. J'ai froid, ce froid tellement mauvais qu'il vous glace et vous marque à vie. Cette sensation, je ne l'ai jamais retrouvée et encore moins oubliée. Alors que mes oreilles allaient exploser, je n'entendis plus rien, je ne voyais rien. Tout était flou, froid et silencieux. Était-ce la fin ? Vous vous doutez bien que non puisque j'en parle mais il y aurait de quoi s'y perdre. La vue revient pour m'offrir le pire des spectacles, son corps inanimé, étalé sur le sol. Je vois une ombre se jeter sur elle, tenter de la garder avec nous, parmi nous. Mais c'est trop tard. La guerre l'a emportée. Il se jette sur moi et me voit respirer, difficilement. Je sens ses mains glisser, j'échappe un cri inaudible dans tout ce fracas. Il m’emmène dans ce fameux abris. Par chance, un médecin est là. C'est notre médecin de quartier, bien que nous ne l'avions jamais vu. Avec les moyens du bord, il tente quelque chose. « Comment s'appelle t-il ? » -« Aleksandre.» -« Quel âge a t-il ? » -«Six ans, monsieur.» -« Sasha, il va falloir être très courageux, t'es un p'tit homme fort toi, accroches-toi.» Il me met un bout de bois dans la bouche, mon père me serre la main bien fort. Une pression telle que je ne pouvais pas partir, dans aucun des deux termes. Et je crie. Je crie comme je n'ai jamais crié. Je vois le bout métallique qu'il y avait en moi avant de perdre connaissance. Trois jours plus tard, j'ouvre lentement les yeux. Je me réveille, tout est blanc. Enfin, presque blanc. Il y a beaucoup de monde. Mon père n'est pas là, il a plein d'autres enfants autour de moi. Tous blessés, dans un sale état. J'essaye de bouger, de me relever un peu mais une immense douleur me prend sur le côté gauche. Je veux voir ce que j'ai, je veux voir mon père, je veux savoir ce qu'il se passe. J'en ai besoin. Et personne ne dit rien. C'est à croire que nous sommes tous des corps sans âmes, ils ne sont bons qu'à marcher, à faire leur travail, et à errer. Ils errent. Un homme, âgé vient à mon chevet, c'est mon tour. « Qui es-tu ?» -« Aleksandre, Aleksandre Kasparov» -« Quel âge ?» Je compte sur mes doigts avant de répondre. «Six ans.» -« Tu viens d'où ?» -«De ma maison.» -« Mettez-le quelque part, l'orphelinat ne va pas tarder à faire son choix.» L'orphelinat ? Qu'est-ce qu'un orphelinat ? Et je ne suis pas du bétail. Je ne suis pas un mouton, ni une vache, ni même rien du tout. A côté de moi, un garçon plus âgé que moi me dit que je ne devrais pas le quitter, que désormais, nous allions être une famille. Mais j'ai déjà une famille ! J'ai mon père et, et ma mère, et ma mère... Elle est partie. Mais j'ai toujours mon père, non ? Je ne comprends rien, je commence à m'agiter, je sens quelque chose couler et puis : le noir.


chapitre trois
décembre 1995 –  orphelinat, bosnie-herzégovine ;

« Sasha, regarde il neige dehors !» -« Il fait froid.» -« Aller viens, regarde, on va s'amuser dans les arbres !» -« Ca glisse. C'est juste de l'eau tu sais. » -« Bon, quand t'auras fini de faire ton rabat-joie, ramène ta fraise.» -« Pazite, Snajper ! » Il se retourne et s'en va en courant. Je rigole, j'ignore ce que signifie vraiment cette phrase. Elle parle de faire attention à des tireurs isolés. Mais je comprends tout de même qu'elle a un sens fort. Noël était passé, il neigeait. Je n'aimais pas la neige. Je n'y trouve aucune forme d'amusement ou même d'excitation quelconque. C'est juste de l'eau, glacée. Chaque flocon me rappelle la pluie de tirs, et le froid qu'il entraîne. Et j'en ai peur. Je reste appuyé sur le rebord de ma fenêtre et je les regarde. Ils sont heureux, ils vivent même si, au fond, tous souffrent. Peut-être que je devrais en faire autant... Mais je n'y arrive pas, je n'y arrive plus. Cela remonte pourtant à deux ans, mais tant que je n'aurais pas quitté ce pays, jamais je ne pourrais avancer. La guerre est finie, c'est l'aube d'un nouveau siècle mais je n'y prête aucune attention. Ce qu'il me faut pour avancer, c'est partir. J'étais jeune mais je savais déjà ce que je voulais. Je n'avais pas des rêves pleins la tête, mais bien qu'un seul : partir. Tomislav, mon frère, n'était pas d'avis avec moi. Il faut dire que, depuis l'hôpital où nous nous étions rencontrés, partir et être séparés, c'était inconcevable. Quelqu'un frappe à la porte, cela me sort de mes pensées. « Pourquoi n'es-tu pas dehors, avec tes petits camarades ?» -« Il fait froid, madame.» -« Quel enfant poli, va prendre l'air un peu, les parents ne vont pas tarder, c'est peut-être ta dernière journée ici ! » Je me retourne, remets mes manches correctement et fais une tête boudeuse puis, un sourire se dessine sur mes lèvres. Elle me tire la langue et je ris. « Oui, madame. Je vais jouer dehors... Mais je suis un homme, je ne suis pas un enfant ! » Elle lève les yeux au ciel et me pousse vers la sortie en ricanant. J'essaye de la freiner, mais en vain. J'aimais bien m'amuser avec Sarà, c'était un mélange de maman, et d'une sœur mais le protocole était clair, il fallait appeler les dames, madame et les messieurs, monsieur. Je suis sur le pas de la porte, j'observe. Puis, je reçois une boule de neige sur le visage. C'est Tomislav. Je lui fais un regard meurtrier avant de ramasser de la neige et de lui courir après. Je m'amusais bien. « Tu m'attraperas jamais Sasha, t'es trop lent ! » -« Et toi, t'es trop grand ! » Il regarde devant lui et se prend la branche de plein fouet. Il tombe, et je me mets à rire en lui jetant de la neige. Je le recouvre et il m'entraîne sur lui, en me chatouillant. Je me débats, mais rien à faire, il a plus de force que moi. « Les garçons ! » Tomislav et moi nous retournons, c'est la madame Moustache. Ne cherchez pas à savoir, elle a toujours été appelée ainsi, tellement que même le directeur ne se souvient plus de son vrai prénom. Il faut dire que son surnom est assez explicite et plus que bien attribué quoique... Peut-être que madame la barbe ou barbe noir pouvait tout aussi correspondre.« Les parents sont là, arrangez-vous un peu, bande d'idiots sans cervelle ! » Un regard complice et nous explosons de rire. Si une personne devait s'arranger, c'était bien elle. Une fois à l'intérieur, on nous met en ligne, je ne quitte pas mon grand frère. Des parents, parlant une langue étrangère nous regarde. Tomislav me souffle, qu'on est presque au marché. Je ne peux m'empêcher de sourire. Une femme, au visage doux s'approche de moi. Elle me parle, mais je ne comprends pas. Un homme la rejoint, cela doit être son mari. Je les regarde, d'une manière innocente et curieuse. Et, je détourne mon regard vers Tomislav, d'un air interrogateur. Mais lui, il sait ce qu'il va se passer. Il sait beaucoup de choses et moi, presque rien. Je lis dans ce regard comme un déchirement. Une main me pince la joue, je tourne ma tête. C'est l'homme. Ils m'emmènent et j'essaye d'attraper la manche de mon frère. Il se fait, à son tour, emmener et me laisse. J'ai les larmes qui me montent aux yeux mais je ne pleure pas car je suis un homme.

chapitre quatre
janvier 1996 – océan atlantique, espace aérien ;

« Alors, souviens toi. Comment tu t'appelles ? » -« Eac.. Eaclain McNanamara. Euh McNamara» -« En entier s'il te plait mon ange...» -« Eaclain Thomas Angus McNamarrra, madame.» -« Non, moi c'est maman.» Et elle me prit dans ses bras. Durant ces quelques jours, ils m'avaient appris les rudiments de la langue ainsi que ma nouvelle identité. J'avais du mal, mais je m'impliquais. Un fort accent bosnien en ressortait toujours, c'était à la limite du compréhensible. C'était la première fois que je prenais l'avion, et que je quittais, ainsi, Sarajevo. Je regardais à travers le hublot, des nuages et un ciel, tellement bleu. Je n'en avais jamais vu de semblable. Le ciel que j'avais vu, était soit gris, soit légèrement bleu, soit noir ou bien alors en feu. Ce ciel, d'une pureté sans égard me laissait admiratif. J'étais avec mes parents adoptifs. L'homme, qui était désormais mon père, s'appellait Henry McNamara, troisième du nom, des industries d'armement Taranis. Un riche patron qui avait su mettre à profit son héritage en investissant dans l'équipement militaire de qualité et relativement de bon marché, tout en investissant dans du matériel médical de pointe. Ainsi, il avait de quoi garantir près deux générations de prospérité à sa famille. Autant dire presque plusieurs vies. Ma nouvelle maman, qui était douce et délicate, s'appelait Kaitleen. Son visage, presque de porcelaine pouvait laisser penser que c'était un ange. Le voyage, commençait à se faire long. Ils ne voulaient pas me poser de questions et, quant à moi, je ne pouvais pas. Pourquoi ? A cause de la barrière de la langue et aussi de ma timidité. Cela allait se faire petit à petit. Je fis un sourire et Kaitleen me posa une couverture. Je me sentais bien, en sécurité dans ses bras. Mes yeux se fermaient doucement, j'étais bien, j'étais aimé. Je finis par m'endormir paisiblement, en souriant. Tout cela allait être derrière moi désormais. Six heures plus tard, je me réveillai. Kaitleen n'était plus là, et j'étais épuisé. Je me levais, et je vis que nous étions à terre. Enfin, j'y étais. Je pensais à Tomislav, espérant que tout allait bien pour lui car, l'oublier, cela n'était pas possible. Une heure plus tard, leurs valises et mon sac posés à terre, je fus accueillis chez eux. « Voilà, c'est chez toi. » Henry m'ouvrit la porte et un petit comité d'accueil était présent. « Oh qu'il est mignoooon ! Comment il s'appelle, comment il s'appelle ? » Je regardais Kaitleen, elle acquiesça de la tête, en guise de réponse, d'encouragement. « Sash.. Eaclain McNamara, madame.» -« Et tu as quel âge Eaclain ? » -« J'ai huit ans.» Mon fort accent bosnien ne facilitait pas la compréhension mais je voyais Henry et Kaitleen à mes côtés, à me soutenir et aussi à faire les gestes. Je fronçai les sourcils et croisai les bras. Ils se mirent à rire, et je ne tardai pas à en faire de même.

chapitre cinq

décembre 2007 – ville, pays ;

« Bonjour, merci de nous avoir choisi pour votre réveil, espérons que ce Theory of a deadman vous a permis de bien démarrer la journée ! » -« Oh ta gueule... » Je lançais ce fichu radio-réveil contre le mur, qui ne fit qu'une bouchée de ce dernier avant de me tourner dans l'autre sens. C'était le premier jour des vacances, et je comptais bien me réconcilier avec mon lit et mon oreiller, toute la journée. Le MIT était passionnant, j'adorais ce que je faisais mais le premier jour des vacances, c'était comment dire.. sacré. Je me réservais ce jour pour.. ne rien faire ou du moins ce qui me plaisait vraiment, dormir jusqu'à pas d'heure, mettre en forme des idées sur papier pour le moment. Les yeux ouverts, mon cerveau bouillonnait déjà. Je soupire puis les referme les yeux, tentant veinement de calmer mon cerveau tout en sachant pertinemment que ce serait même pire encore et que j'aurais un mal de crâne énorme. Se réveiller, se rendormir, cela me donnait des migraines, c'était sa façon de me punir pour vouloir le censurer quelques minutes. Je m'endors à nouveau, faisant le vide. Du moins j'essaie. Quelqu'un frappe à la porte, je me mets à râler, à bafouiller des mots bosniens pour finalement me taire et laisser la personne entrer dans mon antre. Ma mère, qui passe sa main fraîche sur mon dos presque brûlant. Je me retourne vers elle, en lui souriant. « Bonjour, oh un ange. » Elle rit, de ce même rire mélodieux -« Quel charmeur, allez mon chéri, ton père t'attend au bureau pour mettre un peu d'ordre dans ses affaires. DEBOUT ! » -« Crie pas.. Je me lève, laisse moi encore cinq minutes, c'est les vacances.. » -« Tu as trente secondes, top chrono.» Elle part en rabattant légèrement la porte. Le pire, c'est qu'elle ne plaisantait pas, j'avais trente secondes pour sortir du lit. Sinon, je savais ce qu'elle allait faire. Ouverture des fenêtres, enlèvement de la couette et résultat, je finis congelé. En été, cela n'était pas du tout dérangeant mais en hiver... Cela me rappelait les Noëls passés en Irlande, dans notre domaine familial. « CLAIN ! plus que dix secondes, dépêche toi ! » -« Roh.. » Je me baladais en short, d'un pas nonchalant et j'entendais ma mère râler. Cela m'amusait, j'aimais bien l'embêter un peu. A peine le temps de m’asseoir que mon portable vibrait. C'était mon père. « Je t'attends depuis vingt minutes. Le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt. » Il me raccrocha au nez. J'avalais en un éclair mon jus de fruits frais puis direction la salle de bains. Je m'habillais, me lavais. Je devais avoir l'air plus que présentable, ne serait-ce que pour représenter ma famille. Je leur devais beaucoup et ceci n'était rien. J'avais toujours tout fait pour être irréprochable sur le plan physique, je parle. Bon, il faut avouer que je les respecte énormément, et ce sont bien les seuls. Voilà pourquoi est-ce qu'ils sont étonnés de voir comment je me comporte avec mes amis, ou même les inconnus. Ils ne faisaient pas partie de mon monde, je ne voyais pas l'intérêt de les laisser y rentrer pour me le détruire. Je mis une chemise claire, une cravate rouge et une sorte de costume foncé, noir. J'avais l'air d'un homme d'affaire, ma mère ne cessait pas de me le répéter. Soudain, quelqu'un sonna à la porte. J'espérais que cela n'était pas Henry, ou sinon j'allais avoir droit à une serieuse...engueulade ? J'ouvre la porte, un facteur. Ma mère arrive et le regarde. « Bonjour, j'ai une lettre pour Eaclain McNamara, en recommandée. Une signature s'il vous plait. » -« Merci cher monsieur. » Je signe et le regarde avant de détourner mon regard vers ma mère.-« C'est fou ce que vous vous ressemblez, telle mère, tel fils ! » Un sourire se dessina sur nos lèvres, elle me donna la lettre puis remercia l'homme. La lettre venait du MIT. Kaitleen vit bien que quelque chose me perturbait. « Qu'est-ce-qu'il y a mon chéri ? » Je reviens à moi un instant en faisant un sourire, ce sourire que l'on fait pour dire que tout va bien lorsque, au fond de soi, on était ailleurs au plus profond de nos interrogations. Oui, ce sourire là. -« Oh rien, je vais être en retard. A ce soir m'man. » Un baiser sur sa joue et me voilà parti pour le centre ville, direction le bureau de mon paternel adoptif. J'avais toujours cette mystérieuse lettre, que je n'osais ouvrir. Travailler allait me permettre de me changer les idées. Au bout d'environ vingt minutes en voiture, je fus devant l'immeuble Taranis. « Bonjour Helen, toujours aussi belle. Le boss est toujours dans son bureau ? » -« Bien sûr, il vous attend Mr McNamara. » -« Appelez-moi Eaclain, s'il vous plait. » Un clin d'oeil et me voilà dans les escaliers, à monter toutes les marches, jusqu'au cinquième. A partir de là, pas le choix, je me devais de prendre l'ascenseur. Heureusement, il était vide. Jusqu'au onzième étage, je n'avais cessé de regarder cette lettre, sans pour autant l'ouvrir et, lorsque mon doigt commençait à déchirer l'enveloppe, la sonnerie se fit entendre, les portes s'ouvrirent. Je la range au plus vite et fais un sourire désinvolte. « Bonjour père, comment allez-vous ? Désolé de mon retard. » -« Arrête de batifoler un peu Eaclain et viens ici, j'ai un problème, tu as donc du travail. » -« Ouep p'pa, je vais t'aider, ne t'en fais pas. J'suis superman. » Je me mis à rire en travaillant, sous le regard dépité de mon paternel.

« Bon, inutile de te mentir plus longtemps. Nos chiffres sont en baisse. Il n'y a rien d'alarmant mais je voudrais combler cette baisse par l'innovation. C'est pour ça que tu es officiellement engagé dans l'entreprise. Et puis félicitations mon fils ! » -« Quoi ?! Mais, le MIT.. Je suis presque à la fin et je veux pas avoir de passe-droit. Attends.. Félicitations de ? » Je sortis la lettre de ma poche et vis que c'était une lettre en bonne et due forme de fin de cursus. -« L'entreprise ne peut pas se passer d'un ingénieur diplômé avec six mois d'avance et ce n'est pas un passe-droit, tu fais honneur à notre nom et je sais que l'entreprise sera entre de bonnes mains quand je t'en laisserais les rênes.» Je le dévisageais, pourquoi parlait-il ainsi ? -« Papa quelque chose va pas ? T'as pas l'air bien..  » Je ne le quittais pas des yeux, scrutant ses moindres gestes. -« Ta mère n'est pas au courant. Je suis en phase quatre. Les derniers voyages d'affaires étaient des cures, je ne peux plus, je suis à bout de force Eaclain. » Je ne dis rien, je vois cet homme, probablement le plus fort qui soit, s'écrouler et mourir lentement. Le pire, c'est qu'il n'y a rien à faire. Je ne comprenais même pas comment est-ce qu'il avait pu cacher cela à sa famille, à sa femme ou même à son fils. Je ne lui en voulais pas, après tout, c'était sa façon de nous protéger et de se protéger lui-même. -« Papa.. Je, on va t'aider, maman et moi et on va trouver les meilleurs spécialistes d'accord ? On va t'aider.. » -« Mon grand, ne perds jamais ton temps avec ce qui ne peut être changé. » -« Rien n'est figé. » C'était ce que j'avais appris, tout pouvait être changé. Il ne fallait pas être fataliste à ce point, je refusais de m'y résigner. Non, ce n'était pas possible. Les mois qui suivirent furent les plus difficiles. Je voyais mon père quitter peu à peu son enveloppe corporelle. Cette.. chose, ce n'était pas lui, son regard était vide, ses gestes hasardeux et ses paroles.. Il n'y avait plus aucune parole, juste le silence. Son était s'était aggravé d'un coup, nous avions beau être préparé, lorsque la réalité fait face, il n'y a jamais de préparation suffisante. Nous ne serions plus jamais les mêmes et nous devrions vivre avec l'idée et le sentiment qu'il nous manquera et que retrouver sa présence nous sera impossible dans ce monde. J'essuyais une larme sur ma joue d'un coup sec et bref, je ne voulais pas qu'on me voit ainsi : faible et fragile, sans défense. « J'ai besoin de te parler, tu me manques ♥ ». Je le rangeai alors dans ma poche, avant de le jeter dans l'Hudson.

chapitre six
septembre 2011  – kaboul, afghanistan ;
« Chez Taranis Industries, nous nous efforçons de protéger nos soldats et leur vie. Depuis quelques temps maintenant, nous avons innové dans la production de nouveaux gilets pare-balles, plus efficace et plus adapté au terrain affron.. » Je me tenais en arrière sur la chaise, pensant à l'avenir de cette entreprise. « Non, ça ne va pas. On est pas Wal-Mart qui propose un nouveau dentifrice. On vend des équipements pour protéger des vies. Je sais que mon père a favorisé l'armement et nous continuons cette branche mais l'équipement, c'est un innovation majeure. » Un des hommes m'interrompt, prenant un air pédant. « Gamin, retourne avec des ingénieurs et laisse les grands parler. Ok l'apport électrique et nucléaire, c'était un joli coup mais.. de l'équipement à 300 000 dollars pièce ? Tu rêves. » Je serrais la mâchoire ainsi que mes poings. « Mon père avait bâti une dynastie. Je suis entrain de construire un empire. Nos rendements ont augmenté de cinquante pour-cent en un trimestre. Vous n'avez pas eu l'idée, assumez ou partez.  » Je ne le quittais pas du regard, je ne voulais pas faire dans l'armement seul, non. La guerre avait beau être un business sans fond et sans fin, je voulais y apporter quelque chose de plus "sain". La guerre ne concernait pas seulement les soldats, mais des fils, des pères, des mères, des filles. C'était à la fois l'affaire de certains mais aussi de tous. Peu de gens savent ce que peuvent faire les affres de la guerre, ou du moins en prennent la vraie mesure. Qu'est-ce qu'un fils à papa y connait ? Pendant quatre ans, j'ai essayé d'en savoir plus. Plus sur mon histoire, j'avais besoin d'être dans une bulle après le décès de mon père. Je l'ai faite à Sarajevo, dans des archives, avant de faire une sorte de tour du monde. Égoïste ? Sur le coup, probablement, j'avais laissé ma mère seule faire son deuil, nous l'avions fait tous les deux de notre côté, quitte à se retrouver de temps à autres à Paris ou à Dublin. J'avais tout plaqué pour tout retrouver au final. Mais j'avais surtout acquis ce qui me manquait : la paix. Un comble.

chapitre sept
août 2013 - huntsville, états-unis ;

Je marche dans la rue, les mains dans la poche, cigarette en bouche, d'un pas lent mais assuré. Cette soirée de gala ne s'est pas si mal passée. Les gens de l'Alabama ne sont pas aussi.. réfractaires. On m'avait dressé un drôle de portrait de cet état et il fallait dire que l'Histoire ne jouait pas en leur faveur. Il fallait croire que dans certains milieux, l'Histoire était différente. Il y a bien deux versions en général, celle des vainqueurs et des vaincus, ceux qui imposent et ceux qui subissent. L'intégration n'allait pas être facile, mais cela ne me faisait pas peur. A vrai dire, je n'avais peur de rien, ce n'était que temporaire, juste le temps d'ouvrir l'usine et de s'assurer qu'elle soit à flot. C'était la première que j'ouvrais aux États-Unis depuis que j'étais à la tête de l'entreprise, il n'y avait qu'à espérer que tout se passe pour le mieux. Je sortis mon téléphone et commençais à noter quelques idées qui me passaient par la tête, lorsque je me pris les pieds dans un jouet en forme de camion d'un petit. Il était un mille morceau. Le gamin se précipita et ne tarda pas à pleurer comme une madeleine. Soudainement, une êtite chose, à gauche de mon torse, se pinça, avant de commencer à se serrer. Je passais ma main derrière ma nuque, écrasant ma cigarette au plus vite. « Je suis désolé petit.. Où est ta maman ? » J'entendis le bruit de talons, des pas pressés et un coup de sac dans le dos. « Aïe. » Alors qu'elle s'apprêtait à m'en donner un deuxième, je fis un pas en arrière, chose que je ne faisais jamais. « Écartes-toi ! Pervers ! Non mais quelle honte ! » J'eus la bouche bée, de quoi cette hystérique parlait-elle ? « Je pense qu'il s'agit d'une erreur.. J'ai malencontreusement marché sur son camion, je fin.. » La femme prit la main de l'enfant alors que je ramassais les miettes des restes du petit camion. Finalement, oui, les gens sont assez étranges ici. Je pense avoir parlé trop vite et avoir sous-estimé la charge de travail qui m'attendait ici.





Dernière édition par Eaclain McNamara le Dim 13 Oct - 16:05, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Amelia-R. Westerfield
Amelia-R. Westerfield
messages : 4343
avatar : jenna-louise coleman.
âge : 23 yo.
côté coeur : l'autre enfoiré d'ethan dans la tête, tout récemment maman.
quartier de résidence : actuellement, l'hôpital civile de huntsville ; officiellement, quartier madison.
métier/études : attachée de presse à la mairie.
bare your skin & count your sins. (eaclain) Tumblr_neftcss90n1r9k8cuo1_1280

    and how odd it is, to be haunted by someone that is still alive. ❞


pseudo : sil.
dc : lua stern.
Tirelire : -193

bare your skin & count your sins. (eaclain) Empty
MessageSujet: Re: bare your skin & count your sins. (eaclain)   bare your skin & count your sins. (eaclain) EmptyMer 2 Oct - 17:53

un irlandais avec mariano, oh gosh omagad let\'s make babies wtf 
et puis ton titre, argh rhaaaa omfg

bienvenue beau garçon, et bonne chance pour ta fiche! bril bril les zieux I love you

_________________
don't call it a fight when you know it's a war
we'll run for our lives ✻  i'll sing it one last time for you then we really have to go, you've been the only thing that's right in all i've done. and i can barely look at you, but every single time i do, i know we'll make it anywhere away from here.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


BULLETPROOF
Invité
Invité

bare your skin & count your sins. (eaclain) Empty
MessageSujet: Re: bare your skin & count your sins. (eaclain)   bare your skin & count your sins. (eaclain) EmptyMer 2 Oct - 18:02

Ton avatar bare your skin & count your sins. (eaclain) 2104563482 

Merci beaucoup pour ton accueil ! Je viendrais te réclamer un lien niark niark niark 
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Invité
Invité

bare your skin & count your sins. (eaclain) Empty
MessageSujet: Re: bare your skin & count your sins. (eaclain)   bare your skin & count your sins. (eaclain) EmptyMer 2 Oct - 19:02

McNamara, je trouve ça classe, ça sonne bien, c'est superbe quoi niark niark niark Puis MARIANO QUOI. je ferais bien la groupie ... mais on va évité, tu vois l'genre quand même : choix d'avatar parfait ! Bienvenue par là, ton nouveau chez toi, le plus bel endroit rpgique du monde tout ça tout ça ! bril bril les zieux I love you
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Cedric H. Dartmore
Cedric H. Dartmore
messages : 306
avatar : Tom Hiddleston
âge : 37 ans
côté coeur : Marié à son boulot.
quartier de résidence : Un appartement dans le quartier Harvest, pour pouvoir travailler au calme.
métier/études : Reporter de guerre
bare your skin & count your sins. (eaclain) Large

« Le silence devient un péché lorsqu'il prend la place qui revient à la protestation ; et, d'un homme, il fait alors un lâche. »
- Abraham Lincoln

pseudo : Marie
Tirelire : 6

bare your skin & count your sins. (eaclain) Empty
MessageSujet: Re: bare your skin & count your sins. (eaclain)   bare your skin & count your sins. (eaclain) EmptyMer 2 Oct - 19:31

Bienvenue parmi nous, et bon courage pour ta fiche bare your skin & count your sins. (eaclain) 2329303516 

_________________
bare your skin & count your sins. (eaclain) Tumblr_n63b4p6XqZ1rz0ey2o1_250 bare your skin & count your sins. (eaclain) Tumblr_n63b4p6XqZ1rz0ey2o3_250
les mots sont tes armes
Time is a valuable thing. Watch it fly by as the pendulum swings, watch it count down
to the end of the day. The clocks ticks life away. It's so unreal. Didn't look out below.
Watch the time go right out the window, trying to hold on. ❧ Linkin Park, In the End
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ested.forumactif.org/


BULLETPROOF
Invité
Invité

bare your skin & count your sins. (eaclain) Empty
MessageSujet: Re: bare your skin & count your sins. (eaclain)   bare your skin & count your sins. (eaclain) EmptyMer 2 Oct - 19:47

bienvenue sur bp I love you 
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Invité
Invité

bare your skin & count your sins. (eaclain) Empty
MessageSujet: Re: bare your skin & count your sins. (eaclain)   bare your skin & count your sins. (eaclain) EmptyMer 2 Oct - 20:30

Bonnie + wow tout ça pour moi ? niark niark niark merci beaucoup très jolie brune !

Merci vous deux, y'a du beau monde !omagad 
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Invité
Invité

bare your skin & count your sins. (eaclain) Empty
MessageSujet: Re: bare your skin & count your sins. (eaclain)   bare your skin & count your sins. (eaclain) EmptyMer 2 Oct - 20:52

Bienvenue parmi nous ! bare your skin & count your sins. (eaclain) 2145037518
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Matthew Channing
Matthew Channing
✈ I will follow you into the dark.
messages : 3119
avatar : Tom Hardy
âge : 36 ans
côté coeur : Père célibataire
métier/études : flic
bare your skin & count your sins. (eaclain) Tumblr_nk4mgfhDDC1qmqinzo4_250
I won't give up on us
Even if the skies get rough


bare your skin & count your sins. (eaclain) Tumblr_lxrjha7thf1r9kgnfo1_500
pseudo : NYN
dc : Addison
Tirelire : 46

bare your skin & count your sins. (eaclain) Empty
MessageSujet: Re: bare your skin & count your sins. (eaclain)   bare your skin & count your sins. (eaclain) EmptyMer 2 Oct - 21:19

Bienvenue bril bril les zieux 

_________________

I HATE YOU. DON'T LEAVE ME.
©️.mad love

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


BULLETPROOF
Invité
Invité

bare your skin & count your sins. (eaclain) Empty
MessageSujet: Re: bare your skin & count your sins. (eaclain)   bare your skin & count your sins. (eaclain) EmptyMer 2 Oct - 22:17

Merci beaucoup vous deux I love you 
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Invité
Invité

bare your skin & count your sins. (eaclain) Empty
MessageSujet: Re: bare your skin & count your sins. (eaclain)   bare your skin & count your sins. (eaclain) EmptyJeu 3 Oct - 10:58

Bienvenue sur BP :-)
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Annaël J. Archer
Annaël J. Archer
messages : 670
avatar : Ian Somerhalder
âge : 34 ans
côté coeur : il l'aime depuis des années, c'est pas près de changer, envers et contre tout et il est enfin avec elle ! Cassie ♥
quartier de résidence : la base Redstone, aile est mais possède un pied à terre dans le quartier Providence
métier/études : pilote de chasse & capitaine
bare your skin & count your sins. (eaclain) 162328tumblrn77qmjJitV1qb8godo3250

Mais d’où vient le feu qui s'empare
De mon âme a moitié ivre.
Soudain court un simple regard
Je veux vivre au bord du vide.
Je veux vivre au bord du vide.

Pour tomber dans ses yeux, tomber
M’abandonner au désir qui s’embrase.
Danser dans ses yeux, danser
Je veux tanguer aux accents de l’extase.

pseudo : Larme d'Etoile
dc : pas de troubles mentaux pour le moment
Tirelire : 86

bare your skin & count your sins. (eaclain) Empty
MessageSujet: Re: bare your skin & count your sins. (eaclain)   bare your skin & count your sins. (eaclain) EmptyJeu 3 Oct - 11:42

Bienvenue sur BP bare your skin & count your sins. (eaclain) 2145037518 
J'adore déjà ton personnage, personnalité complexe, hâte de lire la suite héhéhéhéhé 

_________________
❝Je fais de toi mon essentiel❞
Tu sais mon amour, tu sais les mots sous mes silences, ce qu'ils avouent, couvrent et découvrent. J'ai à t'offrir des croyances pour conjurer l'absence, j'ai l'avenir gravé dans ta main, j'ai l'avenir tracé comme tu l'écris. Tiens, rien ne nous emmène plus loin qu'un geste qui revient. Je fais de toi mon essentiel, tu me fais naître parmi les hommes. Je fais de toi mon essentiel, celle que j'aimerais plus que personne. ♡ ARCHERSON
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


BULLETPROOF
Invité
Invité

bare your skin & count your sins. (eaclain) Empty
MessageSujet: Re: bare your skin & count your sins. (eaclain)   bare your skin & count your sins. (eaclain) EmptyJeu 3 Oct - 13:56

Mariaaaaano, comme il est beau let\'s make babies lick lick rhaaaa omfg pervert look dance Je l'adore ce mec I love you Bienvenue sur le forum bare your skin & count your sins. (eaclain) 2145037518
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Invité
Invité

bare your skin & count your sins. (eaclain) Empty
MessageSujet: Re: bare your skin & count your sins. (eaclain)   bare your skin & count your sins. (eaclain) EmptyJeu 3 Oct - 20:28

Bienvenue ♥
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Invité
Invité

bare your skin & count your sins. (eaclain) Empty
MessageSujet: Re: bare your skin & count your sins. (eaclain)   bare your skin & count your sins. (eaclain) EmptyMar 8 Oct - 18:34

GRAOUUUUUUUUU bienvenue sexy guy bare your skin & count your sins. (eaclain) 2145037518 
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Invité
Invité

bare your skin & count your sins. (eaclain) Empty
MessageSujet: Re: bare your skin & count your sins. (eaclain)   bare your skin & count your sins. (eaclain) EmptyMar 8 Oct - 18:57

Merci à vous tous pour votre super accueil ! bare your skin & count your sins. (eaclain) 2145037518 
Est-ce que je pourrais avoir un délai siouplait ? Avec les cours et tout, j'ai un peu négligé ma fiche et j'en suis désolé bare your skin & count your sins. (eaclain) 4053738750 
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Amelia-R. Westerfield
Amelia-R. Westerfield
messages : 4343
avatar : jenna-louise coleman.
âge : 23 yo.
côté coeur : l'autre enfoiré d'ethan dans la tête, tout récemment maman.
quartier de résidence : actuellement, l'hôpital civile de huntsville ; officiellement, quartier madison.
métier/études : attachée de presse à la mairie.
bare your skin & count your sins. (eaclain) Tumblr_neftcss90n1r9k8cuo1_1280

    and how odd it is, to be haunted by someone that is still alive. ❞


pseudo : sil.
dc : lua stern.
Tirelire : -193

bare your skin & count your sins. (eaclain) Empty
MessageSujet: Re: bare your skin & count your sins. (eaclain)   bare your skin & count your sins. (eaclain) EmptyMar 8 Oct - 21:30

bien sûr mon beau I love you ça te va si je te laisse jusqu'à dimanche pour l'instant? et puis, si tu as besoin d'encore de temps, fais-moi signe bril bril les zieux

_________________
don't call it a fight when you know it's a war
we'll run for our lives ✻  i'll sing it one last time for you then we really have to go, you've been the only thing that's right in all i've done. and i can barely look at you, but every single time i do, i know we'll make it anywhere away from here.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


BULLETPROOF
Invité
Invité

bare your skin & count your sins. (eaclain) Empty
MessageSujet: Re: bare your skin & count your sins. (eaclain)   bare your skin & count your sins. (eaclain) EmptyMar 8 Oct - 21:34

C'est parfait ! Merci beaucoup jolie brune free hugs everyone! 
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Amelia-R. Westerfield
Amelia-R. Westerfield
messages : 4343
avatar : jenna-louise coleman.
âge : 23 yo.
côté coeur : l'autre enfoiré d'ethan dans la tête, tout récemment maman.
quartier de résidence : actuellement, l'hôpital civile de huntsville ; officiellement, quartier madison.
métier/études : attachée de presse à la mairie.
bare your skin & count your sins. (eaclain) Tumblr_neftcss90n1r9k8cuo1_1280

    and how odd it is, to be haunted by someone that is still alive. ❞


pseudo : sil.
dc : lua stern.
Tirelire : -193

bare your skin & count your sins. (eaclain) Empty
MessageSujet: Re: bare your skin & count your sins. (eaclain)   bare your skin & count your sins. (eaclain) EmptyDim 13 Oct - 11:31

bare your skin & count your sins. (eaclain) 2145037518 

_________________
don't call it a fight when you know it's a war
we'll run for our lives ✻  i'll sing it one last time for you then we really have to go, you've been the only thing that's right in all i've done. and i can barely look at you, but every single time i do, i know we'll make it anywhere away from here.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


BULLETPROOF
Invité
Invité

bare your skin & count your sins. (eaclain) Empty
MessageSujet: Re: bare your skin & count your sins. (eaclain)   bare your skin & count your sins. (eaclain) EmptyDim 13 Oct - 15:44

J'ai genre presque fini ! Je me dépêche hide 
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Amelia-R. Westerfield
Amelia-R. Westerfield
messages : 4343
avatar : jenna-louise coleman.
âge : 23 yo.
côté coeur : l'autre enfoiré d'ethan dans la tête, tout récemment maman.
quartier de résidence : actuellement, l'hôpital civile de huntsville ; officiellement, quartier madison.
métier/études : attachée de presse à la mairie.
bare your skin & count your sins. (eaclain) Tumblr_neftcss90n1r9k8cuo1_1280

    and how odd it is, to be haunted by someone that is still alive. ❞


pseudo : sil.
dc : lua stern.
Tirelire : -193

bare your skin & count your sins. (eaclain) Empty
MessageSujet: Re: bare your skin & count your sins. (eaclain)   bare your skin & count your sins. (eaclain) EmptyDim 13 Oct - 16:17

d'accord bril bril les zieux I love you 

_________________
don't call it a fight when you know it's a war
we'll run for our lives ✻  i'll sing it one last time for you then we really have to go, you've been the only thing that's right in all i've done. and i can barely look at you, but every single time i do, i know we'll make it anywhere away from here.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


BULLETPROOF
Invité
Invité

bare your skin & count your sins. (eaclain) Empty
MessageSujet: Re: bare your skin & count your sins. (eaclain)   bare your skin & count your sins. (eaclain) EmptyDim 13 Oct - 16:18

Et voilà jolie brune bare your skin & count your sins. (eaclain) 2145037518 
Je suis vraiment désolé d'avoir pris autant de temps, j'espère que ça ira bare your skin & count your sins. (eaclain) 4053738750 
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Amelia-R. Westerfield
Amelia-R. Westerfield
messages : 4343
avatar : jenna-louise coleman.
âge : 23 yo.
côté coeur : l'autre enfoiré d'ethan dans la tête, tout récemment maman.
quartier de résidence : actuellement, l'hôpital civile de huntsville ; officiellement, quartier madison.
métier/études : attachée de presse à la mairie.
bare your skin & count your sins. (eaclain) Tumblr_neftcss90n1r9k8cuo1_1280

    and how odd it is, to be haunted by someone that is still alive. ❞


pseudo : sil.
dc : lua stern.
Tirelire : -193

bare your skin & count your sins. (eaclain) Empty
MessageSujet: Re: bare your skin & count your sins. (eaclain)   bare your skin & count your sins. (eaclain) EmptyDim 13 Oct - 19:20

t'as vraiment une très belle plume, ta fiche est superbe omagad 
je te valide avec plaisir, monsieur rhaaaa omfg 


Bienvenue et félicitations soldat, tu viens tout juste d'être accepté sur BULLETPROOF. Pour t'aider à t'intégrer au mieux parmi nous, voici quelques points et conseils qui te guideront et t'aideront à faire ton petit bout de chemin :

✈️ Pour un profil plus attractif, veille à remplir tous les champs de celui-ci. Comme ça, les autres membres en sauront davantage sur ton personnage. N'hésite surtout pas à te faire également une jolie signature. Si tu as besoin d'aide, n'oublie pas que le staff est à ton entière disposition. Enfin, sache que tu peux faire une demande de rang afin d'embellir encore plus ton profil.

✈️ Il est désormais temps de t'occuper un peu de ton personnage et, pour se faire, il est important que tu ailles faire une demande de logement pour ne pas qu'il dorme à la rue et, une demande de métier pour qu'il puisse payer son chez-lui et ses factures.

✈️ Maintenant que ton personnage est à l'abri du froid et, qu'il peut payer ses crédits, il lui faut pleins de liens pour pas qu'il finisse seul et dépressif. Alors, file vite poster ta fiche de lien ICI et ta demande de rps LA. N'hésite pas non plus à créer tes propres personnages grâces aux scénarios. Enfin, il est important de s’intéresser aux scénarios actifs qui sont un bon moyen de se trouver pleins de liens tout en facilitant l'intégration de nouveaux membres.

✈️ Et voilà, ton personnage est maintenant plutôt bien intégré. Mais, il reste une étape importante: Le hors-jeu. Ne t'en fais pas, on ne mord ici. Fais toi plaisir en envahissant LE FLOOD ou n'hésite pas à aller te présenter aux autres. Pour terminer, les jeux sont également un bon moyen de s'intégrer.

Voilà soldat, tu connais maintenant les secrets de l'armée pour bien s'intégrer. Si tu as le moindre soucis, les soldates du staff sont là pour toi. Et n'oublie pas, le plus important est de s'amuser !


_________________
don't call it a fight when you know it's a war
we'll run for our lives ✻  i'll sing it one last time for you then we really have to go, you've been the only thing that's right in all i've done. and i can barely look at you, but every single time i do, i know we'll make it anywhere away from here.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


BULLETPROOF
Invité
Invité

bare your skin & count your sins. (eaclain) Empty
MessageSujet: Re: bare your skin & count your sins. (eaclain)   bare your skin & count your sins. (eaclain) EmptyDim 13 Oct - 19:25

Merci beaucoup du compliment et waouh c'était du rapide ! Merci merci merci free hugs everyone! 
Revenir en haut Aller en bas


BULLETPROOF
Contenu sponsorisé

bare your skin & count your sins. (eaclain) Empty
MessageSujet: Re: bare your skin & count your sins. (eaclain)   bare your skin & count your sins. (eaclain) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

bare your skin & count your sins. (eaclain)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» bare your skin & count your sins. (eaclain)
» ~ so i bare my skin and i count my sins. (telly)
» Conseils pour créer une skin avec pixia[tutorial]
» [skin]Magie sur ma skin de chat
» skin d'interface?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BULLETPROOF :: ✈ as you were. :: version une. :: fiches de presentation + liens-